Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Généralités sur la contraception

Par Laura Sech, MD, Family Planning Fellow, Department of Obstetrics and Gynecology, University of Southern California Keck School of Medicine ; Daniel R. Mishell, Jr., MD, MSc, Endowed Professor of Obstetrics and Gynecology, Keck School of Medicine, University of Southern California ; Emily Silverstein, MD, Research Project Manager, Department of Obstetrics and Gynecology, University of Southern California Keck School of Medicine

La contraception est la prévention de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde (conception) ou de l’adhésion de l’ovule fécondé au revêtement de l’utérus (nidation).

Le saviez-vous ?

  • L’efficacité de certaines mesures contraceptives, comme la pilule ou les méthodes de planification familiale naturelle, dépend pour beaucoup de la manière dont les instructions sont suivies.

Il existe de nombreux moyens de contraception, mais aucun n’est totalement efficace, certains sont plus fiables que d’autres. Leur efficacité dépend souvent de la manière dont les instructions sont respectées. Ces instructions sont plus faciles à suivre pour certaines méthodes que pour d’autres. Par conséquent, la différence d’efficacité entre une utilisation classique (telle que celle de la plupart des personnes), qui est souvent irrégulière, et une utilisation parfaite (en suivant les instructions à la lettre) peut varier grandement d’une méthode à une autre. Par exemple, les contraceptifs oraux sont très efficaces avec une utilisation parfaite. Cependant, de nombreuses femmes oublient de prendre certaines de leurs doses. Ainsi, l’utilisation moyenne des contraceptifs oraux est bien moins efficace que leur utilisation parfaite. En revanche, les implants contraceptifs, une fois mis en place, ne nécessitent rien de plus (et sont donc parfaitement utilisés) jusqu’à ce qu’il soit nécessaire de les remplacer. Ainsi, leur utilisation classique est identique à leur utilisation parfaite (jusqu’à ce que les implants doivent être remplacés). Les personnes ont tendance à suivre plus attentivement les instructions lorsqu’elles s’habituent à utiliser une méthode. Par conséquent, la différence entre l’efficacité de l’utilisation parfaite et celle de l’utilisation classique diminue souvent avec le temps.

Quelle est l’efficacité de la contraception ?

Méthode

Taux de grossesses au cours de la première année d’utilisation*

Utilisation parfaite

Utilisation classique

Méthodes hormonales (avec œstrogène et/ou progestatif)

Contraceptifs oraux

0,3 %

9 %

Implant introduit sous la peau

0,05 %

Identique à l’utilisation parfaite

Patch cutané

0,3 %

9 %

Anneau vaginal

0,3 %

9 %

Injection d’acétate de médroxyprogestérone (progestatif)

0,2 %

6 %

Barrières contraceptives

Préservatif

2 % avec les préservatifs masculins

5 % avec les préservatifs féminins

18 % avec les préservatifs masculins

21 % avec les préservatifs féminins

Diaphragme avec spermicide

6 %

12 %

Éponge contraceptive/cape cervicale

9 % pour les femmes n’ayant pas eu d’enfant

20 % pour les femmes ayant eu des enfants

12 % pour les femmes n’ayant pas eu d’enfant

24 % pour les femmes ayant eu des enfants

Autres méthodes

Dispositif intra-utérin (DIU)

0,2 % ou 0. 3 à 0,5 % avec les DIU libérant du lévonorgestrel, selon le type utilisé

0,6 % avec les DIU libérant du cuivre

Identique à l’utilisation parfaite

Méthodes basées sur la connaissance des périodes de fertilité (planification familiale naturelle)

4 % ou supérieur, selon la méthode

24 %

Méthode du retrait

4 %

22 %

*Environ 85 % des femmes tombent enceintes au cours d’1 année de rapports sexuels fréquents si aucune contraception n’est utilisée.

Parallèlement à son degré d’efficacité, chaque méthode contraceptive présente d’autres avantages et inconvénients. Par exemple, les méthodes hormonales entraînent certains effets secondaires qui peuvent augmenter ou diminuer le risque pour la femme de développer certains troubles, notamment un cancer de l’ovaire ou de l’utérus. Le choix de la méthode dépend du mode de vie, des préférences de chacun et de la fiabilité des différentes méthodes.

Comparaison des méthodes contraceptives

Méthode

Commodité

Effets secondaires

Autres considérations

Méthodes hormonales

Contraceptifs oraux

Une prise journalière est généralement requise.

Avec les contraceptifs oraux combinés (œstrogène plus progestatif), une femme prend généralement le contraceptif tous les jours pendant 3 semaines, puis un comprimé inactif tous les jours pendant 1 semaine.

Les contraceptifs oraux progestatifs sont pris tous les jours à la même heure.

Il est nécessaire de consulter son médecin régulièrement afin de renouveler la prescription.

Saignements anarchiques (généralement au cours des premiers mois d’utilisation)

Nausées, météorisme, rétention hydrique, augmentation de la tension artérielle, tension mammaire, céphalée et prise de poids

Augmentation du risque de thrombose veineuse

Les femmes de plus de 35 ans et qui fument ne doivent pas prendre de contraceptifs oraux.

Certains troubles interdisent également leur utilisation ( Contre-indications de contraceptifs oraux œstroprogestatifs*).

Les femmes qui prennent des contraceptifs oraux sont moins susceptibles de présenter des douleurs menstruelles, un trouble dysphorique prémenstruel (forme grave de syndrome prémenstruel), de l’acné et des saignements anarchiques. Elles sont également moins susceptibles de développer de l’ostéoporose et plusieurs types de cancer.

