Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des infections virales des voies aériennes chez les enfants

Par Mary T. Caserta, MD, University of Rochester School of Medicine and Dentistry;Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester Medical Center

Les infections virales des voies aériennes touchent le nez, la gorge et les voies aériennes, et peuvent être provoquées par un de nombreux virus différents.

  • Les infections des voies aériennes fréquentes comprennent le rhume et la grippe.

  • Les symptômes classiques comprennent la congestion nasale, un écoulement nasal, la gorge qui gratte, une toux et une irritabilité.

  • Le diagnostic repose sur les symptômes.

  • La meilleure manière d’éviter ces infections est une bonne hygiène. La vaccination de routine contre la grippe prévient cette affection.

  • Le traitement est destiné à soulager les symptômes.

Les enfants présentent en moyenne six infections virales de l’appareil respiratoire chaque année.

Les infections virales des voies aériennes sont généralement divisées en :

  • Infections des voies aériennes supérieures : Les symptômes touchent principalement le nez et la gorge. Les infections virales des voies aériennes supérieures peuvent survenir à tout âge et comprennent le rhume et la grippe.

  • Infections des voies aériennes inférieures : Les symptômes touchent la trachée, les voies aériennes et les poumons. Les infections virales des voies aériennes inférieures sont plus fréquentes chez les enfants et comprennent le croup, la bronchiolite et la pneumonie.

Les enfants ont parfois des infections touchant à la fois les voies aériennes supérieures et inférieures.

Causes

Les principales causes d’infections virales respiratoires chez l’enfant sont les rhinovirus, les virus de la grippe (au cours des épidémies hivernales), les virus parainfluenzae, le virus respiratoire syncytial (VRS), les entérovirus, les coronavirus et certaines souches d’adénovirus.

Les infections virales de l’appareil respiratoire sont souvent propagées par les mains des enfants qui ont été en contact avec les sécrétions nasales d’une personne infectée. Ces secrétions contiennent les virus. Lorsque l’enfant se touche le nez ou les yeux, les virus y pénètrent et produisent une nouvelle infection. Moins souvent, les infections se propagent par l’air contenant des gouttelettes émises lors de la toux ou les éternuements d’une personne infectée.

Pour différentes raisons, les sécrétions nasales ou respiratoires d’un enfant atteint d’infection virale respiratoire contiennent plus de virus que celles d’un adulte infecté. Cette plus grande concentration de virus, associée à un moindre souci d’hygiène, prédispose les enfants à diffuser leur infection. La possibilité de transmission augmente encore lorsque les enfants sont regroupés, en particulier dans les crèches et les écoles. Contrairement à des croyances répandues, d’autres facteurs, tels que prendre froid, être mouillé ou fatigué, ne provoquent pas de rhume ou d’augmentation du risque d’infection.

Symptômes

Les virus qui envahissent les cellules de l’appareil respiratoire déclenchent une inflammation de la muqueuse et la production de mucus qui entraînent une congestion nasale avec un écoulement, un grattement de gorge et une toux, qui peuvent durer jusqu’à 14 jours. Certains enfants peuvent continuer à tousser pendant plusieurs semaines après la résolution de l’infection des voies aériennes supérieures. La fièvre, avec des températures d’environ 38,3 à 38,9 °C, est fréquente chez les jeunes enfants ou ceux ayant la grippe. La température de l’enfant peut même atteindre 40 °C.

D’autres symptômes typiques chez l’enfant sont une diminution de l’appétit, une somnolence et une sensation générale de malaise. Des céphalées et des douleurs diffuses sont possibles, en particulier dans la grippe. Les nourrissons et les jeunes enfants ne sont en général pas en mesure de décrire leurs symptômes et paraissent irritables et grognons.

Complications des infections virales des voies aériennes

Les nouveau-nés et les nourrissons préférant respirer par le nez, même une discrète congestion nasale peut entraîner des difficultés respiratoires. La congestion nasale entraîne des difficultés d’alimentation, car les enfants ne peuvent pas respirer en tétant le sein ou le biberon. Les enfants ne peuvent cracher le mucus quand ils toussent, ils font donc souvent des fausses-routes et s’étouffent.

