Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Gastro-entérite chez l’enfant

Par William J. Cochran, MD, Associate, Department of Pediatrics GI and Nutrition;Clinical Professor, Department of Pediatrics, Geisinger Clinic, Danville, PA;Temple University School of Medicine

La gastro-entérite est une inflammation du tube digestif qui provoque des vomissements, une diarrhée, ou les deux, et s’accompagne parfois de fièvre ou de crampes abdominales.

Concernant la gastro-entérite chez l’adulte, Gastro-entérite.

  • La gastro-entérite est habituellement causée par une infection virale, bactérienne ou parasitaire.

  • L’infection provoque une combinaison de vomissements, diarrhée, crampes abdominales, fièvre et un manque d’appétit, ce qui peut entraîner une déshydratation.

  • Les symptômes et les antécédents d’exposition de l’enfant aident le médecin à confirmer le diagnostic.

  • La meilleure manière de prévenir les gastro-entérites est d’inciter les enfants à se laver les mains et de leur apprendre à ne pas manger des aliments mal conservés.

  • Des solutions de prise de liquides et de réhydratation sont fournies, mais parfois les enfants doivent consulter un médecin.

La gastro-entérite, parfois appelée de manière erronée « grippe intestinale », est le trouble digestif le plus répandu chez les enfants ( Présentation de la gastro-entérite). La gastro-entérite sévère entraîne la déshydratation et un déséquilibre de la biochimie sanguine (électrolytes) en raison d’une perte de liquides corporels dans les vomissements et les selles.

Environ 5 milliards d’épisodes surviennent chaque année dans le monde entier, le plus fréquemment dans les pays en voie de développement parmi les enfants âgés de moins de 5 ans. Dans les pays en voie de développement où les enfants sont plus vulnérables et où il est souvent difficile d’accéder aux soins, environ 1,5 million d’enfants meurent chaque année de la diarrhée causée par la gastro-entérite. Dans les pays développés où les enfants sont bien nourris et accèdent à d’excellents soins médicaux (surtout en matière d’administration de liquides de réhydratation par voie intraveineuse lorsqu’il y a lieu), la gastro-entérite peut entraîner une gêne et un handicap mais elle ne dure pas longtemps et elle n’a des conséquences graves que dans de très rares cas. L’hospitalisation d’environ 2 % des enfants des pays développés sera requise à un moment donné en raison d’une gastro-entérite sévère et de la déshydratation. Aux États-Unis, la gastro-entérite sévère entraîne environ 200 000 hospitalisations et 3 à 5 millions de consultations en ambulatoire. 300 à 400 des 25 à 35 millions d’épisodes survenant chaque année aux États-Unis aboutissent à un décès.

Causes

Les virus (tels que le rotavirus) constituent la cause la plus fréquente de gastro-entérite aux États-Unis. Les enfants contractent habituellement la gastro-entérite virale à travers d’autres enfants atteints ou qui y ont été exposés, dans les crèches, les écoles et d’autres lieux de regroupement. La gastro-entérite virale se transmet, généralement à travers le contact main-bouche, mais aussi par les éternuements et les gouttelettes de salive. Elle se transmet particulièrement facilement car les enfants, en jouant, portent souvent leurs mains et leurs doigts à proximité ou dans la bouche, ils touchent ensuite les jouets et se touchent les uns les autres.

Les bactéries (telles que Escherichia coli [E. coli], Salmonella, ou les Shigella) ainsi que les parasites (tels que le Giardia) peuvent aussi provoquer la gastro-entérite. Les enfants peuvent contracter la gastro-entérite bactérienne en touchant ou en mangeant des aliments contaminés, particulièrement des viandes ou des œufs crus ou mal cuisinés, en buvant du lait ou des jus non pasteurisés et en touchant des animaux porteurs de certaines bactéries. Par exemple, les enfants peuvent contracter la salmonelle en touchant des reptiles (tortues ou lézards), des oiseaux ou des amphibiens (grenouilles ou salamandres) et, plus rarement, ils peuvent contracter l’E. coli en touchant des animaux au zoo. Les bactéries peuvent se développer dans différents types d’aliments oubliés et laissés hors du réfrigérateur (les situations pouvant impliquer ce problème comprennent les buffets et les pique-niques). Si les bactéries staphylocoques contaminent les aliments, ceux-ci peuvent sécréter une toxine qui provoque des vomissements et une diarrhée soudains. La gastro-entérite contractée à travers les aliments contenant des micro-organismes ou des toxines bactériennes est parfois désignée comme « intoxication » alimentaire ( Présentation de l’intoxication alimentaire). Occasionnellement, certaines bactéries sont transmises par les chiens ou les chats atteints de diarrhée. Les enfants peuvent contracter des gastro-entérites bactériennes ou parasitaires en mangeant des mollusques ; en ingérant de l’eau contaminée, comme de l’eau d’un puits, d’un ruisseau ou d’une piscine ; et en voyageant dans des pays en voie de développement.

