Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Troubles alimentaire chez les jeunes enfants

Par Stephen Brian Sulkes, MD, Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester School of Medicine and Dentistry

Certains troubles alimentaires sont d'ordre comportemental. Les parents de jeunes enfants ont souvent peur que leur enfant ne mange pas assez ou mange trop, qu'il ne mange pas de manière équilibrée, ou s'inquiètent s'il refuse certains aliments ou s'il se comporte de manière inappropriée à table (par exemple en donnant à manger en cachette à un animal domestique ou en jetant ou faisant tomber des aliments de manière intentionnelle). L'utilisation de courbes de croissance peut aider les parents à déterminer si la croissance de leur enfant est normale ou non.

Les troubles des conduites alimentaires (voir Définition des troubles des conduites alimentaires), tels que l'anorexie mentale et la boulimie nerveuse, n'apparaissent pas en général avant l'adolescence.

Sous-alimentation

Une baisse de l’appétit, provoquée par la diminution de la vitesse de croissance, est fréquente chez les enfants d’environ 1 an. Un problème alimentaire peut toutefois se produire si l’un des parents, ou l’une des personnes qui s’occupe de l’enfant, essaie de le forcer à manger ou se montre excessivement inquiet à propos de son appétit ou de ses habitudes alimentaires. Si les parents menacent ou essaient d’amadouer les enfants qui éprouvent des difficultés à s'alimenter, ceux-ci peuvent en arriver à refuser d’avaler les aliments qu’ils ont en bouche. Certains peuvent même réagir par des vomissements aux tentatives d’alimentation forcée.

Diminuer la tension et les émotions négatives au moment des repas est bénéfique. Bien des scènes éprouvantes peuvent être évitées en posant le repas devant l’enfant et en l’enlevant après 20 à 30 minutes, sans faire de commentaires. L’enfant doit être autorisé à manger ce qu’il choisit parmi les aliments proposés à l’heure du repas et des collations programmées du matin et de l’après-midi. À tout autre moment, il faut limiter la consommation d’aliments et de boissons, en dehors de l’eau. Aux jeunes enfants, il convient de proposer 3 repas et 2 à 3 collations par jour. Les repas doivent être pris en même temps que ceux des autres membres de la famille. Les distractions telles que la présence d'animaux de compagnie ou la télévision sont à éviter. L’enfant doit être encouragé à s’asseoir à table. Lorsque l'enfant jette ou fait tomber des aliments de manière intentionnelle, il faut veiller à ce qu'il participe au nettoyage. Ces techniques permettent de maintenir l’équilibre entre l’appétit de l’enfant, la quantité de nourriture ingérée et les besoins nutritionnels.

Excès alimentaires

Les excès alimentaires constituent un autre type de problème et peuvent aboutir à une obésité infantile (voir L'obésité chez les adolescents). Une fois les cellules adipeuses formées, elles ne disparaissent jamais. Ainsi, les enfants obèses ont un risque beaucoup plus élevé de devenir des adultes obèses que ceux qui ont un poids normal. L’obésité infantile pouvant conduire à l’obésité chez l’adulte (voir Obésité), elle doit être prévenue et traitée.