Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

La toux chez l'enfant

Par Deborah M. Consolini, MD, Jefferson Medical College;Alfred I. duPont Hospital for Children

La toux dégage les voies aériennes de particules et de substances, et les empêche ainsi d'atteindre les poumons. Ces particules peuvent avoir été inhalées, ou il peut s'agir de substances issues des poumons et/ou des voies aériennes. Le plus souvent, les particules et substances expulsées des poumons et des voies aériennes par la toux sont des expectorations (également connu sous le nom de flegme, un mélange de mucus, de débris ainsi que des cellules éjectées par les poumons). Mais la toux est parfois accompagnée de sang. Une toux accompagnée de l'un ou de l'autre est considérée comme productive. Les enfants plus âgés (ainsi que les adultes) crachent habituellement le contenu de la toux, alors que les plus jeunes enfants l’avalent. Certaines toux n'expulsent rien. Elles sont considérées comme des toux sèches ou inutiles.

La toux chez l'enfant est l'un des motifs de consultation médicale les plus courants.

Causes

Les causes probables de la toux varient en fonction de sa durée : moins de 4 semaines (aiguë), ou 4 semaines ou davantage (chronique).

Causes les plus courantes

La cause la plus fréquente de la toux aiguë est la suivante :

  • Une infection des voies aériennes supérieures due à un virus

Les causes les plus fréquentes de la toux chronique sont les suivantes :

  • Asthme (cause la plus courante)

  • Reflux gastro-œsophagien

  • Rhinopharyngite (écoulement du liquide nasal dans la gorge)

Causes moins fréquentes

La toux aiguë peut aussi être due à un corps étranger (comme un morceau d’aliment ou la pièce d'un jouet) inhalé dans les poumons (aspiration), et à des infections aériennes moins fréquentes comme la pneumonie, la coqueluche ou la tuberculose.

La toux chronique peut aussi être due à l'aspiration d'un corps étranger, à des troubles héréditaires comme la mucoviscidose ou la dyskinésie ciliaire primaire, une malformation congénitale des voies aériennes ou des poumons, des troubles inflammatoires impliquant les voies aériennes ou les poumons ; elle peut aussi être due au stress (aussi connu sous le nom de toux habituelle ou psychogène).

Évaluation

Toutes les toux n'exigent pas une visite immédiate chez le médecin. Savoir quels symptômes sont susceptibles d'indiquer une cause grave peut aider les parents à déterminer le degré de nécessité de consultation d'un médecin.

Signes avant-coureurs

Les symptômes suivants sont particulièrement inquiétants :

  • Coloration bleue des lèvres et/ou de la peau (cyanose)

  • Bruit fortement perceptible (stridor) quand l'enfant respire

  • Gêne respiratoire

  • Aspect maladif

  • Spasmes entraînés par une toux incontrôlable et répétitive, suivis d’une aspiration aiguë de l'air (comme une toux coquelucheuse)

Quand faut-il chercher un avis médical ?

Les enfants présentant des indicateurs d'alerte doivent être immédiatement conduits chez le médecin, de même que ceux dont les parents suspectent qu'ils ont inhalé un corps étranger. Si les enfants ne présentent pas d'indicateur d'alerte, mais souffrent d'une toux sévère ou rauque, les parents doivent appeler le médecin. Le médecin tâche habituellement de voir l’enfant le jour même ou le lendemain, selon son âge, d'autres symptômes (comme la fièvre), et ses antécédents médicaux (notamment, les antécédents de troubles pulmonaires, comme l'asthme ou la mucoviscidose). Sauf indication contraire, chez un enfant en bonne santé qui tousse occasionnellement, et présente les symptômes ordinaires du rhume (comme une rhinorrhée), il n’est pas nécessaire de consulter un médecin.

Un enfant souffrant de toux chronique, mais ne présentant aucun indicateur d'alerte doit consulter un médecin, mais un délai de quelques jours voire d'une semaine sera sans conséquence.

Que fait le médecin ?

