Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Vaginite à trichomonas

Par David E. Soper, MD, J. Marion Sims Professor, Department of Obstetrics and Gynecology, Medical University of South Carolina

La vaginite à trichomonas est une infection vaginale causée par les protozoaires du Trichomonas vaginalis.

  • Cette infection est généralement transmise par voie sexuelle ;

  • elle peut provoquer des sécrétions verdâtres ou jaunes, pouvant être abondantes, d’odeur de poisson et accompagnées d’un prurit ;

  • Si les symptômes suggèrent une infection vaginale, le médecin examine un échantillon de pertes et/ou de liquide provenant du col de l’utérus pour vérifier la présence de microorganismes qui provoquent cette infection ;

  • l’utilisation systématique de préservatifs peut permettre de prévenir cette infection ;

  • une dose de métronidazole ou de tinidazole par voie orale permet de guérir la plupart des femmes.

Les protozoaires Trichomonas vaginalis peuvent déclencher des symptômes peu de temps après leur pénétration dans le vagin ; toutefois, les protozoaires peuvent demeurer dans le vagin ou le col de l’utérus (partie inférieure de l'utérus menant au vagin) pendant des semaines ou des mois sans pour autant déclencher le moindre symptôme. La vessie peut être également infectée. Chez les hommes, les protozoaires ne causent généralement pas de symptôme et peuvent rester dans les voies urinaires quelques jours ou semaines sans causer le moindre symptôme. Par conséquent, les femmes et les hommes atteints peuvent ne pas savoir qu'ils contaminent leurs partenaires sexuels.

Causes

Les infections génitales à trichomonas (trichomonase) sont presque toujours transmises par voie sexuelle. Les femmes peuvent être infectées lors de rapports sexuels avec des hommes ou des femmes. Mais les hommes peuvent être infectés uniquement lors de rapports sexuels avec des femmes, et non avec des hommes. La plupart des personnes atteintes de cette infection sont également atteintes d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Dans la mesure où les protozoaires peuvent être présents un certain temps chez la femme, tout en étant asymptomatiques, il est difficile, voire impossible, de déterminer depuis combien de temps l’infection est là, et comment elle a été attrapée.

Cette infection peut également toucher les enfants. Si tel est le cas, la cause peut provenir d’abus sexuels.

Symptômes

Les femmes peuvent avoir des sécrétions verdâtres ou jaunâtres, parfois mousseuses, abondantes, ou les deux, et d’odeur de poisson. La sphère génitale peut démanger et le vagin devenir rouge et sensible. Les rapports sexuels peuvent alors s’avérer douloureux. La miction peut également être douloureuse si la vessie est infectée.

L’infection peut provoquer une inflammation pelvienne et, chez la femme enceinte, provoquer un accouchement prématuré.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Examen d'un échantillon de l’écoulement et/ou du liquide provenant du col de l’utérus

Il faut consulter un médecin en cas de pertes vaginales inhabituelles ou durant plusieurs jours chez une femme ou une jeune fille, ou en cas d'autres symptômes vaginaux.

Le médecin suspecte une vaginite à trichomonas en se basant sur les symptômes, tels que des pertes mousseuses d'une couleur variant de vert à jaune. Puis il pose des questions sur les pertes, les autres symptômes et les éventuelles causes (telles que maladies sexuellement transmissibles).

Pour confirmer le diagnostic, le médecin procède à un examen pelvien, et examine le vagin, puis prélève un échantillon des pertes à l'aide d'un coton monté. Cet échantillon sera examiné au microscope. Ces informations aident en général le médecin à identifier le micro-organisme causant les symptômes. Généralement, le médecin utilise également un coton pour prélever un échantillon de liquide au niveau du col de l’utérus afin de détecter d'autres maladies sexuellement transmissibles éventuelles.

Afin de déterminer l’extension de l’infection au pelvis, le médecin vérifie l’utérus et les ovaires en introduisant l’index et le médius, protégés par un gant, dans le vagin, tout en exerçant une pression à la partie inférieure de l’abdomen avec l’autre main. Lorsque cette manœuvre entraîne une douleur significative ou en cas de fièvre, cela indique la présence probable d’autres foyers infectieux.

Si une petite fille souffre d'une vaginite à trichomonas, le médecin l'examine afin de déterminer si un abus sexuel pourrait en être la cause.

Prévention

L’utilisation systématique d’un préservatif lors des rapports sexuels permet d’éviter la transmission de cette infection.

Traitement

  • Métronidazole ou tinidazole

Une dose unique de métronidazole ou de tinidazole (antibiotiques) par voie orale guérit jusqu’à 95 % des femmes. Les partenaires sexuels doivent être traités en même temps. Il est déconseillé de boire de l’alcool pendant au moins 72 heures après la prise de métronidazole ou de tinidazole. Le fait de consommer de l’alcool tout en étant sous médicament peut provoquer des nausées, des vomissements, des crampes, des bouffées de chaleur et des maux de tête.

Des préservatifs devront être utilisés lors des rapports sexuels tant que l’infection n’a pas totalement disparu, pour aider à prévenir toute transmission de l’infection.