Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Infection mammaire

Par Julie S. Moldenhauer, MD, Associate Professor of Clinical Obstetrics and Gynecology in Surgery, The Garbose Family Special Delivery Unit;Attending Physician, The Center for Fetal Diagnosis and Treatment, Children's Hospital of Philadelphia;The University of Pennsylvania Perelman School of Medicine

Une infection du sein (mastite) peut se produire après l’accouchement, en général pendant les 6 premières semaines et quasi systématiquement chez les femmes qui allaitent. Si l’enfant n’est pas positionné correctement durant la tétée, des crevasses (et des douleurs) peuvent apparaître. En cas de gerçure des mamelons ou de la peau environnante, les bactéries la traversent et pénètrent dans les canaux galactophores ce qui provoque une infection.

Un sein infecté apparaît en général rouge, gonflé, chaud et douloureux. Il est possible qu’une partie du sein seulement soit rouge et douloureuse. La femme peut avoir de la fièvre.

Dans de rares cas, les infections mammaires entraînent la formation de poches de pus (abcès). La zone autour de l’abcès enfle et du pus peut suinter du mamelon.

Le diagnostic repose sur l’examen clinique.

Le saviez-vous ?

  • Si une infection mammaire se développe après l’accouchement, l’allaitement doit généralement être poursuivi.

Traitement

  • Antibiotiques

Les infections mammaires sont traitées à l’aide d’antibiotiques, tels que la dicloxacilline ou l’érythromycine.

Les femmes sont encouragées à boire beaucoup.

Les femmes atteintes d’une infection mammaire et qui allaitent doivent poursuivre l’allaitement, car le fait de vider le sein contribue au traitement et diminue le risque d’abcès mammaire.

Les abcès du sein sont traités par des antibiotiques et, en général, drainés chirurgicalement. Cette procédure peut être réalisée à l’aide d’une anesthésie locale, mais peut nécessiter l’administration de sédatifs par voie intraveineuse ou le recours à une anesthésie générale.

Ressources dans cet article