Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Adoption

Par Steven D. Blatt, MD, Professor of Pediatrics, Director, Division of Pediatrics;Director, ENHANCE Services for Children in Foster Care, State University of New York, Upstate Medical University;State University of New York, Upstate Medical University

L’adoption est un processus légal qui ajoute un membre à une famille préexistante. Toutes les adoptions doivent être validées par un tribunal. À la différence du placement, elle est considérée comme définitive. Le but de l’adoption est de fournir à l’enfant, et la famille adoptive, une sécurité pour toute la vie. Actuellement, il y a plus de 2 millions d’enfants adoptés de moins de 18 ans aux États-Unis.

Les orphelins sont évidemment candidats à l’adoption. Aux États-Unis, les enfants peuvent être adoptés si les parents les abandonnent volontairement, ou perdent leurs droits parentaux par décision de justice. L’adoption internationale (par exemple l’adoption des enfants issues d’autres pays, d’orphelinats étrangers) représente souvent une alternative.

Aux États-Unis, il existe de nombreuses conditions pour les types d’adoption, mais elle peut être organisée en trois grandes catégories :

  • Adoption issue d’un placement

  • Adoption indépendante ou privée

  • Adoption internationale

Les adoptions peuvent être ouvertes ou fermées. Dans l’adoption ouverte, les identités de l’enfant, de la famille adoptive et des parents biologiques sont connues par chacun. Dans l’adoption fermée, les identités des parents biologiques et de la famille adoptive sont confidentielles.

Adoption issue d’un placement

Les enfants dont les parents biologiques ont vu leurs droits prendre fin sont considérés comme pouvant être adoptés. Il s’agit généralement d’enfants du système de placement familial. Environ 50 000 enfants placés sont adoptés chaque année, et un grand nombre de parents adoptifs reçoivent une aide financière pour les aider à couvrir les frais des besoins médicaux et d’éducation spécialisée de l’enfant (aide à l’adoption ou subventions).

Adoption indépendante ou privée

Les enfants peuvent être adoptés de manière indépendante ou privée, c’est-à-dire qu’aucune agence publique n’est impliquée dans l’organisation de l’adoption. Dans ces adoptions, les parents biologiques peuvent utiliser une agence d’adoption privée pour placer un nouveau-né dans une famille adoptive. Souvent, la famille adoptive paie des milliers de dollars à l’agence pour les services juridiques et l’assistance médicale des parents biologiques. Parfois, un avocat privé, plutôt qu’une agence, convient de ces dispositions.

Un autre type d’adoption privée peut survenir lorsqu’un parent célibataire se marie ou se fiance. Quelqu’un qui se marie à une personne qui a un enfant ne devient pas automatiquement le parent de cet enfant. Un enfant qui n’a pas un second parent biologique peut être adopté par le nouveau conjoint ou partenaire.

Adoption internationale

Chaque année, aux États-Unis, environ 20 000 enfants sont adoptés dans des pays étrangers. Les familles passent généralement par une agence d’adoption basée aux États-Unis pour organiser l’adoption ou passent par des agences ou autres professionnels se trouvant dans le pays de naissance de l’enfant pour prendre les dispositions nécessaires.

Toutes les adoptions d’enfants venant d’un autre pays doivent être validées par un tribunal de ce pays. Bien que cette adoption soit valide aux États-Unis, les familles choisissent souvent d’opter pour un processus d’adoption aux États-Unis afin d’éviter toute difficulté future relative à l’adoption.

Après l’adoption

La majorité des enfants adoptés, y compris ceux précédemment en placement ou provenant d’orphelinats étrangers, s’adaptent bien et présentent peu de troubles. Cependant, à mesure que les enfants grandissent, ils peuvent développer un sentiment de rejet, car ils ont été abandonnés par leur famille biologique. Pendant l’adolescence, et en particulier au début de l’âge adulte, un jeune adopté peut être très curieux au sujet de ses parents biologiques, même s’il ne pose pas de questions directement les concernant. Certaines personnes adoptées recherchent leurs parents biologiques, ou pour le moins des informations les concernant.

Ne pas dire aux enfants adoptés qu’ils le sont peut les blesser par la suite. Les enfants s’adaptent mieux si on le leur dit avant l’âge de 7 ans. Si l’enfant pose des questions sur ses parents biologiques, les parents adoptifs doivent en parler de façon rassurante. Si par exemple un enfant a été victime de maltraitance, les parents adoptifs peuvent dire à l’enfant qu’il a été adopté parce que ses parents biologiques avaient des problèmes ou étaient malades et n’auraient pu lui fournir les soins appropriés ( Aperçu de la carence de soins et de la maltraitance envers les enfants). Les parents adoptifs peuvent autrement dire que les parents biologiques ne pouvaient pas s’occuper de l’enfant et qu’il a été confié à une famille adoptive pour que cette dernière puisse l’aimer et prendre soin de lui ou d’elle.

Les enfants ont besoin d’être rassurés sur le fait qu’ils sont et seront toujours aimés. Si l’enfant rentre en contact avec sa famille naturelle, dire à l’enfant qu’il est aimé par les deux familles peut faciliter la position des parents adoptifs.

Contact avec les parents biologiques

En cas de demande d’anonymat par les parents biologiques, l’accès par l’enfant adopté aux informations les concernant est actuellement une question controversée. Aux États-Unis, certains États disposent d’un site Internet particulier, où les parents biologiques et les enfants adoptés peuvent s’inscrire et donner leur identité. Si les deux parties sont expressément d’accord, ils sont ensuite mis en contact (ndt : en France, un débat concernant ces problèmes est en cours). Le contact ne doit pas être établi à moins que les deux parties en conviennent.

Les parents adoptifs prennent quelquefois contact avec les parents biologiques. Dans quelques cas d’ailleurs, ils peuvent déjà se connaître. Par exemple, un beau-père peut adopter l’enfant biologique du premier mariage de sa conjointe, des grands-parents peuvent adopter leurs petits-enfants. Dans d’autres cas, les parents se rencontrent grâce au bouche-à-oreille ou à des annonces dans les journaux.

Le saviez-vous ?

  • Les enfants doivent savoir, idéalement avant l’âge de 7 ans, qu’ils ont été adoptés.

  • Certains États ont des sites Internet qui permettent aux parents biologiques et aux enfants adoptés de prendre contact s’ils le souhaitent.

Informations supplémentaires

Ressources dans cet article