Les gastro-entérites surviennent parfois lorsque les enfants ingèrent des produits qu’ils ne sont pas censés ingérer, par exemple des plantes et des médicaments. Dans de rares cas on peut contracter une gastro-entérite allergique (gastro-entérite à éosinophiles).

Symptômes et diagnostic

Les symptômes associent habituellement des vomissements, une diarrhée, des crampes abdominales, de la fièvre et un faible appétit. En général, les vomissements dominent tôt la maladie, particulièrement lorsque la cause est virale. La diarrhée devient plus importante par la suite, mais certains enfants présentent les deux en même temps. Lorsque la cause est virale, les diarrhées aqueuses constituent le symptôme principal. Les selles peuvent contenir du sang dans le cas de certaines bactéries. Ces symptômes finissent par diminuer chez les enfants qui boivent suffisamment de liquides. La complication la plus fréquente de la gastro-entérite sévère est la déshydratation ( Déshydratation chez l’enfant), qui survient lorsque les liquides sont perdus dans les vomissements et les selles. Les enfants légèrement déshydratés ont soif ; ceux qui sont gravement déshydratés deviennent apathiques, irritables ou léthargiques. Les nourrissons risquent davantage de se déshydrater et de développer des effets secondaires graves que les enfants plus âgés. Les nourrissons déshydratés ne produisent pas de larmes lorsqu’ils pleurent et ils produisent moins d’urines. Cependant, il peut s’avérer difficile d’évaluer le débit urinaire des enfants portant des couches et qui présentent souvent des selles aqueuses. Il est plus facile d’identifier un débit urinaire moindre et une soif excessive chez les enfants plus âgés.

Un médecin fonde le diagnostic de gastro-entérite sur les symptômes présentés par l’enfant et sur les réponses des parents concernant l’exposition de l’enfant. Les examens complémentaires ne sont généralement pas nécessaires car la plupart des gastro-entérites durent peu. Cependant, des analyses de laboratoire génériques peuvent aider les médecins à mettre le doigt sur la cause de la gastro-entérite et à identifier un déséquilibre quelconque dans la biochimie sanguine.

Prévention

La meilleure manière de prévenir les gastro-entérites est d’inciter les enfants à se laver les mains et de leur apprendre à ne pas manger des aliments mal conservés. En règle générale, maintenir frais les aliments frais et chauds les aliments chauds est une bonne consigne. Il convient de consommer dans l’heure les aliments sortis pour être consommés. La zone où l’on change les couches des nourrissons doit être désinfectée à l’aide d’une solution domestique javellisée fraîchement préparée (¼ de tasse d’eau de Javel diluée dans 3,75 litres d’eau).

Deux vaccins contre l’infection à rotavirus sont disponibles ( Vaccin contre le rotavirus). Les vaccins actuels contre le rotavirus ne sont pas associés à l’invagination intestinale (grave problème de l’intestin se retournant sur lui-même), comme c’était le cas du vaccin original. Une fois qu’ils deviendront largement utilisés, ces vaccins devraient réduire de manière significative le nombre d’hospitalisations et de décès dus à la gastro-entérite, particulièrement dans les pays en voie de développement.

L’allaitement maternel constitue une autre manière simple et efficace de prévenir la gastro-entérite chez le nouveau-né. Les enfants souffrant de diarrhée ne doivent pas retourner à la crèche tant que leurs symptômes n’ont pas disparu.

Les parents peuvent contribuer à éviter la déshydratation en encourageant leur enfant à boire des liquides même en petites quantités fréquentes.

Les nourrissons et les enfants dont le système immunitaire est affaibli ne doivent pas toucher les reptiles, les oiseaux ou les amphibiens.

Les parents peuvent éviter les maladies véhiculées par l’eau en ne permettant pas à leurs enfants de nager dans les piscines publiques s’ils souffrent de diarrhée. Il convient de vérifier fréquemment que les couches des enfants ne contiennent pas de selles et de les changer dans une zone éloignée de l’eau. Les parents doivent apprendre à leurs enfants à éviter d’avaler de l’eau lorsqu’ils nagent.

Le saviez-vous ?

  • Des millions d’enfants meurent chaque année de la diarrhée causée par la gastro-entérite.

Traitement

Quand un enfant est atteint de gastro-entérite, les parents doivent surveiller son hydratation. Les nourrissons sont déshydratés et requièrent des soins médicaux immédiats si

  • La fontanelle sur leur tête est creuse.

