Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Altération de la fonction auditive chez l’enfant

Par Udayan K. Shah, MD, Professor;Chief, Division of Otolaryngology, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University;Nemours/A.I. duPont Hospital for Children

  • La perte auditive est habituellement due à un défaut génétique chez le nouveau-né, et à des otites ou du cérumen chez les enfants plus âgés.

  • Si les enfants ne répondent pas au stimuli sonores, s’ils ont des difficultés à parler ou s’ils ont du mal à commencer à parler, leur fonction auditive est peut-être touchée.

  • Un dispositif portatif ou un examen qui mesure les réponses du cerveau aux stimuli sonores est utilisé pour tester la fonction auditive chez les nouveau-nés et différentes techniques sont utilisées auprès des enfants plus âgés.

  • Si cela s’avère possible, la cause est traitée, mais les appareils auditifs sont habituellement nécessaires.

  • Si les appareils auditifs ne sont pas efficaces, un implant cochléaire peut parfois se révéler utile.

L’altération de la fonction auditive est relativement commune chez l’enfant. Environ 1,9 % des enfants présentent une altération de l’audition, et une perte auditive permanente est décelée chez plus d’un enfant sur 1 000 chez qui l’on pratique un dépistage, qu’ils aient ou non des symptômes.

L’altération de la fonction auditive est légèrement plus fréquente chez les garçons. Ne pas reconnaître et traiter une perte auditive peut compromettre sérieusement l’aptitude de l’enfant à parler et comprendre la langue. Ce handicap peut entraîner l’échec scolaire, les moqueries des autres enfants, un isolement social et des difficultés affectives.

Causes

Les anomalies génétiques constituent la cause la plus fréquente des troubles auditifs chez le nouveau-né. Les infections de l’oreille, dont les otites moyennes séreuses ( Otite moyenne séreuse chez l’enfant)et les bouchons de cérumen sont les causes les plus fréquentes des déficits auditifs chez les nourrissons et les enfants plus âgés. Les autres causes rencontrées chez l’enfant plus âgé sont les traumatismes crâniens, les bruits aigus (dont la musique écoutée à forte intensité sonore), la prise d’aminosides (tels que la gentamicine) ou les diurétiques thiazidiques, certaines infections virales (par exemple les oreillons), les tumeurs ou les traumatismes du nerf auditif, les lésions dues aux crayons ou autres corps étrangers introduits dans les oreilles et, rarement les maladies auto-immunes.

Le saviez-vous ?

  • Si les enfants ignorent parfois, mais pas toujours, les personnes qui leur parlent, leur fonction auditive est susceptible d’être affectée.

Symptômes

Les parents peuvent suspecter de graves troubles auditifs lorsque l’enfant ne répond pas aux stimulations sonores, ou en cas de difficultés d’élocution ou de retard du langage.

Un déficit auditif moins grave peut être plus subtil et entraîner des comportements que les parents et les médecins interprètent mal, comme les suivants :

  • L’enfant ignore parfois les personnes qui lui parlent mais pas toujours.

  • L’enfant est capable de parler et d’entendre normalement chez lui mais pas à l’école (hypoacousie faible ou modérée qui ne se révèle que dans le bruit de fond de la classe).

En général, si les enfants évoluent bien dans un contexte, mais ont des troubles socio-comportementaux significatifs, des troubles de l’élocution ou des difficultés scolaires dans d’autres contextes, il convient de les examiner pour dépister un déficit auditif.

Dépistage et diagnostic

Comme la fonction auditive joue un rôle important dans le développement de l’enfant, beaucoup de médecins recommandent de réaliser un dépistage chez tous les nouveau-nés dès l’âge de 3 mois. Cet examen est exigé par la loi dans plusieurs pays.

