Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Apnée de la prématurité

Par Arthur E. Kopelman, MD, The Brody School of Medicine at East Carolina University

L'apnée de la prématurité est définie comme une pause de la respiration pendant plus de 20 secondes.

  • Les épisodes d'apnée surviennent chez des nouveau-nés prématurés dont le centre respiratoire du cerveau est encore immature.

  • L'apnée peut entraîner une diminution du taux d'oxygène dans le sang et par conséquent un ralentissement du rythme cardiaque et une coloration bleutée de la peau.

  • Le diagnostic repose sur l'observation du nouveau-né ou sur le déclenchement d'une alarme par un moniteur relié au nouveau-né.

  • Avec la maturation du centre respiratoire du cerveau, les épisodes d'apnée s'espacent avant de cesser totalement.

  • Une assistance respiratoire peut être nécessaire si la respiration du nouveau-né ne reprend pas après une stimulation douce (au toucher).

  • En présence d'une apnée significative, de la caféine peut être donnée au nouveau-né pour stimuler la respiration.

L'apnée de la prématurité survient couramment chez les enfants nés avant terme, et augmente en fréquence et en sévérité avec la prématurité. Chez ces nouveau-nés, la zone du cerveau contrôlant la respiration (centre respiratoire) est encore immature. En conséquence, le nouveau-né peut présenter des épisodes de respiration normale alternant avec des pauses courtes de la respiration. Chez les grands prématurés, l’apnée peut également être due à une obstruction temporaire de la gorge (pharynx) occasionnée par une baisse du tonus musculaire ou une flexion vers l’avant du cou (apnée obstructive). Avec le temps et la maturation du centre respiratoire et au fur à mesure que le nouveau-né se rapproche du terme, les épisodes d’apnée deviennent moins fréquents puis cessent.

Symptômes et diagnostic

Les nouveau-nés prématurés sont habituellement reliés à un moniteur dont l'alarme se déclenche si la respiration s’arrête pendant plus de 20 secondes, ou si la fréquence cardiaque diminue. En fonction de la durée de ces épisodes, l'arrêt de la respiration peut entraîner une baisse du taux d'oxygène dans le sang, avec apparition d’une coloration bleutée anormale de la peau (cyanose). Un faible taux d’oxygène dans le sang peut être à l'origine d'un ralentissement de la fréquence cardiaque (bradycardie).

Cette apnée peut, parfois, être le reflet d’une pathologie, comme une infection du sang (septicémie), d'un faible taux de glucose dans le sang (hypoglycémie) ou d’une température corporelle basse (hypothermie). Ainsi, en cas d’augmentation soudaine ou inattendue de la fréquence des épisodes d’apnée, le médecin évalue cliniquement l’état du nouveau-né, à la recherche de l’une de ces affections. Des prélèvements de sang, d'urine ou de liquide céphalorachidien peuvent être recueillis afin de détecter des infections graves et pour déterminer si le taux de sucre dans le sang est trop bas (hypoglycémie).

Traitement

Lors d'un épisode d'apnée, constaté par observation directe ou parce que l'alarme s'est déclenchée, il peut suffire de toucher ou manipuler doucement le nouveau-né pour relancer la respiration. Un traitement plus poussé de l’apnée dépend de sa cause. L’apnée induite par l’obstruction du pharynx peut être diminuée en couchant le nouveau-né sur le dos ou sur le côté avec la tête en position médiane. Si les épisodes d’apnée deviennent plus fréquents, et surtout si l’enfant présente une cyanose, il peut être traité par des médicaments qui stimulent le centre respiratoire, comme la caféine. Si les épisodes d'apnée sévères deviennent plus fréquents, même après traitement, le nouveau-né doit être soumis à une ventilation en pression positive continue des voies aériennes(CPAP), une technique qui permet au nouveau-né de respirer de manière autonome tout en recevant de l'oxygène ou de l'air légèrement sous pression administré au moyen d'une canule nasale placée dans les deux narines, ou relié à un ventilateur.

En pratique, quasiment tous les prématurés cessent de présenter des épisodes d’apnée quelques semaines avant d’atteindre le terme.

La naissance avant terme constitue un facteur de risque pour la mort subite du nourrisson (MSN, voir Mort subite du nourrisson (MSN)) mais aucun lien n'a été mis en évidence entre l'apnée et un risque ultérieur de MSN. De même, il n’est pas prouvé que l’accès à un enregistreur d’apnée à domicile, lors de la sortie de l'hôpital, réduise le risque de MSN.