Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Œdème en fin de grossesse

Par Geeta K. Swamy, MD, Associate Professor, Division of Maternal-Fetal Medicine, Department of Obstetrics and Gynecology, Duke University Medical Center ; R. Phillip Heine, MD, Associate Professor and Director, Division of Maternal-Fetal Medicine, Department of Obstetrics and Gynecology, Duke University Medical Center

À mesure que la grossesse évolue, du liquide peut s’accumuler dans les tissus, en général dans les pieds, les chevilles et les jambes, les faisant gonfler et paraître bouffis. Cette affection est appelée œdème. Occasionnellement, le visage et les mains gonflent aussi. L’accumulation de liquide pendant la grossesse est normale dans une certaine mesure, en particulier au cours du 3e trimestre. On parle d’œdème physiologique.

Du liquide s’accumule au cours de la grossesse, car les glandes surrénales produisent les hormones responsables de la rétention de liquides en plus grande quantité (aldostérone et cortisol). Les liquides s’accumulent du fait que l’utérus augmenté de volume interfère avec le flux sanguin qui remonte des jambes vers le cœur. Ainsi, le liquide est refoulé dans les veines des jambes et s’échappe vers les tissus environnants.

Causes

Causes fréquentes

En général, pendant la grossesse, un gonflement est :

  • un œdème physiologique.

Causes moins fréquentes

Moins fréquemment, un gonflement pendant la grossesse est dû à une affection ( Certaines causes et caractéristiques des œdèmes en fin de grossesse). Cependant, ces affections sont souvent graves. Ceux-ci incluent

  • thrombose veineuse profonde ;

  • pré-éclampsie ;

  • Cellulite

Dans la thrombose veineuse profonde, des thrombus se forment dans les veines profondes de certaines parties de l’organisme, souvent dans les jambes. La grossesse majore le risque de développer cette affection de plusieurs manières. Durant la grossesse, l’organisme produit les protéines qui aident la coagulation (facteurs de coagulation) en plus grand nombre, probablement dans le but de prévenir un saignement excessif lors de l’accouchement. Par ailleurs, les changements propres à la grossesse font refouler le sang dans les veines, rendant la formation de caillots plus probable. Si la femme enceinte est moins mobile, le sang est encore plus susceptible de refouler dans les veines des jambes et de former des caillots. Ces caillots peuvent interférer avec le flux sanguin. Si un thrombus se détache, il peut migrer dans la circulation sanguine vers les poumons et y obstruer le flux sanguin. Cette obstruction (appelée embolie pulmonaire) peut être mortelle.

Dans la pré-éclampsie, la tension artérielle et les taux de protéines dans les urines augmentent pendant la grossesse. Les liquides peuvent s’accumuler, causant un œdème du visage, des mains ou des pieds, et une prise de poids. Si elle est sévère, la pré-éclampsie peut léser les organes, tels que le cerveau, les reins, les poumons ou le foie, et causer des problèmes chez le bébé.

Dans la cellulite, des bactéries infectent la peau et les tissus sous-cutanés, causant parfois un œdème accompagné de rougeur et d’une sensibilité. La cellulite s’installe avec prédilection sur les membres inférieurs, mais elle peut apparaître ailleurs.

Facteurs de risque

Le risque de thrombose veineuse profonde et de pré-éclampsie est majoré par différentes situations (facteurs de risque).

Pour la thrombose veineuse profonde, les facteurs de risque comprennent :

  • un traumatisme récent d’un membre inférieur ;

  • un épisode antérieur de thrombose veineuse profonde ;

  • un trouble qui favorise la formation de thrombus, tel qu’un cancer ou parfois un lupus érythémateux systémique (lupus) ;

  • Tabagisme

  • une immobilité, comme après une maladie ou une intervention chirurgicale.

Pour la pré-éclampsie, les facteurs de risque comprennent :

  • une hypertension artérielle qui était présente avant la grossesse ;

  • une pré-éclampsie lors d’une grossesse précédente, ou un membre de la famille ayant eu une pré-éclampsie ;

  • être âgée de moins de 17 ans et de plus de 35 ans ;

  • une première grossesse ;

  • une grossesse multiple ;

  • Diabète

Évaluation

Les médecins doivent exclure une thrombose veineuse profonde, une pré-éclampsie, une cellulite et d’autres causes possibles, avant de diagnostiquer un œdème physiologique.

Signes avant-coureurs

Chez les femmes enceintes qui présentent un œdème des jambes, les symptômes suivants sont préoccupants :

  • une tension artérielle de 140/90 mmHg ou plus ;

  • un œdème dans une seule jambe ou un seul mollet, en particulier si la zone est chaude, rouge et/ou sensible au toucher, avec présence de fièvre ;

  • un œdème des mains ;

  • un œdème qui augmente de façon soudaine ;

  • une confusion, des difficultés à respirer, des modifications de la vision, des tremblements, des convulsions, une douleur abdominale soudaine ou une céphalée soudaine, des symptômes qui peuvent être dus à une pré-éclampsie.

Quand consulter un médecin

La femme doit immédiatement se rendre à l’hôpital en cas de :

  • symptômes suggérant une pré-éclampsie.