Les médecins s’intéresseront tout d’abord aux symptômes observés chez l'enfant ainsi qu’à ses antécédents médicaux. Il pratique encore un examen clinique. Les observations issues des antécédents médicaux et de l'examen clinique suggèrent souvent la cause de la toux et les éventuels examens à pratiquer (voir Quelques causes et caractéristiques de la toux chez l’enfant).

Les caractéristiques de la toux aident le médecin à en déterminer la cause. Le médecin peut ainsi demander :

  • A quel moment de la journée l’enfant tousse-t-il ?

  • Quels facteurs (air froid, position du corps, conversation, exercice ou le fait manger et boire) déclenchent ou soulagent la toux ?

  • Quelle sonorité produit la toux ?

  • Les symptômes ont-ils commencé de manière soudaine ou progressive ?

  • Quels sont les autres symptômes de l'enfant ?

  • La toux s’accompagne-t-elle d'expectorations ou de sang ?

La toux nocturne peut être due à l'asthme ou à une rhinopharyngite. Une toux rauque suggère un croup ou, parfois, une toux résiduelle causée par une infection virale des voies aériennes supérieures. Une toux soudaine chez un enfant sans autres symptômes suggère la possible inhalation d'un corps étranger. Contrairement à la croyance populaire, l'aspect de l'expectoration (jaune, verte, épaisse, maigre) ne permet pas de distinguer une infection bactérienne par rapport à d’autres causes.

Lorsque l'enfant est âgé de 6 mois à 4 ans, on demande aux parents s’il est possible qu’il ait avalé un corps étranger (un petit jouet par exemple) ou des petits aliments solides et lisses (comme des cacahuètes ou des grains de raisin). Le médecin demande également si l'enfant a eu des infections respiratoires récentes, de fréquents épisodes de pneumonie, d’allergies ou d'asthme, ou s’il a été exposé à la tuberculose ou à d'autres infections, susceptibles de survenir au cours d'un voyage dans certains pays étrangers.

Un examen clinique est pratiqué. Le médecin observe la poitrine de l'enfant, il l'ausculte avec un stéthoscope et le tapote afin de dépister d'éventuels troubles respiratoires. Le médecin s’intéresse également aux symptômes du rhume, au gonflement des ganglions lymphatiques et aux douleurs abdominales.

Quelques causes et caractéristiques de la toux chez l’enfant

Cause

Caractéristiques courantes*

Examens

Aiguë (durée inférieure à 4 semaines)

Bronchiolite

Symptômes tout d'abord semblables à ceux d'un rhume

Respiration sifflante et, pour la bronchiolite sévère, respiration rapide, avec des narines élargies, et des difficultés respiratoires

Vomissements éventuels après la toux

Courante chez les nourrissons jusqu'à l'âge de 24 mois, le plus souvent chez ceux âgés de 3 à 6 mois.

Examen pratiqué par un médecin

Parfois, radiographie de la poitrine et culture du mucus nasal (prélevé au coton-tige) afin d’identifier le virus.

Croup

Symptômes tout d'abord semblables à ceux d'un rhume

Ensuite, une toux rauque fréquente (accentuée pendant la nuit) et, en cas de croup sévère, bruit fortement perceptible quand l'enfant respire (stridor) et respiration rapide, avec des narines élargies

Fréquente chez les enfants de 6 mois à 3 ans

Examen pratiqué par un médecin

Parfois, radiographie du cou et du thorax.

Corps étranger dans la trachée (trachée-artère) ou dans les voies aériennes plus longues des poumons (bronches).

Toux et suffocation soudaines

Absence de fièvre initiale

Absence de symptômes de rhume

Fréquente chez les enfants de 6 mois à 4 ans

Radiographie du thorax

Parfois une bronchoscopie

Pertussis (coqueluche)

Légers symptômes semblables à ceux du rhume pendant 1 à 2 semaines, suivis de quintes de toux

Nourrissons : Quintes de toux pouvant être associées à des lèvres ou une peau bleues (cyanose), vomissements après la toux, ou brèves interruptions de la respiration (apnée)

Enfants plus grands : Quintes de toux pouvant être suivies d'un son aigu prolongé (toux coquelucheuse)

