Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Dispositifs intra-utérins

Par Laura Sech, MD, University of Southern California Keck School of Medicine ; Daniel R. Mishell, Jr., MD, Keck School of Medicine, University of Southern California;Women's and Children's Hospital, Los Angeles County and University of Southern California Medical Center ; Emily Silverstein, MD, University of Southern California Keck School of Medicine

Les dispositifs intra-utérins (DIU) sont des instruments en matière plastique, petits et souples, insérés dans l’utérus. Un DIU est laissé en place 3, 5 ou 10 ans, selon le type, ou jusqu’à ce que la femme veuille le retirer. Il doit être inséré et retiré par un médecin ou un autre personnel soignant. L’insertion ne prend que quelques minutes. Le retrait est aussi rapide et en général n’induit qu’une gêne minime. Les DIU préviennent les grossesses :

  • en tuant ou en immobilisant les spermatozoïdes ;

  • en empêchant les spermatozoïdes de féconder l’ovule ;

  • en créant une réaction inflammatoire à l’intérieur de l’utérus.

Comprendre les dispositifs intra-utérin (stérilets)

Le dispositif intra-utérin (DIU), en plastique moulé, est introduit par le médecin dans l’utérus de la femme par le vagin. Deux types de DIU libèrent un progestatif appelé lévonorgestrel. L’autre type est en forme de T ; un fil de cuivre est enroulé autour de la base et des bras du T. Le DIU possède un fil de plastique, qui permet à la femme de s’assurer que le dispositif est toujours en place et au médecin de le retirer facilement.

Aux États-Unis, environ 5,5 % des femmes qui ont recours à une contraception utilisent un DIU. De plus en plus de femmes les utilisent en raison des avantages qu’ils présentent par rapport aux contraceptifs oraux :

  • les DIU sont très efficaces ;

  • les DIU n’ont pas d’effets généraux sur l’organisme (systémiques) ;

  • les femmes n’ont à décider d’une contraception que tous les 3, 5 ou 10 ans.

Trois types de DIU sont actuellement disponibles aux États-Unis. Deux d’entre eux libèrent un progestatif (lévonorgestrel). L’un d’eux est efficace 3 ans, tandis que l’autre est efficace 5 ans. Durant cette période, seulement 0,5 % des femmes environ tombent enceintes. Le troisième type, qui contient du cuivre, est efficace 10 ans. Durant cette période, moins de 2 % des femmes tombent enceintes. Un an après le retrait du dispositif, 80 à 90 % des femmes qui essaient de concevoir une grossesse sont enceintes.

La plupart des femmes, y compris celles n’ayant pas eu d’enfants et les adolescentes, peuvent utiliser un DIU. Cependant, les DIU ne doivent pas être utilisés lorsque les conditions suivantes sont présentes :

  • une infection pelvienne, telle qu’une maladie sexuellement transmissible ou une maladie inflammatoire pelvienne ;

  • une anomalie structurelle qui déforme l’utérus ;

  • des saignements vaginaux inexpliqués ;

  • un cancer du col de l’utérus ou de la paroi de l’utérus (endomètre) ;

  • pour les DIU libérant du lévonorgestrel, un cancer du sein ou une allergie au lévonorgestrel ;

  • pour les DIU libérant du cuivre, une maladie de Wilson ou une allergie au cuivre.

Un DIU ne peut pas être mis en place en cas de grossesse.

Le fait d’avoir eu une maladie sexuellement transmissible, une infection pelvienne ou une grossesse extra-utérine (ectopique) par le passé n’empêche pas l’utilisation du DIU.

Les croyances religieuses qui interdisent l’avortement n’interdisent pas l’utilisation des DIU, car ceux-ci ne préviennent pas la conception en provoquant l’avortement d’un ovule fécondé. Cependant, lorsqu’il est utilisé comme contraception d’urgence (voir Contraception d’urgence), un DIU libérant du cuivre peut empêcher l’implantation d’un ovule fécondé dans l’utérus.