Les femmes qui présentent d’autres signes alarmants doivent consulter un médecin dans la journée. Les femmes qui ne présentent pas de signes alarmants doivent consulter un médecin, mais un délai de plusieurs jours est acceptable.

Que fait le médecin

Les médecins commencent par poser des questions à propos de l’œdème et des autres symptômes, ainsi que des antécédents médicaux. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Ce que le médecin découvre d'après les antécédents médicaux et l’examen clinique de la personne suggère souvent une cause du gonflement de la paupière et les examens à réaliser ( Certaines causes et caractéristiques des œdèmes en fin de grossesse).

Les médecins demandent à quel moment l’œdème a commencé, combien de temps il a duré et s’il est atténué ou accentué par certaines activités (comme le fait de se coucher sur le côté gauche). Le fait de se coucher sur le côté gauche diminue l’œdème physiologique. Les médecins interrogent également la patiente à propos de conditions susceptibles d’augmenter le risque de développer une thrombose veineuse profonde et une pré-éclampsie.

On interroge la patiente à propos d’autres symptômes qui pourraient suggérer une cause. On lui demande si elle a déjà eu une thrombose veineuse profonde, une embolie pulmonaire, une pré-éclampsie ou une hypertension artérielle.

Lors de l’examen clinique, les médecins recherchent les signes d’une cause grave. Pour vérifier les symptômes de la pré-éclampsie, les médecins mesurent la tension artérielle, contrôlent éventuellement les réflexes de la patiente et examinent le fond de l’œil avec un ophtalmoscope (appareil manuel qui ressemble à une petite lampe de poche).

Certaines causes et caractéristiques des œdèmes en fin de grossesse

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Œdème normal (physiologique)

Gonflement (œdème) indolore similaire et égal dans les deux jambes, qui diminue généralement lorsque la personne se couche sur le côté gauche

Un examen médical du médecin

Thrombose veineuse profonde

Œdème et douleur dans une seule jambe ou un seul mollet

Souvent sensibilité au toucher, rougeur et chaleur dans la zone affectée

Parfois, existence de facteurs de risque pour la thrombose veineuse profonde

Si un caillot sanguin migre vers les poumons et y obstrue un vaisseau (causant ainsi une embolie pulmonaire), douleur thoracique et difficultés à respirer

Échographie Doppler de la jambe affectée pour rechercher une obstruction veineuse

Parfois, une analyse de sang pour mesurer une substance libérée par les caillots sanguins (appelée D-dimères)

Si la femme ressent une douleur thoracique et présente des difficultés à respirer, une TDM du thorax ou une scintigraphie pulmonaire de ventilation-perfusion

pré-éclampsie ;

Œdème des deux pieds et parfois du visage et/ou des mains

Pas de sensibilité au toucher, de rougeur ou de chaleur dans les zones enflées

Parfois des céphalées, une confusion, une vision brouillée, des nausées ou des vomissements, ou une éruption cutanée de petits boutons rosés à rouges (indiquant un saignement cutané)

Parfois, existence de facteurs de risque pour la pré-éclampsie

Mesure de la tension artérielle et de la quantité de protéines dans les urines

Cellulite

Œdème d’une jambe ou d’un mollet, et sensibilité au toucher, rougeur et chaleur dans la zone affectée

Une rétraction possible de la peau affectée (avec un aspect « peau d’orange »)

Affecte souvent une zone relativement petite

Parfois de la fièvre

Un examen médical du médecin

*Les caractéristiques sont les symptômes et les résultats de l’examen clinique. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

Tests

Si une thrombose veineuse profonde est suspectée, une échographie Doppler de la jambe affectée est réalisée. Cet examen peut mettre en évidence des troubles du flux sanguin causés par des thrombus dans les veines de la jambe.

Si une pré-éclampsie est suspectée, le taux de protéines est mesuré dans un échantillon d’urine. Une tension artérielle élevée associée à un taux élevé de protéines dans les urines indique une pré-éclampsie. Si le diagnostic est incertain, on demande à la patiente de recueillir ses urines pendant 24 heures, et les protéines sont mesurées dans ce volume d’urine. Cette mesure est plus précise.

Traitement

Lorsque l’œdème est dû à un trouble, ce trouble est traité.

Le gonflement qui survient de façon normale pendant la grossesse peut être réduit en prenant les mesures suivantes :

  • se coucher sur le côté gauche, ce qui éloigne l’utérus de la grosse veine qui ramène le sang vers le cœur (veine cave inférieure) ;

  • se reposer fréquemment avec les membres inférieurs surélevés ;

  • porter des bas de contention ;

  • porter des vêtements amples qui ne restreignent pas le flux sanguin, en particulier dans les jambes (par exemple, ne pas porter de bas ou de chaussettes avec des élastiques serrés au niveau des chevilles ou des mollets).

Points-clés

  • un œdème des jambes et des chevilles est normal (physiologique) pendant la grossesse et survient au cours du 3e trimestre ;

  • les médecins peuvent identifier les causes graves d’œdème d’après les résultats de l’examen clinique, de la mesure de la tension artérielle, des analyses d’urine et parfois de l’échographie ;

  • si l’œdème est dû à la grossesse elle-même, il peut être réduit en se couchant sur le côté gauche, en élevant régulièrement les jambes et en portant des bas de contention.

Ressources dans cet article