Implant sous la peau

Les implants ne nécessitent une action que tous les 3 ans.

Un médecin insère une petite barrette contenant un progestatif sous la peau de la partie interne du bras.

Irrégularité ou absence de règles la première année

Céphalées et prise de poids

Les contre-indications sont généralement moins nombreuses que celles des contraceptifs contenant un œstrogène.

Il est nécessaire de pratiquer une incision pour enlever l’implant.

Patch cutané

Les femmes appliquent un nouveau patch toutes les semaines pendant 3 semaines, puis l’enlèvent et n’en utilisent pas pendant 1 semaine.

Il est nécessaire de consulter son médecin régulièrement afin de renouveler la prescription.

Analogues à ceux des contraceptifs oraux

Irritation de la peau au site d’application

Les restrictions sont similaires à celles des contraceptifs oraux.

Anneau vaginal

Les femmes insèrent un anneau une fois toutes les 3 semaines, puis l’enlèvent et n’en utilisent pas pendant 1 semaine. Ou bien elles peuvent laisser l’anneau en place pendant 4 ou même 5 semaines, puis l’enlever et le remplacer par un nouveau. L’anneau est remplacé à chaque fois.

Il est nécessaire de consulter son médecin régulièrement afin de renouveler la prescription.

Généralement analogues à ceux des contraceptifs oraux, à l’exception des saignements anarchiques qui sont généralement moins fréquents avec l’anneau

Les restrictions sont similaires à celles des contraceptifs oraux.

Durant la première semaine d’utilisation, une méthode de contraception complémentaire doit être utilisée.

Les anneaux peuvent être expulsés. S’ils sont expulsés puis réinsérés dans les 3 heures, aucune méthode de contraception complémentaire n’est nécessaire.

Injection d’acétate de médroxyprogestérone (progestatif)

Une injection est pratiquée par un médecin tous les 3 mois.

Saignements anarchiques (qui deviennent moins fréquents avec le temps) ou absence de règles tant que les injections sont pratiquées

Prise de poids, céphalées et diminution temporaire de la densité osseuse

Cette méthode réduit le risque de cancer de l’utérus (endométrial), d’infection pelvienne et d’anémie ferriprive.

Méthodes barrières

Préservatif

Les hommes appliquent un préservatif immédiatement avant chaque rapport sexuel.

Les préservatifs féminins sont insérés dans le vagin, et le pénis est guidé soigneusement à l’intérieur du préservatif.

Les préservatifs sont jetés après usage.

Les préservatifs sont en vente libre dans le commerce.

Réactions allergiques et irritation

Les préservatifs fournissent une protection contre les maladies sexuellement transmissibles courantes. Les préservatifs en latex protègent contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Les préservatifs doivent être utilisés correctement pour être efficaces.

Cette méthode nécessite la vigilance et la coopération du partenaire.

Diaphragme avec crème ou gel spermicide (qui tue les spermatozoïdes)

Les femmes insèrent un diaphragme avant le rapport sexuel. Le diaphragme doit rester en place au moins 6 à 8 heures et peut être conservé jusqu’à 24 heures. Un médecin ajuste le diaphragme et vérifie l’ajustement au moins une fois par an ainsi qu’après un accouchement.

La crème ou le gel spermicide utilisé avec le diaphragme peut rendre son insertion salissante.

Réactions allergiques, irritation et infections des voies urinaires

Après l’insertion initiale du diaphragme, une crème ou un gel supplémentaire doit être introduit dans le vagin avant chaque rapport sexuel.

Cape cervicale

Les femmes peuvent insérer une cape cervicale jusqu’à 40 heures avant un rapport sexuel. Elles doivent la laisser en place au moins 6 heures après le rapport sexuel, mais pas plus de 48 heures.

Réactions allergiques et irritation de la peau

Cette méthode ne peut pas être utilisée durant les règles.

Éponge contraceptive

Les femmes insèrent l’éponge avant le rapport sexuel. Elle peut être introduite à l’avance et est efficace pendant 24 heures. L’éponge est jetée après usage.

Les éponges sont en vente libre dans le commerce.

Réactions allergiques et sécheresse ou irritation vaginale

Les éponges peuvent être difficiles à enlever. Elles doivent être retirées au bout de 30 heures.

Les éponges sont moins efficaces que les diaphragmes.

Autres méthodes

Dispositif intra-utérin (DIU)

Les DIU ne nécessitent une action que tous les 3, 5 ou 10 ans, selon le type utilisé.

Les DIU sont insérés et enlevés par un médecin.

Saignements et/ou douleurs

Rarement, perforation de l’utérus

Occasionnellement, le DIU est expulsé.

Méthodes basées sur la connaissance des périodes de fertilité (planification familiale naturelle)

Les femmes suivent leurs jours de fertilité

  • à l’aide d’un calendrier

  • en vérifiant leur glaire cervicale presque tous les jours

  • en vérifiant leur glaire cervicale, ainsi que leur température corporelle et d’autres symptômes presque tous les jours

Aucun

Cette méthode nécessite de la vigilance de la part des femmes et l’abstinence de rapports sexuels plusieurs jours par mois. Elle est moins efficace chez les femmes qui ont des cycles menstruels irréguliers.

Méthode du retrait

Les hommes retirent leur pénis du vagin juste avant l’éjaculation.

Cela nécessite que l’homme sache très bien se contrôler et un minutage précis.

Aucun

Cette méthode est moins efficace que d’autres méthodes, car l’émission de sperme peut également précéder l’éjaculation, et que l’homme peut ne pas se retirer avant l’éjaculation.

Ressources dans cet article