Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Croup

(Laryngo-trachéo-bronchite)

Par John T. McBride, MD, Professor of Pediatrics;Vice-Chair, Department of Pediatrics, Northeastern Ohio Universities Colleges of Medicine and Pharmacology, Rootstown;Akron Children’s Hospital

La laryngo-trachéo-bronchite (ou croup) est une inflammation de la trachée et des cordes vocales (larynx), le plus souvent provoquée par une infection virale contagieuse, qui se caractérise par une toux, un bruit fort grinçant (stridor) et parfois des difficultés respiratoires à l’inspiration.

  • Elle est provoquée par des virus.

  • Les symptômes comprennent une fièvre, un écoulement nasal et une toux typique dite « aboyante ».

  • Le diagnostic repose sur les symptômes.

  • La plupart des enfants récupèrent de l’infection à domicile, mais certains peuvent nécessiter une hospitalisation afin de recevoir des liquides, de l’oxygène et des médicaments.

Elle touche essentiellement les enfants entre 6 mois et 3 ans.

La laryngo-trachéo-bronchite est une infection virale caractérisée par un gonflement du tissu tapissant les voies aériennes, notamment au niveau de la région juste en dessous des cordes vocales (larynx). Les virus parainfluenzae en sont le plus souvent à l’origine, mais elle peut également être liée à d’autres virus, tels le virus respiratoire syncytial (VRS, Infection par le virus respiratoire syncytial (VRS) et infection par le métapneumovirus), ou à un virus de la grippe. Une laryngo-trachéo-bronchite due à des virus grippaux peut être particulièrement sévère et peut survenir chez des enfants d’une plage d’âge plus étendue.

Bien qu’elle survienne tout au long de l’année, les épidémies saisonnières sont fréquentes. La laryngo-trachéo-bronchite causée par des virus parainfluenzae a tendance à survenir en automne, et celle causée par le VRS et les virus de la grippe a tendance à survenir en hiver et au printemps. L’infection se transmet habituellement par l’inhalation de gouttelettes suspendues dans l’air contenant des particules de virus ou au contact d’objets contaminés par ces gouttelettes.

En général, les enfants ne souffrent que d’un épisode unique de laryngo-trachéo-bronchite ; quelques-uns cependant présentent des épisodes à répétition (croup spasmodique) dus à des infections virales qui baissent progressivement en fréquence et en sévérité.

Symptômes

En général les symptômes initiaux sont ceux d’un rhume : un écoulement nasal, des éternuements, une fièvre peu élevée et, parfois, une toux. L’enfant présente ensuite un enrouement de la voix et une toux fréquente et de sonorité inhabituelle, décrite comme rauque ou aboyante. La sévérité de la laryngo-trachéo-bronchite est variable. Parfois, l’œdème des voies aériennes entraîne des difficultés respiratoires, notamment lors de l’inspiration. En cas de laryngo-trachéo-bronchite sévère, l’enfant peut émettre un bruit grinçant fort (stridor, Stridor) à chaque inspiration. Environ 50 % des enfants présentent une fièvre. Tous ces symptômes s’aggravent en général considérablement la nuit et peuvent réveiller l’enfant. Les symptômes semblent souvent s’améliorer le matin, pour s’aggraver à nouveau la nuit suivante.

Les symptômes les plus handicapants durent en général 3 à 4 jours ; la toux perdure mais évolue vers une forme moins rauque. Cette modification de la toux peut causer certains parents à penser que l’infection s’est déplacée vers les poumons, mais il s’agit en fait de l’évolution normale de la maladie.

Diagnostic

  • Son de la toux

  • Radiographies du cou

Le diagnostic est fondé sur les symptômes caractéristiques de la maladie, notamment la toux.

Le diagnostic est confirmé à l’aide de radiographies du cou et de la poitrine.

Pronostic

La plupart des enfants atteints de la laryngo-trachéo-bronchite guérissent complètement.

Traitement

  • Pour la forme peu grave, liquides et air humidifié

  • Pour la forme sévère, hospitalisation, oxygène, épinéphrine et corticoïdes

En cas d’une respiration de type croup chez leur enfant, les parents doivent contacter leur médecin car les enfants atteints de laryngo-trachéo-bronchite peuvent devenir très rapidement très malades.

Pour les enfants légèrement malades, le traitement peut être administré à domicile et la guérison se produit généralement en 3 à 4 jours. Il est nécessaire de maintenir l’enfant en position confortable, en le faisant boire suffisamment, et de le laisser se reposer car la fatigue et les pleurs aggravent la maladie. Les humidificateurs d’intérieur (par exemple les vaporisateurs ou autres humidificateurs) peuvent diminuer la sécheresse des voies aériennes supérieures et faciliter la respiration. Une humidité peut être rapidement obtenue en ouvrant l’eau chaude de la douche pour remplir la salle de bain de buée. Faire sortir l’enfant pour respirer l’air froid de la nuit ou l’amener dans la cuisine pour respirer l’air froid du congélateur peut aussi lui ouvrir les voies aériennes de manière significative.

Le saviez-vous ?

  • De même, l’air froid sortant du congélateur peut soulager les symptômes.

Chez les enfants plus atteints, l’administration d’une dose unique d’un corticoïde peut éviter une aggravation des symptômes. Les enfants présentant une toux caractéristique continue doivent être examinés immédiatement par un médecin, lequel est susceptible de donner un traitement par corticoïdes, voire d'hospitaliser l’enfant à des fins de surveillance et de soins optimaux.

Les enfants dont les difficultés respiratoires s’aggravent ou persistent, ou présentant une fréquence cardiaque rapide, une fatigue, une déshydratation ou un teint bleuâtre, doivent recevoir de l’oxygène ainsi que des liquides par voie intraveineuse. Les enfants sont habituellement traités par des nébulisations d’épinéphrine et par des corticoïdes administrés par voie orale ou voie intraveineuse. Ces médicaments diminuent l’œdème du tissu des voies aériennes. Les enfants dont l’état s’améliore sous traitement peuvent être renvoyés chez eux, tandis que dans les cas très sévères, l’enfant doit rester à l’hôpital.

L’antibiothérapie n’est utilisée que dans de rares cas où l’enfant présente également une surinfection bactérienne. Une ventilation assistée se justifie rarement.

Ressources dans cet article