Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Méningite chez l'enfant

Par Geoffrey A. Weinberg, MD, Golisano Children’s Hospital, University of Rochester Medical Center;University of Rochester School of Medicine and Dentistry

La méningite bactérienne est une infection des membranes recouvrant le cerveau et la moelle épinière (méninges).

  • Une méningite bactérienne est le plus souvent une conséquence d'une infection bactérienne dans le sang (septicémie).

  • Les enfants plus âgés ont en général une fièvre, des céphalées, une confusion et une raideur de la nuque ; les nourrissons sont le plus souvent irritables, refusent de s'alimenter, vomissent ou présentent d'autres symptômes.

  • Le diagnostic repose sur les résultats d'analyses de sang et d'une ponction lombaire.

  • La méningite peut être mortelle chez certains enfants même avec un traitement approprié.

  • La vaccination contribue à prévenir contre certaines infections bactériennes susceptibles de se compliquer d'une méningite.

  • Des antibiotiques sont administrés pour traiter l'infection.

Une méningite peut survenir à tout âge. La méningite est similaire chez les enfants plus âgés, les adolescents et les adultes (voir Méningite bactérienne aiguë), mais différente chez les nouveau-nés et les nourrissons.

Les enfants les plus susceptibles de développer une méningite sont les enfants sans rate et les enfants souffrant de drépanocytose. Les enfants présentant des malformations congénitales du visage et du crâne peuvent avoir des déformations des os qui permettent aux bactéries d'accéder aux méninges. Les enfants dont le système immunitaire est affaibli, tels que les enfants atteints de SIDA ou traités par chimiothérapie, sont plus susceptibles de souffrir d'une méningite.

Le saviez-vous ?

  • Toutes les bactéries n'entraînent pas une maladie ou une infection.

Causes

Chez le nouveau-né, la méningite découle généralement d'une infection du sang (septicémie). Classiquement l'infection est due à des bactéries transmises lors du passage dans la filière génitale de la mère, en général des streptocoques du groupe B, Escherichia coli ou Listeria monocytogenes. Les nourrissons et les enfants plus grands se contaminent au contact des sécrétions respiratoires de personnes infectées. Les bactéries qui infectent les nourrissons et les enfants plus âgés incluent Streptococcus pneumoniae et Neisseria meningitidis. Dans le passé, Haemophilus influenzae de type b a été la cause la plus fréquente de méningite, jusqu’à la diffusion à grande échelle de sa vaccination. Les vaccins actuels contre Streptococcus pneumoniae et Neisseria meningitidis (vaccins conjugués pneumococcique et méningococcique) devraient contribuer à rendre très rares des méningites de l'enfant dues à ces organismes.

Symptômes et diagnostic

Les enfants plus âgés et les adolescents atteints de méningite ont en général une fièvre sur plusieurs jours, des céphalées, une raideur de la nuque et présentent une confusion. Il peut exister une infection des voies aériennes supérieures sans relation avec la méningite. Les nouveau-nés et les nourrissons présentent rarement une raideur de la nuque et sont incapables d’exprimer leur sensation de gêne. L’apparition chez ces derniers d’une agitation, d’une irritabilité (en particulier lorsqu’on les prend dans les bras) et d’une perte de l’appétit doit alerter les parents sur la possibilité d’une maladie grave. Parfois, les nouveau-nés et les nourrissons ont de la fièvre, des vomissements ou une éruption cutanée. Dans un tiers des cas apparaissent des convulsions. Les nerfs qui contrôlent certains mouvements des yeux et du visage peuvent être lésés et entraîner un strabisme ou une altération de l’expression faciale (différences entre les deux côtés du visage). Chez 25 % environ des nouveau-nés souffrant de méningite, l’élévation de la pression du liquide céphalorachidien peut rendre les fontanelles (points mous entre les os du crâne) bombées ou fermes au toucher. Ces signes apparaissent en général en 1 à 2 jours au moins, mais l'état de certains nourrissons, en particulier ceux de moins de 3 ou 4 mois, s’aggrave très rapidement, passant de normal à un état proche de la mort en moins de 24 heures.

Rarement, certaines bactéries peuvent former des poches de pus (abcès) dans le cerveau des nourrissons souffrant de méningite. Au fur et à mesure de la croissance des abcès, la pression sur le cerveau augmente, provoquant des vomissements, une augmentation du périmètre crânien et un bombement des fontanelles.

Le diagnostic d'une méningite bactérienne repose sur l'examen et la culture d'un échantillon de liquide céphalorachidien recueilli par ponction lombaire (voir Réalisation d’une ponction lombaire). Des hémocultures sont également effectuées pour rechercher la présence de bactéries dans la circulation sanguine. Une échographie ou une tomodensitométrie (TDM [scanner]) du cerveau peut être effectuée pour rechercher la présence d'abcès.

Pronostic

Même sous un traitement précoce et adapté, une méningite bactérienne est mortelle chez jusqu'à 25 % des nouveau-nés atteints. Chez les nourrissons et les enfants, la mortalité varie de 3 à 5 % en cas d’infection par Haemophilus influenzae de type b, de 5 à 10 % en cas d’infection par Neisseria meningitidis et de 10 à 20 % en cas d’infection par Streptococcus pneumoniae.

Parmi les nourrissons qui survivent, 15 à 25 % présentent des séquelles neurologiques graves, comme un élargissement des ventricules cérébraux (hydrocéphalie), une surdité, une infirmité motrice cérébrale ou un retard mental/déficit intellectuel. Jusqu’à 30 % présentent des complications moins graves, comme des troubles de l’apprentissage, une légère perte de l’audition ou des crises convulsives occasionnelles. La fréquence de ces complications a tendance à diminuer avec l'âge de l'enfant.

Prévention

Les professionnels de la santé et les parents peuvent contribuer à prévenir les méningites bactériennes en s'assurant que tous les jeunes enfants sont vaccinés contre Haemophilus influenzae de type b et Streptococcus pneumoniae (vaccins conjugués), et que tous les enfants plus âgés et les adolescents sont vaccinés contre Neisseria meningitidis (vaccin conjugué ou polysaccharide).

Traitement

En cas de suspicion de méningite, l'enfant pris en charge reçoit le plus rapidement possible de fortes doses d’antibiotiques par voie intraveineuse. Dans les cas graves, les antibiotiques sont administrés même avant la ponction lombaire. Une fois que les résultats des cultures de ponction lombaire deviennent disponibles, le médecin peut éventuellement décider de changer les antibiotiques administrés selon le type de bactérie à l'origine de la méningite. Chez les enfants de plus de 6 semaines, les médecins administrent souvent des corticostéroïdes pour essayer de prévenir les séquelles neurologiques permanentes. Parfois, la ponction lombaire et les cultures sont répétées pour déterminer si l'action des antibiotiques est assez efficace.

Ressources dans cet article