Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Hypertrophie des amygdales et des végétations adénoïdes

Par Udayan K. Shah, MD, Professor;Chief, Division of Otolaryngology, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University;Nemours/A.I. duPont Hospital for Children

  • L’hypertrophie des amygdales et des végétations adénoïdes chez l’enfant peut être due à des infections mais elle peut être normale.

  • L’hypertrophie n’entraîne habituellement aucun symptôme mais elle peut causer des difficultés respiratoires, une déglutition difficile, des angines et parfois des otites ou des sinusites récurrentes ou encore une apnée obstructive du sommeil.

  • Les antibiotiques peuvent être utilisés si une infection bactérienne est suspectée, et on procède parfois à une ablation des amygdales et des végétations adénoïdes.

Situation des amygdales et des végétations adénoïdes

Les amygdales sont deux zones de tissu lymphoïde situées de chaque côté du pharynx. Les végétations adénoïdes sont une zone de tissu lymphoïde située en haut et derrière le palais où les cavités nasales sont en contact avec le pharynx. Les végétations adénoïdes ne sont pas visibles de la bouche.

Les amygdales et les végétations adénoïdes sont des tissus lymphoïdes qui peuvent participer au combat contre l’infection. Elles piègent les bactéries et les virus qui pénètrent par le pharynx et produisent des anticorps. Les amygdales sont situées dans la partie postérieure et de chaque côté du pharynx. Les végétations adénoïdes sont situées plus haut et plus en arrière, où les cavités nasales communiquent avec le pharynx. Les amygdales sont visibles de la bouche mais les végétations adénoïdes ne le sont pas.

Causes

Certains enfants en crèche ou adolescents présentent des amygdales et des végétations adénoïdes relativement volumineuses sans que cela ne soit dû à un problème particulier. Les amygdales et les végétations adénoïdes peuvent cependant augmenter de volume si elles sont infectées par un virus ou une bactérie causant des infections de la gorge (mal de gorge, Maux de gorge). En outre, les allergies, produits irritants, et éventuellement le reflux gastro-œsophagien ( Reflux gastro-œsophagien chez l’enfant) peuvent également faire augmenter le volume des amygdales et des végétations adénoïdes.

Lorsqu’elles sont hypertrophiées, les amygdales interfèrent parfois avec la respiration ou la déglutition, et les végétations adénoïdes peuvent obstruer le nez ou les trompes d’Eustache qui relient l’arrière de la gorge aux oreilles. Amygdales et végétations adénoïdes retrouvent habituellement leur taille normale après l’infection. Parfois l’hypertrophie persiste, en particulier chez les enfants qui souffrent d’infections fréquentes ou chroniques. Bien qu’extrêmement rare, un cancer peut être la cause de l’hypertrophie adénoïdo-amygdalienne chez l’enfant.

Symptômes

La plupart des hypertrophies des amygdales et des végétations adénoïdes sont asymptomatiques. Cependant, les amygdales ou les végétations adénoïdes hypertrophiées peuvent faire parler du nez (comme en cas de rhume). Les enfants avec hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes peuvent avoir une forme de palais et une position des dents anormales. Les enfants peuvent également avoir tendance à respirer par la bouche.

Complications

L’hypertrophie adénoïdo-amygdalienne ne représente un problème que lorsqu’elle provoque des complications plus graves telles que :

  • Otites chroniques et perte auditive : ces problèmes sont dus à l’obstruction de la trompe d’Eustache et à l’accumulation séreuse dans l’oreille moyenne.

  • Infections récidivantes des sinus : Sinusite.

  • Apnée obstructive du sommeil ( Apnée du sommeil) : certains enfants présentant une hypertrophie adénoïdo-amygdalienne ronflent et cessent de respirer durant de courts moments pendant leur sommeil. Les taux d’oxygène dans le sang s’en trouvent amoindris et les enfants peuvent se réveiller fréquemment et être somnolents durant la journée. L’apnée obstructive du sommeil par hypertrophie adénoïdo-amygdalienne ne provoque que rarement des complications graves, telles que l’élévation de la tension artérielle dans les poumons (hypertension pulmonaire, Hypertension pulmonaire) avec des conséquences cardiaques (cœur pulmonaire, Cœur pulmonaire : un type d’insuffisance cardiaque causée par des troubles pulmonaires).