  • Leurs yeux sont creux.

  • Ils pleurent sans verser de larmes.

  • Ils ont la bouche sèche.

  • Ils ne produisent pas beaucoup d’urine.

  • Ils sont moins alertes et moins énergiques (léthargie).

Les enfants doivent être encouragés à boire des liquides même en petites quantités fréquentes. Les nourrissons doivent continuer d’être allaités ou bien boire une préparation en plus d’une solution hydro-électrolytique orale (soluté de réhydratation orale, disponible sous forme de poudres et de liquides en pharmacie et certaines épiceries). Les jus, sodas, boissons gazeuses, thés, boissons énergétiques et caféinées ne doivent pas être donnés aux nourrissons et aux jeunes enfants. Ces boissons peuvent contenir trop de sucre, ce qui peut empirer la diarrhée, et ne contenir que trop peu de sels (électrolytes), qui sont nécessaires pour remplacer ceux que le corps a perdus. Pour les enfants plus âgés, cependant, les boissons énergétiques sont préférables aux jus et aux sodas en raison de leur plus faible contenu en sucre, mais elles contiennent également de plus faibles quantités d’électrolytes que les solutions hydro-électrolytiques orales.

Pour un enfant souffrant de vomissements, de petites quantités de liquides contribuent à prévenir la déshydratation. Les parents doivent offrir à l’enfant quelques petites gorgées de liquide. Si le liquide n’est pas vomi, les petites gorgées sont administrées toutes les 10 ou 15 minutes, en augmentant la quantité de 30 à 60 ml au bout d’environ une heure ; il convient d’augmenter en fonction de la tolérance. Ces quantités plus élevées peuvent être administrées moins fréquemment, chaque heure environ. Les liquides sont absorbés très rapidement, ainsi, si un enfant vomit plus de 10 minutes après avoir bu, la majeure partie du liquide aura été absorbée et l’hydratation devra continuer. La quantité de liquide à administrer sur 24 heures est déterminée par l’âge de l’enfant ; mais elle doit généralement être d’environ 90 ml de liquide par kilogramme de poids. Si les vomissements ou la diarrhée de l’enfant diminuent, les parents pourront essayer de reprendre un régime alimentaire normal le jour suivant. Les solutions hydro-électrolytiques ne doivent pas être administrées plus de 24 heures en raison des problèmes potentiels associés à une nutrition inadéquate.

Les enfants souffrant de diarrhée mais vomissant peu doivent recevoir davantage de liquide pour remplacer le liquide perdu avec la diarrhée. Mais, contrairement aux enfants souffrant de vomissements, ils peuvent recevoir de plus grandes quantités de liquide par prise. Il convient de maintenir leur régime alimentaire habituel, sauf en cas de diarrhée significative, la consommation par l’enfant de produits laitiers (qui contiennent du lactose) devant alors être probablement réduite. La gastro-entérite sévère peut diminuer la capacité de l’enfant à absorber le lactose, qui donne lieu à une diarrhée encore plus abondante.

Les enfants ne pouvant pas garder les moindres petites gorgées de liquide ou qui présentent des signes de déshydratation sévère (tels que la léthargie, la bouche sèche, le manque de larmes et aucun débit d’urine depuis 6 heures ou davantage) sont en danger et doivent immédiatement consulter un médecin. Les enfants qui ne présentent pas ces signes doivent voir un médecin si les symptômes durent plus de 1 ou 2 jours. Si la déshydratation est sévère, le médecin pourra administrer à l’enfant des liquides par voie intraveineuse.

Les antidiarrhéiques comme le lopéramide ne sont normalement pas recommandés pour les enfants. Cependant, sous la supervision d’un médecin, certains médicaments qui évitent ou soulagent les nausées ou les vomissements (comme l’ondansétron) peuvent être administrés une fois la cause des vomissements déterminée. Les antibiotiques ne sont d’aucune utilité en cas de gastro-entérite due à une infection virale. Les médecins n’administrent des antibiotiques que contre certaines bactéries sensibles à ces médicaments. Les médicaments antifongiques peuvent être administrés en cas d’infections parasitaires.

Les probiotiques, comme les lactobacilles (habituellement présents dans le yaourt), peuvent écourter un peu la durée de la diarrhée (d’une journée peut-être) si les personnes commencent à les prendre peu après le début de la maladie. Cependant, les probiotiques n’évitent probablement pas de plus graves conséquences de la gastro-entérite comme la nécessité d’une administration de liquides par voie intraveineuse ou d’une hospitalisation.

Ressources dans cet article