La toux peut persister pendant plusieurs semaines

Culture d'un échantillon de mucus prélevé au niveau du nez

Pneumonie

Fièvre habituelle

Présence occasionnelle de sifflement, d'essoufflement et de douleur thoracique

Toux parfois productive

Examen pratiqué par le médecin

Radiographie du thorax fréquente

Infections des voies aériennes supérieures (le plus courant)

Rhinorrhée et congestion nasale

Fièvre et maux de gorge éventuelles

Petits gonflements indolores éventuels des ganglions lymphatiques dans le cou

Examen pratiqué par un médecin

Chronique(durant 4 semaines ou plus)

Asthme

Accès périodiques de toux en réaction à un facteur déclenchant (comme le pollen ou autres allergènes), exposition à l'air froid, ou exercice

Toux pendant la nuit

Parfois, des membres de la famille qui souffrent d'asthme

Examen pratiqué par un médecin

Traitement par médicaments antiasthmatiques pour éventuellement soulager les symptômes

Tests respiratoires pour évaluer la fonction pulmonaire (tests de la fonction pulmonaire)

Malformations congénitales affectant les poumons

Plusieurs épisodes de pneumonie dans la même partie des poumons

Radiographie du thorax

Parfois TDM ou IRM

Malformations congénitales touchant la trachée (trachée-artère), l'œsophage, ou les deux

Varie en fonction de la malformation

Fréquent chez les nouveau-nés ou les nourrissons

Si la trachée ne s'est pas développée normalement, un bruit fortement perceptible quand l'enfant respire (stridor) ou une toux rauque et des difficultés respiratoires peuvent survenir

En cas de connexion anormale entre la trachée et l'œsophage (fistule trachéo-œsophagienne), toux ou respiration difficile quand l’enfant s’alimente et fréquentes crises de pneumonie

Radiographie du thorax

Parfois, bronchoscopie et endoscopie

En cas de suspicion de trachée anormale, TDM ou IRM

Mucoviscidose

Occlusion intestinale par des secrétions épaisses (iléus méconial) détectée peu après la naissance

Fréquents épisodes de pneumonie, sinusite, ou les deux

Ne grandit pas normalement (retard de croissance)

Hypertrophie du bout des doigts ou modification de l'angle du lit unguéal (hippocratisme digital) et lit unguéal bleui

Test de la sueur

Éventuelles analyses génétiques afin de confirmer le diagnostic

Présence de corps étrangers dans les poumons ou les voies aériennes

Toux et suffocation soudaines

Résolution de la suffocation, mais toux persistante ou s'aggravant progressivement sur plusieurs semaines

Fièvre éventuelle

Absence de symptômes de rhume

Fréquente chez les enfants de 6 mois à 4 ans

Radiographies du thorax pendant l'expiration et l'inspiration

Bronchoscopie

Reflux gastro-œsophagien

Nourrissons : Agitation, renvois après la tétée, cambrure du dos, ou pleurs après la tétée, et toux en position couchée

Faible prise de poids

Enfants plus grands et adolescents : Douleurs thoraciques ou brûlures d'estomac après les repas et en position couchée et, éventuellement, respiration sifflante, enrouement, nausées et régurgitations

La toux est souvent plus importante la nuit.

Examen pratiqué par le médecin

Nourrissons : Parfois, une radiographie des voies digestives supérieures est pratiquée après administration du baryum par voie orale afin de déterminer si l'anatomie est normale

Traitement par antihistaminiques H2 (anti-H2) (si les symptômes disparaissent, la cause en est probablement un reflux gastro-œsophagien)

Parfois, test visant à mesurer l'acidité ou les épisodes de reflux dans l'œsophage (appelé sonde à pH ou sonde de mesure d'impédance) ou radiographies pratiquées après administration de la préparation par voie orale (vidange gastrique) pour déterminer la fréquence et la gravité des épisodes de reflux

Enfants plus grands : Traitement par anti-H2ou inhibiteurs de la pompe à protons pour éventuellement soulager les symptômes

Éventuelle endoscopie

Rhinopharyngite

Céphalées, picotement des yeux, léger mal de gorge, surtout le matin, et toux la nuit et au réveil

Antécédents d'allergies

Traitement par antihistaminique ou pulvérisations nasales de corticostéroïdes (en cas de soulagement des symptômes, il s'agit d'une allergie)

