Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Maladie d’Osgood-Schlatter

Par David D. Sherry, MD, University of Pennsylvania;The Children's Hospital of Philadelphia ; Frank Pessler, MD, PhD, Technische Universität Dresden, Germany

La maladie d’Osgood-Schlatter est une inflammation de l’os et du cartilage de la tubérosité tibiale.

La maladie d’Osgood-Schlatter apparaît entre 10 et 15 ans et n'affecte en général qu'une jambe. La maladie est normalement plus répandue chez les garçons, mais cette situation est en train de changer à mesure que les filles deviennent plus actives dans les programmes sportifs. La cause en est probablement une traction répétée et excessive du tendon de la rotule (tendon rotulien) au point d’insertion tibial supérieur. Ce point d'insertion tibial supérieur s'appelle la tubérosité tibiale.

Les symptômes majeurs en sont la douleur, le gonflement et l'hypersens ibilité de la tubérosité tibiale. La douleur est aggravée par l’activité et réduite par le repos. Une hypersensibilité ou un gonflement se développent à cet endroit.

Le diagnostic des médecins repose sur un examen et sur les symptômes de l'enfant. Les radiographies du genou mettent en évidence un agrandissement ou une fragmentation de la tubérosité tibiale. Cependant les radiographies ne sont pas nécessaires à moins que d'autres affections (telles qu'une lésion ou une inflammation articulaire) soient suggérées par la présence de douleurs et de gonflement qui s'étendent au-delà de la région de tubérosité tibiale ou que la douleur soit accompagnée d'une rougeur et d'échauffement.

Les symptômes disparaissent normalement au bout de plusieurs semaines ou mois. Éviter l'exercice physique et la flexion excessive du genou diminue les douleurs. Cependant, les médecins permettent aux enfants atteints de la maladie d’Osgood-Schlatter de continuer à participer à des activités sportives ou de faire de l'exercice même en cas de douleur. L'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), le recours à des exercices d'étirement et l'application de glace sur le genou affecté soulagent la douleur. Il est possible que, dans de rares cas, la jambe doive être immobilisée à l'aide d'un plâtre, qu'un corticostéroïde doive être injecté par voie sous-cutanée ou que des interventions chirurgicales impliquant le retrait des fragments osseux, la perforation et une greffe s'avèrent nécessaires.