Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Infections virales du système nerveux central chez les enfants

Par Mary T. Caserta, MD, University of Rochester School of Medicine and Dentistry;Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester Medical Center

Les infections du système nerveux central sont extrêmement graves. Les méningitestouchent les membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière. Les encéphalites touchent le cerveau directement.

  • Les infections du système nerveux central causées par des virus peuvent être à l’origine d’une méningite et d’une encéphalite.

  • Les symptômes débutent en général par de la fièvre et peuvent évoluer vers de l’irritabilité, un refus de s’alimenter, des céphalées, une douleur au niveau du cou et parfois des convulsions.

  • Le diagnostic d’infection virale du système nerveux central repose sur la réalisation d’une rachicentèse.

  • La plupart des infections sont légères, mais certaines peuvent être sévères et menacer le pronostic vital.

  • En général, les médicaments antiviraux ne sont pas efficaces pour traiter les infections du système nerveux central. La prise en charge des enfants consiste donc à maintenir les fonctions vitales (comme des médicaments pour contrôler la fièvre et la douleur et un apport de liquides).

Les virus qui infectent le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) comprennent les virus herpes (voir également infections par le virus herpes simplex), les arbovirus, les virus Coxsackie, les échovirus et les entérovirus (voir également infections à entérovirus). Certaines de ces infections touchent principalement les méninges (les tissus entourant le cerveau et la moelle épinière) et entraînent une méningite. La méningite virale est parfois appelée méningite aseptique. D’autres infections touchent principalement le cerveau et provoquent une encéphalite. Les infections touchant à la fois les méninges et le cerveau sont des méningo-encéphalites. Chez les enfants, la méningite est beaucoup plus fréquente que l’encéphalite.

Le saviez-vous ?

  • Les antibiotiques ne sont d’aucune efficacité contre les infections virales.

Les virus endommagent le système nerveux central de deux façons :

  • Lors de la phase aiguë de la maladie, ils peuvent infecter et détruire directement les cellules du système nerveux central.

  • Après la guérison de l’infection infantile, la réponse immunitaire de l’organisme provoque parfois des lésions aux cellules situées autour des nerfs.

Ces lésions secondaires (encéphalomyélite post-infectieuse ou encéphalomyélite aiguë disséminée) provoquent généralement des symptômes plusieurs semaines après la fin de la phase aiguë.

Les enfants contractent des infections du système nerveux central de diverses façons. Les nouveau-nés peuvent être infectés par le virus herpes au contact des sécrétions infectées lors du passage dans la filière génitale. D’autres infections virales sont contractées par inhalation d’air contaminé par des gouttelettes contenant du virus provenant de l’air expiré par une personne infectée. Les infections à arbovirus sont transmises par des piqûres d’insectes vecteurs (ce que l’on appelle encéphalite épidémique).

Les symptômes et le traitement d’une méningite virale et d’une encéphalite chez les enfants plus âgés et les adolescents sont semblables à ceux des adultes. L’incapacité des nourrissons à communiquer directement ne permet pas de comprendre facilement les symptômes. Cependant, un enfant qui a une infection du système nerveux central présente souvent certains des symptômes décrits ci-dessous.

Symptômes

Les infections virales du système nerveux central chez les nouveau-nés et les nourrissons débutent habituellement par de la fièvre. Parfois les nouveau-nés ne présentent pas d’autres symptômes et n’apparaissent pas malades au début. Les enfants âgés de plus d’un mois environ deviennent souvent irritables, grognons et refusent de s’alimenter. Les vomissements sont fréquents. Parfois la partie molle du crâne du nouveau-né (fontanelle) enfle, indiquant l’augmentation de la pression exercée sur le cerveau. Les mouvements aggravant l’irritation des méninges, un enfant qui a une méningite pleure plus et ne se calme pas lorsqu’il est pris dans les bras et bercé. Certains enfants pleurent de façon étrangement aiguë. Un nourrisson souffrant d’encéphalite a souvent des convulsions ou d’autres mouvements anormaux. Les enfants atteints d’une encéphalite sévère peuvent devenir léthargiques et comateux puis décéder.

