Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Postmaturité

Par Arthur E. Kopelman, MD, The Brody School of Medicine at East Carolina University

Un nouveau-né est considéré comme postmature (post-terme) s'il naît après la 42e semaine de gestation.

  • La fonction placentaire diminue vers la fin de la grossesse et apporte moins de nutriments et d'oxygène au fœtus.

  • La peau des nouveau-nés postmatures peut être sèche et flaccide, desquamer et peut sembler émacié en raison d'un apport nutritionnel insuffisant.

  • Certains nouveau-nés postmatures doivent être réanimés, mais le plus souvent le traitement est axé sur une bonne nutrition et des soins d'ordre général.

L’accouchement postmature (post-terme) est beaucoup moins fréquent que l’accouchement prématuré (préterme). La raison pour laquelle une grossesse se poursuit après terme est généralement inconnue.

La fonction placentaire réduite (l'organe qui relie le fœtus à l'utérus et l'alimente) constitue le risque le plus important pour le fœtus post-terme. À la fin de la grossesse, le placenta devient plus petit et est moins en mesure d'apporter l'oxygène et les nutriments nécessaires au fœtus. Pour compenser, le fœtus commence à utiliser ses propres réserves de lipides et de glucides pour satisfaire à ses besoins énergétiques. Sa croissance se ralentit donc et parfois il peut perdre du poids. Les nouveau-nés postmatures sont susceptibles de développer une hypoglycémie (de faibles taux de glucose dans le sang) après l'accouchement due à l'épuisement de leurs réserves de graisse et de glucides. Si le placenta s'atrophie de façon trop importante, le fœtus peut manquer d'oxygène, notamment pendant le travail. Un apport insuffisant en oxygène peut induire une souffrance fœtale (voir Souffrance fœtale) et, dans les cas extrêmes, provoquer des lésions au niveau du cerveau ou d’autres organes. La souffrance fœtale peut aussi provoquer l’émission par le fœtus de selles (méconium) dans le liquide amniotique. Par réflexe, le fœtus peut également commencer des mouvements respiratoires profonds sous forme de gasps et ainsi inspirer du liquide amniotique contenant du méconium avant la naissance. Il peut donc présenter des difficultés respiratoires après l’accouchement (syndrome d’inhalation de méconium, voir Syndrome d’inhalation de méconium).

Symptômes

La peau des nouveau-nés postmatures peut être sèche et flaccide, desquamer et peut sembler émacié, surtout si la fonction placentaire a été réduite de manière importante. Les ongles des mains et des pieds sont longs. Les ongles et le cordon ombilical peuvent être teintés de vert si du méconium était présent dans le liquide amniotique.

Traitement

Le nouveau-né postmature qui a manqué d’oxygène, avec une souffrance fœtale, peut nécessiter une réanimation à la naissance. En cas de présence de méconium dans le liquide amniotique et si le nouveau-né est léthargique, une sonde est introduite dans la trachée afin d'aspirer autant de méconium que possible des voies aériennes. Si du méconium a été inspiré à l'intérieur des poumons, une ventilation artificielle peut-être requise. Pour éviter l’hypoglycémie, on peut perfuser un soluté glucosé par voie intraveineuse ou administrer des repas fréquents de lait maternel ou de lait artificiel.

Si ces troubles ne surviennent pas, l’objectif principal est d’apporter une bonne nutrition, pour que le nouveau-né reprenne un poids normal pour l’âge gestationnel.