Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cervicite

Par David E. Soper, MD, J. Marion Sims Professor, Department of Obstetrics and Gynecology, Medical University of South Carolina

La cervicite est une inflammation du col de l’utérus (la partie basse et étroite de l’utérus qui mène au vagin). Elle peut être provoquée par une infection ou une autre maladie.

  • La cervicite est souvent causée par une maladie sexuellement transmissible, mais peut être due à d'autres pathologies.

  • Les symptômes les plus fréquents consistent en des pertes vaginales inhabituelles et des saignements entre les règles ou après des rapports sexuels, mais les femmes peuvent ne présenter aucun symptôme.

  • Si les symptômes suggèrent une infection du col utérin, le médecin prélève un échantillon dans le col de l’utérus à l'aide d'un écouvillon, qu'il analyse ensuite pour vérifier la présence de micro-organismes qui provoquent cette infection.

  • Les patientes reçoivent souvent en premier lieu des antibiotiques qui sont efficaces contre les infections à Chlamydia et la gonorrhée (les causes les plus fréquentes).

La cervicite peut s’étendre au-delà du col de l’utérus et toucher la paroi utérine (provoquant une endométrite) et d’autres organes reproducteurs (provoquant une infection pelvienne).

Causes de la cervicite

Si la cervicite apparaît soudainement, elle est généralement déclenchée par une infection. Si elle est présente depuis longtemps (si elle est chronique), elle ne provient généralement pas d’une infection.

Les infections qui provoquent généralement une cervicite incluent les maladies sexuellement transmissibles, telles que

  • Les infections à Chlamydia dues à la bactérie Chlamydia trachomatis (la plus fréquente)

  • La gonorrhée due à la bactérie Neisseria gonorrhoeae (la seconde plus fréquente)

  • L'herpès génital causé par le virus de l’herpès simplex

  • Une infection par la bactérie Mycoplasma genitalium

Les infections du vagin (telles que la vaginose bactérienne et la vaginite à trichomonas) peuvent également infecter le col de l’utérus. Souvent, le microorganisme qui provoque la cervicite ne peut pas être identifié.

Des conditions autres que les infections peuvent provoquer une cervicite. Ceux-ci incluent

  • Interventions gynécologiques

  • Objets (tels que des diaphragmes) qui sont laissés trop longtemps dans le vagin

  • Composants chimiques présents dans les produits pour la douche ou les crèmes contraceptives

  • En cas d'allergie au latex, les préservatifs en latex

Symptômes de la cervicite

La cervicite peut ne provoquer aucun symptôme. Lorsque des symptômes apparaissent, les plus courants consistent en des pertes vaginales inhabituelles (parfois de couleur jaune-verdâtre et purulentes) et des saignements entre les règles ou après des rapports sexuels. Certaines femmes ressentent des douleurs lors des rapports sexuels, au cours de la miction, ou les deux. La sphère autour de l’orifice vaginal peut être rouge et irritée, tout comme le vagin.

Les femmes peuvent présenter d’autres symptômes, selon la ou les causes de la cervicite. Par exemple, si la cause est une infection pelvienne ou une infection à herpès simplex, la femme est susceptible d’avoir de la fièvre et une douleur dans la partie inférieure de l’abdomen.

Diagnostic de la cervicite

  • Examen clinique

  • Analyses d’un échantillon de tissus prélevés sur le col de l’utérus

Si la femme présente des pertes vaginales inhabituelles et persistantes, des saignements vaginaux en dehors des règles ou des douleurs pendant les rapports sexuels, elle doit consulter un médecin. Toutefois, la cervicite étant souvent asymptomatique, elle peut être diagnostiquée lors d’un examen gynécologique de routine.

Si les symptômes suggèrent une cervicite, le médecin pratique un examen pelvien. Il recherche la présence de pertes au niveau du col de l’utérus et effectue un toucher du col de l’utérus avec un coton pour vérifier si le col saigne facilement ou non. En cas de pertes purulentes et de saignements au niveau du col de l’utérus, il est fort probable qu’il s’agisse d’une cervicite.

Si les symptômes suggèrent une infection pelvienne, le médecin effectue un prélèvement au niveau du col de l’utérus à l’aide d’un coton pour rechercher des micro-organismes pouvant entraîner des maladies sexuellement transmissibles (telles que la gonorrhée ou une infection à chlamydia ou à trichomonas) ou une vaginose bactérienne.

Traitement de la cervicite

  • Généralement des antibiotiques en premier lieu

  • Si l'infection est causée par le virus herpès simplex, des antiviraux

Si la cervicite apparaît soudainement, la plupart des femmes reçoivent des antibiotiques efficaces contre les infections à chlamydia et la gonorrhée, en particulier si elles présentent des facteurs de risque de maladies sexuellement transmissibles (tels que le fait d’être âgée de moins de 25 ans, d’avoir un nouveau partenaire sexuel ou plusieurs partenaires sexuels, ou d’avoir des rapports non protégés).

Le traitement consiste à :

  • Pour une infection à Chlamydia : azithromycine ou doxycycline, par voie orale

  • Pour la gonorrhée : ceftriaxone, administrée une fois par voie intramusculaire, plus azithromycine, administrée une fois par voie orale

La prise de ces médicaments continue jusqu’à l’obtention des résultats d’analyses. Une fois la cause identifiée, le médecin adapte la posologie en fonction des besoins.

Si une maladie sexuellement transmissible provoquée par une bactérie est la cause de cette infection, les partenaires sexuels doivent subir des analyses et être conjointement traités. Il est recommandé à la femme de s’abstenir de tout rapport sexuel tant que l’infection n’a pas disparu, aussi bien chez elle que chez son ou ses partenaires.

Si le virus herpès simplex est la cause de cette infection, elle est généralement présente à vie. Les médicaments antiviraux peuvent aider à contrôler le développement de ces infections, mais ne permettent pas de les guérir.

Après 3 à 6 mois de traitement, la femme doit effectuer de nouvelles analyses pour déterminer si l’infection a été éradiquée ou si son développement est contrôlé.