Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Contraception d’urgence

Par Laura Sech, MD, Family Planning Fellow, Department of Obstetrics and Gynecology, University of Southern California Keck School of Medicine ; Daniel R. Mishell, Jr., MD, MSc, Endowed Professor of Obstetrics and Gynecology, Keck School of Medicine, University of Southern California ; Emily Silverstein, MD, Research Project Manager, Department of Obstetrics and Gynecology, University of Southern California Keck School of Medicine

La contraception d’urgence est utilisée après un rapport sexuel non protégé ou après un évènement ayant entraîné l’échec de la méthode contraceptive habituelle (par exemple, une rupture de préservatif).

La contraception d’urgence restreint les possibilités de grossesse après un rapport non protégé, y compris lorsque ce rapport a lieu à un moment proche de l’ovulation, quand la conception est la plus probable. Dans l’ensemble, la probabilité de grossesse est d’environ 5 % après un rapport non protégé, mais à un moment proche de l’ovulation, elle est d’environ 20 %. Plus la contraception d’urgence est prise tôt, plus elle a de chances d’être efficace.

Les options disponibles sont les suivantes :

  • Lévonorgestrel : cette hormone est la plus fréquemment utilisée. Il s’agit d’un progestatif souvent pris à des doses plus faibles pour la contraception. Le lévonorgestrel se prend par voie orale. Il est possible d’en prendre une dose, suivie d’une autre dose 12 heures plus tard, ou bien d’en prendre une dose plus élevée. La probabilité de grossesse est d’environ 2 à 3 %. Cependant, cette probabilité est plus élevée (de 2 à 9 %) chez les femmes obèses. La dose est plus efficace si elle est prise plus tôt, mais pour être efficace, elle doit être prise dans les 3 jours (72 heures) après un rapport sexuel non protégé. Ces comprimés sont en vente libre dans le commerce et peuvent être utilisés par toutes les femmes qui ont eu un rapport non protégé, quel que soit leur âge.

  • l’acétate d’ulipristal : la femme prend une dose de ce médicament. Il est plus efficace que le lévonorgestrel. Il doit être pris dans les 5 jours (120 heures) après un rapport sexuel non protégé. La probabilité de grossesse est d’environ 1,5 %. Une ordonnance est nécessaire. Cependant, cette forme de contraception d’urgence peut être achetée via une pharmacie en ligne (sur www.ella-kwikmed.com) et envoyée par voie postale au domicile de la personne.

  • Pilules contraceptives œstroprogestatives : un contraceptif oral œstroprogestatif (œstrogènes plus lévonorgestrel) peut être utilisé, mais il est légèrement moins efficace que le lévonorgestrel ou l’acétate d’ulipristal. Deux pilules œstroprogestatives sont prises, suivies de deux autres 12 heures plus tard. Une dose élevée d’œstrogènes est utilisée. Cela provoque souvent des nausées et parfois des vomissements. Le médecin pourra recommander des médicaments pour prévenir les nausées et les vomissements.

  • L’insertion d’un dispositif intra-utérin au cuivre (DIU, Dispositifs intra-utérins) : Pour être efficace, le DIU doit être inséré dans les 5 jours suivant le rapport non protégé. La probabilité de grossesse après l’insertion du DIU est de 0,2 %, soit la même que lorsque le DIU est utilisé comme contraception régulière. Par ailleurs, une fois inséré, le DIU peut être laissé en place comme contraception à long terme pendant une période pouvant aller jusqu’à 10 ans.

Les médicaments utilisés comme contraception d’urgence (ou « pilules du lendemain ») inhibent l’ovulation. Ils sont plus fréquemment utilisés comme contraception d’urgence que les DIU, même si un DIU libérant du cuivre est la forme de contraception d’urgence la plus efficace.