Si la femme n’a pas eu de relations sexuelles non protégées depuis ses dernières règles, un DIU peut être inséré à n’importe quel moment de son cycle menstruel. Si elle a eu des relations sexuelles non protégées, un test de grossesse doit être réalisé avant l’insertion du DIU, et il lui sera conseillé d’utiliser une autre méthode de contraception le temps de faire ce test. Une grossesse doit être exclue avant l’insertion du DIU, à moins que la femme ne veuille utiliser un DIU comme contraception d’urgence après des relations sexuelles non protégées. Dans ce cas, un DIU libérant du cuivre peut être inséré pour prévenir une grossesse non désirée. S’il est mis en place dans les 5 jours après un rapport non protégé, un DIU libérant du cuivre est efficace à presque 100 % comme contraception d’urgence. Il peut ensuite, si la femme le désire, être laissé en place comme contraception à long terme. Un DIU libérant du lévonorgestrel n’est pas utilisé comme contraception d’urgence ; une grossesse doit être exclue avant son insertion. Un DIU peut être mis en place immédiatement après une fausse couche ou un avortement qui surviendrait au cours du 1er ou du 2e trimestre, et immédiatement après la délivrance placentaire dans le cas d’un accouchement par césarienne.

Une contamination bactérienne de l’utérus survient lors de l’insertion, mais il est rare qu’une infection se déclare. Les fils du DIU ne fournissent pas un accès aux bactéries. Un DIU ne majore le risque d’infection pelvienne que durant le premier mois d’utilisation. Si une infection se développe, elle est traitée par antibiotiques.

Problèmes possibles

Les saignements et la douleur sont les principaux motifs de retrait et sont responsables de plus de la moitié des retraits effectués avant la date de remplacement. Le DIU libérant du cuivre augmente les saignements menstruels et peut causer des douleurs. Les AINS soulagent généralement ces douleurs. Les DIU libérant du lévonorgestrel réduisent les règles et, après 1 année, les bloquent complètement chez environ 6 % des femmes qui utilisent le DIU de 3 ans, et chez 20 % des femmes qui utilisent le DIU de 5 ans.

Environ 5 % des DIU sont expulsés la première année d’utilisation, généralement au cours des premiers mois. Ils sont plus susceptibles d’être expulsés chez les femmes jeunes n’ayant pas eu d’enfants.

Il arrive que la femme ne remarque pas son expulsion. Deux fils plastiques reliés au DIU, permettent à la femme de vérifier périodiquement, en particulier après les menstruations, qu’il est encore en place. Si elle ne retrouve pas les fils, elle doit utiliser une autre méthode contraceptive jusqu’à ce qu’elle voie son médecin pour vérifier la bonne position du DIU. Si un nouveau DIU est inséré après l’expulsion du premier, celui-ci reste habituellement en place.

Rarement, l’utérus est perforé lors de l’insertion. Souvent la perforation est asymptomatique. L’échographie ou la radiographie met en évidence le DIU en dehors de l’utérus. En cas de perforation de l’utérus et de passage dans la cavité abdominale, le DIU doit être retiré chirurgicalement, parfois à l’aide d’une laparoscopie, afin d’éviter une lésion intestinale.

En cas de conception alors que le DIU est toujours en place, la probabilité d’une grossesse extra-utérine (ectopique) est d’environ 50 %. Néanmoins, le risque global de grossesse extra-utérine est beaucoup plus faible pour les femmes utilisant un DIU que pour celles n’employant pas de moyen de contraception, le DIU prévenant efficacement les grossesses.

Bénéfices possibles

Outre le fait de fournir une contraception efficace, tous les types de DIU peuvent réduire le risque de cancer de l’utérus (endométrial). Le DIU de 5 ans libérant du lévonorgestrel est également un traitement efficace pour les femmes qui ont des règles abondantes.

Ressources dans cet article