Le diamètre des petites voies aériennes des jeunes enfants peut être significativement réduit par l’inflammation et le mucus, rendant la respiration difficile. Ces enfants respirent rapidement et peuvent produire des bruits aigus à l’expiration (sifflements) ou à l’inspiration (stridor). Un rétrécissement sévère des voies aériennes peut faire suffoquer l’enfant qui devient bleu (cyanose). Ces problèmes respiratoires sont plus fréquents si l’infection est causée par des virus parainfluenzae, VRS et le métapneumovirus humain. Ces enfants doivent être examinés par un médecin en urgence.

Certains enfants avec une infection virale des voies aériennes développent aussi une infection de l’oreille moyenne ou des poumons (pneumonie), causées en général par le virus lui-même ou par une infection bactérienne qui peut se développer du fait de l’inflammation liée au virus qui rend les tissus plus sensibles à l’infection par d’autres germes. Chez les enfants asthmatiques ( Asthme chez l'enfant), les infections des voies aériennes déclenchent souvent des crises d’asthme.

Diagnostic

  • Examen clinique

Les médecins et les parents reconnaissent les infections respiratoires à leurs symptômes caractéristiques. Les enfants par ailleurs en bonne santé, et qui présentent des symptômes légers d’infection des voies aériennes supérieures, n’ont pas en général besoin d’être vus par un médecin en l’absence de difficultés respiratoires, de déshydratation ou de fièvre évoluant depuis moins de 2 jours. Des radiographies du cou et du thorax peuvent être effectuées chez les enfants en cas de difficultés respiratoires, de stridor ou de sifflements, ou si le médecin peut détecter une congestion pulmonaire. Des analyses de sang ou des sécrétions respiratoires ne sont que rarement utiles.

Prévention

La meilleure mesure préventive est une bonne hygiène. Un enfant malade et les personnes vivant dans la même maison doivent se laver les mains fréquemment. Les contacts physiques avec l’enfant malade (embrasser, câliner ou partager le même lit) augmentent le risque de diffusion de l’infection aux autres membres de la famille. Les parents doivent mettre ce risque en balance avec le besoin de réconforter l’enfant malade. Les enfants ne doivent pas aller à l’école ou à la crèche avant que la fièvre ne soit retombée et qu’ils se sentent suffisamment bien.

La grippe est la seule infection virale respiratoire qui puisse être prévenue par la vaccination. Tous les enfants âgés de 6 mois ou plus doivent être vaccinés annuellement, ainsi que tous les adultes (voir également vaccination contre la grippe). La vaccination est particulièrement importante pour les enfants et les adultes atteints de certaines maladies, telles que les maladies cardiaques ou pulmonaires (dont la mucoviscidose et l’asthme), le diabète, l’insuffisance rénale et la drépanocytose. De même, il est fortement conseillé de vacciner les enfants dont le système immunitaire est affaibli, y compris les enfants infectés par le virus de l’immunodéficience humaine [VIH] et ceux traités par chimiothérapie.

Traitement

  • Repos et liquides

  • Médicaments contre la fièvre et la douleur

Les antibiotiques ne sont pas nécessaires pour traiter les infections virales des voies aériennes. Les enfants souffrant d’infections de l’appareil respiratoire ont besoin de repos et d’une bonne hydratation. Le paracétamol ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène, peuvent être donnés contre la fièvre et les douleurs. Les enfants d’âge scolaire peuvent prendre un décongestionnant nasal sans prescription (en vente libre), bien que souvent ce ne soit pas utile. Les nourrissons et les jeunes enfants sont particulièrement sensibles aux effets secondaires des décongestionnants et peuvent présenter une agitation, une confusion, des hallucinations, une somnolence ou une augmentation de la fréquence cardiaque. Chez les nourrissons et les jeunes enfants, la congestion peut être quelque peu soulagée par l’utilisation d’un vaporisateur à nébulisation froide pour humidifier l’air et par l’aspiration du mucus nasal, grâce à un tube en caoutchouc.