Les nouveau-nés sont généralement examinés en deux étapes. Tout d’abord, le médecin analyse les échos sonores produits par les oreilles saines en réponse à des clics doux émis par un dispositif portatif (examen des émissions oto-acoustiques évoquées). Si cet examen fait suspecter la possibilité d’un trouble de la fonction auditive chez le nouveau-né, on effectue un second examen qui mesure les signes électriques cérébraux en réponse aux stimuli sonores (examen des potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral [auditory brain stem response, ou ABR]). L’ABR est indolore et il est habituellement pratiqué sur les nouveau-nés pendant leur sommeil. Il peut être pratiqué sur des enfants de n’importe quel âge. Si les résultats de l’ABR sont anormaux, le médecin refait l’examen au bout de 1 mois. S’il révèle encore une hypoacousie, on doit procéder à la mise en place d’un appareil auditif et l’enfant doit être placé dans un centre d’éducation spécialisé dans la prise en charge des enfants souffrant de tels troubles auditifs.

Chez les enfants plus âgés, plusieurs techniques sont utilisées pour diagnostiquer un trouble de la fonction auditive :

  • L’un d’entre eux comprend une série de questions permettant d’apprécier d’éventuels retards de développement ou pour confirmer l’anxiété des parents sur le développement du langage et de l’élocution

  • Examen des oreilles pour y dépister des anomalies

  • Pour les enfants âgés de 6 mois à 2 ans, la réponse à divers stimuli sonores est testée

  • L’examen de la réponse du tympan à des sons de fréquences graduellement progressive (tympanométrie), permet de mettre en évidence l’existence d’un épanchement liquide dans l’oreille moyenne

  • À partir de l’âge de 2 ans, on demande aux enfants d’exécuter des ordres simples, ce qui indique normalement s’ils entendent et comprennent la parole, ou l’on teste leurs réponses à des stimuli sonores à l’aide d’écouteurs

Des examens d’imagerie sont souvent réalisés pour identifier la cause de la perte auditive et guider le pronostic. Une imagerie par résonance magnétique (IRM, Imagerie par résonance magnétique (IRM)) est réalisée pour la plupart des enfants. Une tomodensitométrie (TDM, Tomodensitométrie (TDM)) permet de rechercher d’éventuelles anomalies osseuses.

Traitement

Le traitement de certaines causes de la perte auditive peut restaurer la fonction auditive. Par exemple le traitement de l’otite par une antibiothérapie ou par la chirurgie, ou l’élimination d’un bouchon de cérumen, ou sa dissolution par des gouttes auriculaires, ou l’ablation chirurgicale d’un cholestéatome.

La plupart du temps, la cause de la perte auditive de l’enfant ne peut pas être résolue et le traitement repose alors sur l’utilisation d’appareils auditifs qui compensent autant que possible cette perte.

Des appareils auditifs ( Traitement de la perte auditive : Appareils auditifs) sont disponibles pour les nourrissons ainsi que pour les enfants plus âgés. Si la perte auditive est légère ou modérée ou n’affecte qu’une seule oreille, un appareil auditif ou des écouteurs peuvent être utilisés. Les enfants présentant une altération de la fonction auditive dans une seule oreille peuvent utiliser un rééducateur auditif FM qui transmet la voix du professeur à un appareil auditif dans l’oreille saine. Les implants cochléaires (système implanté chirurgicalement envoyant des signaux électriques directement dans le nerf auditif en réponse à des sons) peuvent être utilisés pour les enfants dont la perte auditive est suffisamment sévère pour ne pas pouvoir être contrôlée avec des appareils auditifs ( Traitement de la perte auditive : Implants cochléaires). Les enfants peuvent également nécessiter un traitement pour faciliter leur développement du langage, comme l’apprentissage de la langue des signes ( Traitement chez les enfants).

Les personnes qui sont membres de communautés sourdes sont fières de leur riche culture et des formes alternatives de communication. De nombreuses personnes sourdes s’opposent au traitement chirurgical des altérations auditives sévères sous le prétexte qu’il ferait perdre aux enfants toutes les opportunités que la communauté des sourds et malentendants peut leur offrir. Les familles qui désirent entreprendre cette approche doivent en discuter avec leur médecin.

Ressources dans cet article