Une infection par le virus herpes simplex, qui n’atteint souvent qu’une seule région du cerveau, peut induire des convulsions ou une faiblesse qui ne touche qu’une seule partie du corps ( Infections du nouveau-né (liste non exhaustive)). Un nourrisson présentant une encéphalite causée par le virus herpès simplex peut également avoir une éruption sur la peau, dans les yeux ou dans la bouche. L’éruption se compose de vésicules rouges remplies de liquide qui finissent par former une croûte avant de cicatriser.

L’encéphalomyélite post-infectieuse peut créer divers troubles neurologiques, selon la région du cerveau touchée. Les enfants peuvent présenter une faiblesse d’un bras ou d’une jambe, une perte de la vision ou de l’audition, un changement de comportement, un déficit intellectuel ou des convulsions récidivantes. Certains de ces symptômes se remarquent tout de suite. D’autres symptômes peuvent ne pas se remarquer tout de suite, par exemple lorsque l’enfant subit des examens auditifs, visuels et/ou d’intelligence de routine. Souvent les symptômes disparaissent avec le temps ; mais ils sont quelquefois permanents.

Diagnostic

  • Ponction lombaire

On évoque la possibilité d’une méningite ou d’une encéphalite chez tout nouveau-né fébrile, et chez tout nourrisson, enfant ou adolescent qui a une fièvre, une irritabilité ou se comporte anormalement. Pour poser le diagnostic de méningite ou d’encéphalite, les médecins réalisent une rachicentèse (ponction lombaire) afin de recueillir du liquide céphalorachidien (LCR) qui sera analysé en laboratoire. Dans les infections virales, le nombre de globules blancs augmente dans le LCR, mais aucune bactérie n’est identifiée. Des tests immunologiques à la recherche d’anticorps dirigés contre les virus peuvent être réalisés sur des prélèvements de LCR, mais ces tests prennent généralement plusieurs jours. Les techniques de réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR) sont utilisées pour identifier plus rapidement le virus herpès simplex et les entérovirus dans le LCR.

L’analyse des ondes cérébrales (électroencéphalographie) peut faciliter le diagnostic d’encéphalite à virus herpétique. Il peut être confirmé par imagerie par résonance magnétique (IRM) ou par tomodensitométrie (TDM), spécialement en cas d’encéphalomyélite post-infectieuse.

Pronostic

Le pronostic varie beaucoup selon le type d’infection. De nombreuses formes de méningite et d’encéphalite virales sont légères et l’enfant guérit rapidement et complètement. D’autres formes sont sévères.

L’infection cérébrale par le virus herpes simplex est particulièrement grave. Sans traitement, environ 50 % des nouveau-nés atteints d’infection cérébrale à virus herpes simplex décèdent, et deux tiers de ceux qui survivent ont des lésions cérébrales sévères. Malgré le traitement, environ 25 % décèdent et jusqu’à la moitié de ceux qui survivent ont des lésions cérébrales. Si l’infection par le virus herpes touche d’autres organes en plus du cerveau, la mortalité s’élève à 85 %.

Traitement

  • Nourrisson dans une position confortable

  • Médicaments contre la fièvre ou les convulsions

  • Pour l’encéphalomyélite post-infectieuse, corticoïdes ou autres médicaments

La plupart des nourrissons ne nécessitent qu’un traitement de soutien. À savoir, ils doivent être tenus au chaud, absorber une grande quantité de liquides et prendre des médicaments contre la fièvre ou les convulsions. Les médicaments antiviraux ne sont pas efficaces dans la plupart des infections du système nerveux central. Cependant, les infections par le virus herpes simplex peuvent être traitées par de l’aciclovir administré par voie intraveineuse.

L’encéphalomyélite post-infectieuse peut être traitée avec des corticoïdes ou d’autres médicaments qui réduisent la réponse immunitaire entraînant les lésions neurologiques.

Ressources dans cet article