Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Dysplasie bronchopulmonaire

Par Arthur E. Kopelman, MD, Professor of Pediatrics and Neonatology (Emeritus), The Brody School of Medicine at East Carolina University

La dysplasie bronchopulmonaire est une affection pulmonaire chronique (pneumopathie chronique) liée à des lésions pulmonaires répétées.

  • Elle survient le plus souvent chez les grands prématurés, ayant une maladie pulmonaire sévère, ayant eu recours à un ventilateur ou dont les alvéoles pulmonaires sont insuffisamment développées.

  • La respiration est rapide et peut être laborieuse ; la peau peut prendre une teinte bleutée.

  • Le diagnostic repose sur les symptômes, le taux d’oxygène dans le sang et une radiographie du thorax.

  • La plupart des nourrissons souffrant de dysplasie bronchopulmonaire survivent.

  • Après la sortie de l’hôpital, ces enfants ne doivent pas être exposés à de la fumée de cigarette ou aux émanations provenant de systèmes de chauffage d’appoint ou de poêles à bois. Ils doivent recevoir du palivizumab pendant l’automne et l’hiver pour les protéger du virus respiratoire syncytial (VRS), une infection respiratoire courante.

  • Un supplément d’oxygène, distribué au moyen d’un ventilateur s’il y a lieu, et une bonne alimentation sont les piliers du traitement.

La dysplasie bronchopulmonaire est une affection pulmonaire chronique survenant le plus souvent chez les grands prématurés nés avec un trouble pulmonaire sévère, tel qu’un syndrome de détresse respiratoire, surtout s’ils ont été traités avec un ventilateur sur une période dépassant quelques semaines après la naissance. Le tissu fragile des poumons peut être endommagé à la fois si les alvéoles sont trop étirées par le ventilateur ou en cas d’exposition prolongée à des concentrations élevées d’oxygène. Il en résulte une inflammation des poumons et une accumulation excessive de liquide dans les poumons. Chez les enfants atteints, le nombre d’alvéoles peut être inférieur à la normale. Les nouveau-nés à terme souffrant d’une affection pulmonaire (telle qu’une pneumonie) développent parfois une dysplasie bronchopulmonaire. On se rend compte maintenant que certains très grands prématurés développent une dysplasie bronchopulmonaire même s’ils n’ont pas eu recours à un ventilateur pour traiter une détresse respiratoire.

Symptômes et diagnostic

Les nouveau-nés atteints respirent en général rapidement, et peuvent présenter une détresse respiratoire, avec une dépression de la partie inférieure du thorax lors de l’inspiration et une mauvaise oxygénation du sang qui donne une coloration bleutée anormale à la peau (cyanose). Dans certains cas sévères, le temps nécessaire pour évacuer tout l’air des poumons pendant l’expiration est plus long que normal et peut conduire à une accumulation d’air piégé dans les poumons et par conséquent à une hyperexpansion des poumons.

La dysplasie bronchopulmonaire est diagnostiquée chez le nouveau-né prématuré ayant eu recours à une ventilation prolongée (en général pendant plusieurs semaines ou mois), qui présente des signes de détresse respiratoire et a eu besoin d’une supplémentation en oxygène pendant une période prolongée. Un faible taux d’oxygène dans le sang et la radiographie du thorax permettent de confirmer le diagnostic.

Pronostic

Bien que quelques enfants souffrant d’une dysplasie bronchopulmonaire sévère meurent en dépit de soins prolongés, la plupart d’entre eux survivent. La gravité des lésions pulmonaires diminue sur une période de plusieurs mois avec le développement de tissu pulmonaire sain. Plus tard dans la vie, ces enfants sont cependant plus exposés au risque de développer un asthme et aux pneumonies virales, telles que la pneumonie à virus respiratoire syncytial (VRS) survenant pendant les mois d’hiver.

Prévention et traitement

Après la sortie de l’hôpital, les nourrissons qui présentent une dysplasie bronchopulmonaire ne doivent être exposés ni à la fumée de cigarette, ni aux émanations provenant de systèmes de chauffage d’appoint ou de poêles à bois. Il faut également éviter dans la mesure du possible le contact avec les personnes qui souffrent d’infections des voies aériennes supérieures. Les enfants doivent être protégés de l’infection à VRS par l’administration de palivizumab, un anticorps spécifique contre ce virus. Cet anticorps est administré mensuellement par injection pendant l’automne et l’hiver qui sont les saisons les plus propices aux infections à VRS.

Un ventilateur ne doit être utilisé que s’il est absolument nécessaire et, le cas échéant si possible au niveau de réglage le plus bas afin d’éviter les lésions pulmonaires. Dès que le nouveau-né est hors de danger, le ventilateur doit être débranché.

Chez les nourrissons souffrant de dysplasie bronchopulmonaire, un supplément d’oxygène peut être initialement nécessaire et administré à l’aide d’un petit tube placé dans les narines afin d’éviter une cyanose. Chez certains de ces enfants, le supplément d’oxygène est maintenu pendant plusieurs mois, voire plus longtemps.

Une bonne nutrition est importante pour favoriser le développement pulmonaire et maintenir en bonne santé le nouveau tissu pulmonaire. Ainsi, les régions lésées du poumon se réduisent, et leur importance diminue par rapport à la taille du poumon.

Les poumons inflammatoires ayant tendance à accumuler des liquides, il est parfois nécessaire de limiter l’apport quotidien en liquides et d’utiliser des diurétiques pour favoriser l’excrétion urinaire de ces liquides.