Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Respiration sifflante chez les nourrissons et les jeunes enfants

Par John T. McBride, MD, Professor of Pediatrics;Vice-Chair, Department of Pediatrics, Northeastern Ohio Universities Colleges of Medicine and Pharmacology, Rootstown;Akron Children’s Hospital

La respiration sifflante est un son sifflant relativement aigu survenant au cours de la respiration, lorsque les voies respiratoires sont en partie bloquées.

  • La respiration sifflante est due au rétrécissement des voies respiratoires.

  • Les symptômes peuvent inclure toux, fièvre et écoulement nasal.

  • Le diagnostic repose sur les radiographies du thorax et parfois d’autres examens.

  • Le traitement peut inclure des corticoïdes et des bronchodilatateurs.

La respiration sifflante est due au rétrécissement ou au blocage (obstruction) des voies respiratoires. Le rétrécissement peut être dû à :

  • Gonflement des tissus tapissant les voies respiratoires

  • Spasme des minuscules muscles des parois des voies respiratoires (bronchospasme)

  • Accumulation de mucus dans les voies respiratoires

Les épisodes récidivants de respiration sifflante ( Sifflement) sont fréquents au cours des premières années de vie. Jusqu’à récemment, les médecins diagnostiquaient ces épisodes comme étant de l’asthme ( Asthme chez l’enfant) car, comme l’asthme, les épisodes pouvaient être soulagés en inhalant des médicaments ouvrant les voies respiratoires (bronchodilatateurs) et parce que la plupart des adultes asthmatiques développaient en premier lieu des symptômes pendant l’enfance. Maintenant, néanmoins, les médecins savent que seuls quelques nourrissons et jeunes enfants présentant ces épisodes de respiration sifflante seront asthmatiques ultérieurement pendant l’enfance ou l’adolescence.

Le saviez-vous ?

  • Tous les cas de respiration sifflante ne sont pas causés par l’asthme.

Les enfants qui sont les plus à même d’être diagnostiqués asthmatiques sont les enfants présentant un ou plusieurs des facteurs de risque suivants :

  • Certaines éruptions cutanées

  • Épisodes de respiration sifflante plus sévères

  • Antécédents familiaux d’asthme

  • Tendance familiale à avoir de nombreuses allergies

Cependant, chez la plupart des enfants, les épisodes de respiration sifflante s’arrêtent entre l’âge de 6 et 10 ans, et les médecins ne diagnostiquent pas ces épisodes comme étant de l’asthme. Les épisodes récurrents de respiration sifflante ont d’autres causes.

Causes

Un seul épisode brutal de respiration sifflante chez des nourrissons et jeunes enfants est généralement causé par une infection respiratoire virale.

Les causes les plus courantes des épisodes récurrents sont le plus probablement dues à :

  • Infections pulmonaires virales fréquentes

  • Allergies

  • Asthme

Les causes moins courantes de respiration sifflante récidivante comprennent les troubles chroniques de la déglutition qui causent une inhalation récurrente d’objets dans les poumons, le reflux gastro-œsophagien, un corps étranger dans les poumons ou l’insuffisance cardiaque. Souvent, la cause de la respiration sifflante récurrente n’est pas claire.

Quelle que soit la cause initiale de la respiration sifflante, les symptômes s’aggravent souvent en cas d’allergies ou d’inhalation de produits irritants (comme la fumée de tabac).

Symptômes

La respiration sifflante s’accompagne souvent d’une toux récurrente sèche ou d’expectorations (également appelées mucosités). Les autres symptômes varient en fonction de la cause et peuvent inclure de la fièvre, un écoulement nasal et des difficultés à s’alimenter (causées par une insuffisance cardiaque ou des troubles de la déglutition).

Un sifflement très aigu est émis par l’enfant lors de l’expiration. Si le rétrécissement des voies respiratoires est sévère, le sifflement peut être émis par l’enfant lors de l’inspiration. Les enfants sévèrement touchés peuvent également respirer rapidement ; la respiration implique un effort intense des muscles respiratoires et ils présentent un battement des ailes du nez, ainsi qu’une coloration bleutée de la peau. Une fièvre peut être présente en cas d’infection pulmonaire.

Diagnostic

  • Radiographies du thorax

  • Rarement, examens de la déglutition, TDM, bronchoscopie

Pour un premier épisode de respiration sifflante sévère, la plupart des médecins réalisent une radiographie du thorax à la recherche de signes de corps étranger dans les poumons, d’une pneumonie ou d’une insuffisance cardiaque. Les médecins mesurent le taux d’oxygène dans le sang avec un capteur placé sur un doigt (oxymétrie de pouls).

En cas d’épisodes récurrents de respiration sifflante, les crises n’impliquent généralement pas d’examen, sauf en cas de signes de problèmes respiratoires sévères. Les enfants présentant des crises fréquentes ou sévères ou des symptômes qui ne sont pas soulagés avec des bronchodilatateurs ou d’autres médicaments anti-asthmatiques peuvent devoir subir d’autres examens tels que des examens de la déglutition ( Examens radiologiques), une tomodensitométrie (TDM, Tomodensitométrie (TDM)) ou une bronchoscopie ( Bronchoscopie).

Traitement

  • Pour les crises, bronchodilatateurs et parfois corticoïdes

  • Pour la respiration sifflante sévère, prise quotidienne de bronchodilatateurs et d’anti-inflammatoires utilisés contre l’asthme

Les nourrissons et les jeunes enfants présentant des crises de respiration sifflante inhalent un bronchodilatateur (tel que l’albutérol) et, si la respiration sifflante est sévère, des corticoïdes (tels que la prednisone) par voie orale ou intraveineuse.

Les enfants qui ne développeront probablement pas un asthme persistant, comme les enfants ne présentant pas de signes d’allergies ou d’antécédents familiaux d’allergies ou d’asthme et dont les épisodes de respiration sifflante sont relativement légers et occasionnels, ne requièrent généralement que des bronchodilatateurs inhalés utilisés si nécessaire pour contrôler leurs symptômes.

Pour la plupart des jeunes enfants présentant des épisodes de respiration sifflante plus fréquents et/ou sévères, il est utile de prendre quotidiennement des bronchodilatateurs et des anti-inflammatoires utilisés pour l’asthme ( Asthme chronique). Bien que la prise quotidienne d’un modificateur des leucotriènes (tel que le montélukast ou le zafirlukast) ou d’une faible dose d’un corticoïde inhalé (tel que la béclométhasone) réduise la sévérité et la fréquence des épisodes de respiration sifflante, ces médicaments ne modifient pas la progression naturelle de la maladie.

Ressources dans cet article