Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Anémie du nouveau-né

Par Arthur E. Kopelman, MD, Professor of Pediatrics and Neonatology (Emeritus), The Brody School of Medicine at East Carolina University

L’anémie se définit comme une diminution du nombre des globules rouges dans le sang.

  • Elle peut survenir si le taux de destruction des globules rouges est trop rapide, en cas de perte de sang excessive ou si la moelle osseuse produit des globules rouges en quantité insuffisante.

  • Une destruction trop rapide des globules rouges entraîne une hausse du taux de bilirubine, ce qui donne une coloration jaune à la peau et aux blancs des yeux du nouveau-né (ictère).

  • Une perte importante et très rapide de sang peut provoquer un état de choc chez le nouveau-né qui paraît pâle, présente un rythme cardiaque rapide et une tension artérielle basse accompagnée d’une respiration rapide et peu profonde.

  • Si la perte de sang est moins importante ou plus progressive, le nouveau-né est d’apparence normale mais pâle.

  • Le traitement consiste en un apport de liquides par voie intraveineuse suivi d’une transfusion sanguine ou d’un échange de sang par transfusion.

Normalement la moelle osseuse ne produit pas de nouveaux globules rouges entre la naissance et l’âge de 3 ou 4 semaines, ce qui entraîne une baisse progressive du nombre de globules rouges dans le sang (appelée anémie physiologique) pendant les premiers 2 à 3 mois de vie. Cette baisse du nombre de globules rouges peut être légèrement plus importante chez les grands prématurés. Une anémie plus sévère peut survenir lorsque :

  • les globules rouges sont détruits trop rapidement,

  • un volume important de sang est prélevé pour des analyses de sang chez les enfants nés avant terme,

  • une perte de sang trop importante survient pendant le travail ou l’accouchement,

  • la moelle osseuse ne produit pas de cellules sanguines.

Certains de ces événements peuvent avoir lieu en même temps.

Une destruction massive des globules rouges entraîne une anémie accompagnée d’un taux élevé de bilirubine dans le sang (hyperbilirubinémie). Cette destruction rapide des globules rouges peut être provoquée par la maladie hémolytique du nouveau-né. Les globules rouges peuvent également être rapidement détruits si le nouveau-né souffre d’une maladie héréditaire des globules rouges telle que la sphérocytose héréditaire, maladie dans laquelle les globules rouges sont petits et sphériques vus sous un microscope. Un autre exemple de maladie rare chez certains nourrissons est un déficit en une enzyme spécifique des globules rouges (glucose-6-phosphate déshydrogénase [G6PD]). Chez les enfants souffrant de cette maladie, l’exposition de la mère et du fœtus à certains médicaments utilisés pendant la grossesse (comme les colorants à l’aniline, les sulfamides ou d’autres médicaments) peut conduire à une destruction rapide des globules rouges.

Les infections contractées avant la naissance, telles que la toxoplasmose, la rubéole, le cytomégalovirus, le virus herpès simplex ou la syphilis ou les infections bactériennes contractées pendant ou après l’accouchement, peuvent également détruire rapidement les globules rouges.

Une autre cause d’anémie est la perte de sang. La perte de sang peut se produire de différentes manières. Par exemple, en cas de transfusion importante du sang fœtal à travers le placenta (organe qui relie le fœtus à l’utérus et l’alimente) dans la circulation maternelle (transfusion fœto-maternelle) ou si une quantité de sang excessive reste piégée dans le placenta lors de l’accouchement, lorsque le nouveau-né est tenu au-dessus du ventre de sa mère et le cordon ombilical est clampé. Les transfusions entre jumeaux, où le sang passe d’un jumeau à l’autre, peuvent être à l’origine d’une anémie chez un des jumeaux et d’un excès de sang (polyglobulie) chez l’autre. Le placenta peut se séparer de la paroi de l’utérus (décollement placentaire) avant la naissance provoquant une hémorragie fœtale.

Dans de rares cas, l’anémie est liée à l’incapacité de la moelle osseuse fœtale à fabriquer des globules rouges. Cela se produit par exemple chez les enfants atteints de maladies génétiques rares telles que l’anémie de Fanconi et l’anémie de Diamond-Blackfan. Certaines infections (telles qu’une infection par le cytomégalovirus, la syphilis et le VIH) empêchent également la production de globules rouges dans la moelle osseuse.

Symptômes et diagnostic

La plupart des enfants souffrant d’une anémie légère ou modérée ne présentent pas de symptômes. Une anémie modérée peut entraîner une apathie (léthargie), une moindre prise de lait ou aucun symptôme. Une perte importante et très rapide de sang pendant le travail ou l’accouchement peut provoquer un état de choc chez le nouveau-né qui paraît pâle, présente un rythme cardiaque rapide et une tension artérielle basse accompagnée d’une respiration rapide et peu profonde. Si l’anémie est la conséquence d’une destruction rapide des globules rouges, la production de bilirubine augmente aussi, entraînant la coloration jaune de la peau et des blancs des yeux du nouveau-né (ictère). Le diagnostic repose sur l’observation des symptômes et est confirmé par des analyses de sang.

Traitement

La plupart des enfants souffrent d’une anémie légère et ne nécessitent pas de traitement.

Les nouveau-nés ayant perdu rapidement une grande quantité de sang, par exemple pendant le travail et l’accouchement, sont traités par un apport de liquides par voie intraveineuse suivi d’une transfusion sanguine. Une anémie très sévère due à une maladie hémolytique peut également nécessiter une transfusion sanguine, mais l’anémie est plus souvent traitée par un échange de sang qui permet de réduire le taux de bilirubine tout en augmentant le nombre de globules rouges. Lors d’un échange de sang par transfusion, un petit volume du sang du nouveau-né est retiré progressivement (une seringue à la fois) et remplacé par un volume équivalent de sang frais provenant d’un donneur.

Ressources dans cet article