Radiographie ou TDM des sinus éventuellement

Toux psychogène ou habituelle

Peut se développer chez l’enfant après un rhume ou d'autres irritations des voies aériennes

Toux fréquente (pouvant survenir toutes les 2 à 3 secondes), forte ou sifflante lorsque l'enfant est éveillé, pouvant durer des semaines, voire des mois

Toux s'arrêtant complètement pendant le sommeil

Absence de fièvre ou d'autres symptômes

Examen pratiqué par le médecin

Parfois, radiographies du thorax à la recherche d'autres causes

Tuberculose

Contact récent avec une personne infectée

Généralement, un système immunitaire affaibli (immunodépression)

Parfois de la fièvre, des sueurs nocturnes, des frissons, et une perte de poids

Radiographie du thorax

Test cutané tuberculinique

* Les caractéristiques regroupent les symptômes et les résultats de l'examen du médecin. Les caractéristiques mentionnées sont courantes, mais elles ne sont pas toujours présentes.

Un enfant présentant des troubles qui sont à l'origine de la toux chronique peut également être conduit chez le médecin dans un délai de 4 semaines. Une radiographie du thorax est toujours pratiquée chez l’enfant qui présente une toux chronique au cours du premier examen médical.

TDM = Tomodensitométrie ; IRM = imagerie par résonance magnétique

Analyses

Des tests pourront être prescrits, ou non, en fonction des symptômes et des causes évoquées par le médecin. Pour les enfants qui présentent des indicateurs d'alerte, le médecin mesure généralement la concentration d'oxygène dans le sang à l'aide d'un capteur à pince (oxymétrie de pouls) et demande une radiographie thoracique. Ces tests sont également pratiqués chez les enfants qui souffrent d'une toux chronique, ou si la toux s'aggrave. Les médecins peuvent également pratiquer ces tests selon les observations issues des antécédents et de l'examen clinique (voir Quelques causes et caractéristiques de la toux chez l’enfant).

Chez les enfants qui ne présentent pas d'indicateur d'alerte, on pratique rarement des tests si la durée de la toux n'a pas dépassé 4 semaines et si des symptômes de rhume sont observés. Dans de pareils cas, la maladie est généralement due à une infection virale.

On pourra également se passer d'examens si les symptômes ne font aucun doute sur la cause de la maladie. Le médecin peut alors tout simplement commencer le traitement de la cause suspectée. Toutefois, si les symptômes persistent malgré le traitement, les tests sont souvent pratiqués.

Traitement

La prise en charge est axée sur le traitement de la cause (par exemple des antibiotiques pour une pneumonie bactérienne ou des antihistaminiques pour les rhinopharyngites allergiques).

Pour soulager les symptômes de la toux, des remèdes traditionnels ont souvent été conseillés aux parents, par exemple faire respirer de l'air humide à l’enfant (à l'aide d'un vaporisateur ou d'une douche chaude), et boire beaucoup de liquides. Bien que ces remèdes ne présentent aucun danger, il n'y a peu de preuves scientifiques qu'ils améliorent la situation de l’enfant.

Les médicaments antitussifs (comme le dextrométhorphane et la codéine) sont peu recommandés pour les enfants. La toux est un moyen de nettoyage important des voies aériennes pour l’organisme. Par ailleurs, ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires, comme la confusion et la sédation, et il existe très peu de preuves qu'ils aident les enfants à mieux se sentir ou à guérir plus vite. Des expectorants, censés délayer et liquéfier le mucus (facilitant ainsi l'expectoration), sont aussi généralement déconseillés chez les enfants.

Points clés

  • L'identification de la cause de la maladie repose habituellement sur les résultats de l'examen pratiqué par le médecin.

  • Chez les enfants âgés de 6 mois à 4 ans, la présence d’un corps étranger dans les voies aériennes doit être envisagée.

  • On pratique une radiographie du thorax si l’enfant présente des indicateurs d'alerte ou une toux qui remonte à plus de 4 semaines.

  • De manière générale, les antitussifs et les expectorants ne sont pas recommandés en pareilles circonstances.

Ressources dans cet article