  • Perte de poids ou prise de poids insuffisante : Les enfants peuvent ne pas manger suffisamment en raison de douleurs ou parce que le fait de respirer exige un effort physique constant.

Diagnostic

Pour déterminer si la cause en est une infection, les médecins déterminent combien d’angines les enfants ont subies au cours des 1 à 3 dernières années. Cette information est plus utile que la taille des amygdales seules. Des amygdales volumineuses peuvent être tout à fait saines ; une infection chronique peut se présenter sur des amygdales de taille normale.

Généralement, pour observer l’arrière du nez et de la gorge, les médecins insèrent une tubulure à fibres optiques souple dans le nez (appelée nasopharyngoscope). Les médecins observent aussi la rougeur des amygdales, l’augmentation du volume des ganglions de la mâchoire et du cou, et les effets des amygdales sur la respiration.

L’apnée obstructive du sommeil est suspectée lorsque les parents signalent que l’enfant arrête de respirer pendant son sommeil. Dans ce cas, les médecins peuvent recommander une polysomnographie. Dans le cadre de cet examen, l’enfant est observé durant son sommeil la nuit dans un laboratoire et certaines mesures, dont les taux d’oxygène dans le sang, sont réalisées.

Traitement

S’ils pensent que des allergies sont en cause, les médecins peuvent administrer un corticoïde en aérosol nasal ou d’autres médicaments, tels que des antihistaminiques, par voie orale. Les médecins peuvent avoir recours à une antibiothérapie s’ils suspectent une origine bactérienne. Si ces médicaments ne sont pas efficaces ou si le médecin estime qu’ils ne seront pas utiles, il peut préconiser l’ablation chirurgicale des amygdales et des végétations adénoïdes (adénoïdo-amygdalectomie).

L’adénoïdo-amygdalectomie est une intervention très fréquente chez l’enfant aux États-Unis. Les enfants à qui l’intervention chirurgicale est bénéfique souffrent notamment des affections suivantes :

  • Apnée obstructive du sommeil

  • Gêne extrême lors de l’élocution et de la respiration

  • Pharyngites multiples (définies par certains médecins comme plus de six infections par an, plus de quatre infections par an sur 2 ans, ou plus de deux infections par an sur 3 ans)

  • Cancer (cause rare)

Les médecins peuvent recommander une adénoïdectomie seule chez les enfants pour les raisons suivantes :

  • Otites fréquentes et sérosités persistantes dans l’oreille moyenne

  • Congestion nasale récurrente entraînant une modification de la voix ou perturbant le sommeil

  • Infections des sinus

Le saviez-vous ?

  • Une adénoïdo-amygdalectomie est utile uniquement lorsque l’hypertrophie cause une gêne extrême, des troubles respiratoires ou des infections récurrentes.

Il n’est apparemment pas démontré que l’amygdalectomie et l’adénoïdectomie fassent baisser la fréquence et la gravité des rhumes ou de la toux.

Amygdalectomie et adénoïdectomie sont souvent pratiquées en ambulatoire. Ces interventions devraient être effectuées au moins 2 semaines après qu’une éventuelle infection est guérie. Le taux de complications chirurgicales est bas, tandis que les douleurs postopératoires et la difficulté de la déglutition provoquées par l’amygdalectomie peuvent durer jusqu’à 2 semaines. Les enfants se remettent de l’adénoïdectomie en 2 à 3 jours. Le saignement résultant de l’amygdalectomie est une complication moins fréquente, mais elle peut se produire dans les 24 heures après l’intervention et jusqu’à 7 jours après l’intervention. Le saignement après l’intervention peut être grave, voire même menacer le pronostic vital de l’enfant. Les enfants qui présentent un saignement doivent se rendre à l’hôpital ou consulter un médecin.

Ressources dans cet article