Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Prurit vaginal

Par David H. Barad, MD, MS, Albert Einstein College of Medicine, Bronx;Center for Human Reproduction

Le prurit vaginal peut être localisé tant au niveau du vagin que de la sphère génitale (vulve) qui contient les organes génitaux externes. Le prurit correspond à une sensation désagréable d’avoir besoin de se gratter pour être soulagé.

De nombreuses femmes présentent épisodiquement un prurit vaginal qui disparaît spontanément sans traitement. Il n’est considéré comme un trouble que s’il perdure, est sévère ou récurrent, ou s’il s’accompagne de pertes vaginales ( Pertes vaginales).

Causes

Les causes les plus courantes du prurit vaginal sont les suivantes :

  • infections : vaginose bactérienne, candidose (infections par les levures) et trichomonase (infection due à des protozoaires –  Généralités sur les infections vaginales) ;

  • irritation ou réactions allergiques : substances chimiques mises en contact avec le vagin ou la sphère génitale, telles que les détergents utilisés pour le lavage du linge, les agents de blanchiments ou les décolorants, les adoucissants, les fibres synthétiques, les bains moussants, les savons, les déodorants utilisés pour l’hygiène intime, les parfums, les tampons hygiéniques, les colorants, le papier hygiénique, les crèmes vaginales et les mousses contraceptives ;

  • après la ménopause, vaginite atrophique : amincissement et sécheresse de la paroi du vagin en raison de la baisse des taux d’estrogènes.

Les causes moins courantes sont les troubles cutanés, tels que le psoriasis ( Psoriasis) ou le lichen scléreux. Le lichen scléreux se caractérise par l’apparition de fines lésions blanchâtres sur la vulve autour de l’orifice vaginal. Non traité, le lichen scléreux peut provoquer une cicatrisation et augmenter le risque de cancer de la vulve.

Évaluation

Les médecins peuvent généralement déterminer la cause en posant des questions concernant les symptômes et en examinant la sphère génitale et le vagin.

Signes avant-coureurs :

Il n’existe aucun signe avant-coureur du prurit vaginal, à moins qu’il ne s’accompagne de douleurs et/ou de pertes. Par ailleurs, les signes avant-coureurs sont semblables à ceux des douleurs pelviennes ( Signes avant-coureurs) et/ou des pertes vaginales ( Signes avant-coureurs).

Quand consulter un médecin :

Les femmes doivent consulter un médecin si le prurit dure plusieurs jours ou si d’autres symptômes suggérant une infection (des douleurs ou des pertes par exemple) se développent.

Ce que le médecin fait :

Le médecin commence par poser des questions à la femme sur ses symptômes, en particulier si elle présente des symptômes d’infection, et sur ses antécédents médicaux. Il lui demande également si elle utilise des produits susceptibles d’irriter la zone. Le médecin procède ensuite à un examen clinique, qui se concentre sur le toucher vaginal.

Si la femme a des pertes, un prélèvement est effectué, examiné et analysé.

Traitement

Les maladies sous-jacentes sont traitées lorsque cela est possible. Une prise en charge peut permettre de soulager les symptômes.

Prise en charge

Changer de sous-vêtements et prendre un bain ou une douche quotidiennement permet de maintenir l’hygiène du vagin et de la sphère génitale. Des toilettes trop fréquentes peuvent provoquer une sécheresse excessive et augmenter le prurit. Une poudre corporelle non parfumée, à base d’amidon, peut contribuer à maintenir la sphère génitale sèche. Les femmes ne doivent pas utiliser de talc. Il ne faut pas utiliser de savon hypoallergénique. D’autres produits (tels que des crèmes, des déodorants pour l’hygiène féminine ou des douches vaginales) ne doivent pas être appliquées sur la zone du vagin. Cette prise en charge peut réduire au minimum l’exposition aux produits irritants à l’origine du prurit.

Si un produit médical (tel qu’une crème sous ordonnance) ou une marque de préservatifs semble être la cause de l’irritation ou du prurit, il faut en cesser l’utilisation. Les femmes doivent parler avec leur médecin avant de cesser l’utilisation de produits sous ordonnance.

Médicaments

L’application d’une crème corticoïde (faiblement dosée) telle que l’hydrocortisone sur la sphère génitale peut apporter un soulagement temporaire. La crème ne doit pas être introduite dans le vagin et ne doit être utilisée que sur une période courte. Pour les prurits sévères, un antihistaminique oral peut être administré temporairement. Les antihistaminiques induisent également une somnolence et peuvent être utiles si les symptômes ont une incidence sur le sommeil.

Le lichen scléreux est traité avec une crème ou une pommade contenant une forte dose de corticoïdes (tel que le clobétasol), disponible sous ordonnance.

Points importants

  • Le prurit est un problème uniquement lorsqu’il est persistant, sévère et récurrent, ou s’il s’accompagne de douleurs ou de pertes dont l’aspect et l’odeur font penser à une infection.

  • Maintenir la sphère génitale propre et sèche et cesser d’utiliser les produits irritants peut le soulager.

  • Parfois une crème corticoïde légèrement dosée permet de soulager temporairement le prurit.