Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Maladies thyroïdiennes chez le nouveau-né

Par Arthur E. Kopelman, MD, The Brody School of Medicine at East Carolina University

Les maladies thyroïdiennes sont provoquées par la production d’hormones thyroïdiennes en quantité insuffisante (hypothyroïdie), ou excessive (hyperthyroïdie).

Hypothyroïdie du nouveau-né

La cause la plus fréquente d'hypothyroïdie chez le nouveau-né est l’absence totale ou un défaut de développement de la thyroïde. Plus rarement, la thyroïde est bien présente mais ne produit pas des quantités appropriées d'hormones thyroïdiennes.

Au début, le nouveau-né peut ne pas présenter de symptômes. Après un certain temps cependant, le nouveau-né peut devenir apathique (léthargique), manquer d'appétit et de tonus musculaire, être constipé, émettre des pleurs rauques et présenter une protrusion des viscères abdominaux au niveau du nombril (hernie ombilicale). Sans traitement, l'enfant aurait un retard du développement, un déficit intellectuel et serait de petite taille. Il peut également développer des traits grossiers et une grosse langue.

Comme un traitement précoce peut prévenir le déficit intellectuel, un dépistage sanguin destiné à évaluer la fonction thyroïdienne est réalisé chez tous les nouveau-nés à l'hôpital. En cas d'hypothyroïdie, les analyses de sang montrent un taux élevé d'thyréostimuline et en général un taux d'hormone thyroïdienne inférieure à la normale. De nombreux nouveau-nés chez qui une hypothyroïdie est diagnostiquée suivront un traitement à base d'hormone thyroïdienne par voie orale pendant le restant de leur vie. Le traitement est délivré par un médecin spécialiste des problèmes du système endocrinien chez les enfants (un endocrinologue pédiatrique).

Hyperthyroïdie du nouveau-né

Dans de rares cas, un nouveau-né présente une hyperthyroïdie ou maladie néonatale de Graves-Basedow. Cela se produit en général si la mère souffre de la maladie de Graves-Basedow, apparue avant ou au cours de la grossesse. Dans cette maladie (voir Maladies auto-immunes durant la grossesse), le corps de la mère produit des anticorps qui stimulent la thyroïde, qui à son tour produit davantage d’hormones thyroïdiennes. Ces anticorps traversent le placenta et entraînent chez le fœtus des effets similaires.

Il en résulte chez les nouveau-nés un niveau métabolique élevé, avec des symptômes tels qu’une accélération du rythme cardiaque et de la respiration, une irritabilité et un appétit excessif, avec une prise de poids insuffisante. Le nouveau-né, de même que la mère, peut présenter une protrusion des globes oculaires (exophtalmie). En cas de thyroïde augmentée de volume à la naissance (goitre), la glande peut comprimer la trachée et gêner la respiration. Une accélération importante du rythme cardiaque peut entraîner une insuffisance cardiaque. La maladie de Graves-Basedow est potentiellement mortelle si elle n’est pas diagnostiquée et traitée par un endocrinologue pédiatrique.

Le diagnostic d'hyperthyroïdie repose sur l'observation des symptômes classiques et est confirmé par la présence de taux élevés d’hormone thyroïdienne et la présence d’anticorps maternels thyréostimulants dans le sang du nouveau-né. Le résultats d'un test de dépistage de la fonction thyroïdienne réalisé chez tous les nouveau-nés peuvent révéler un hyperthyroïdie.

Les nouveau-nés souffrant d'hyperthyroïdie sont traités par l'administration de médicaments, tels que la propylthiouracile, qui ralentit la production d’hormones thyroïdiennes par la thyroïde. Le traitement n’est nécessaire que pendant quelques mois, car les anticorps maternels qui traversent le placenta finissent par disparaître du sang de l'enfant.