Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome d’inhalation de méconium

Par Arthur E. Kopelman, MD, Professor of Pediatrics and Neonatology (Emeritus), The Brody School of Medicine at East Carolina University

Le syndrome d’inhalation du méconium est une détresse respiratoire survenant chez un nouveau-né qui a inhalé du méconium dans ses poumons, avant ou lors de l’accouchement

  • En réponse à un stress, comme un manque d’oxygène, le fœtus peut déféquer (méconium).

  • Le stress peut également provoquer des inspirations réflexes chez le fœtus, entraînant l’inhalation de méconium dans les poumons.

  • Les nouveau-nés souffrant de ce syndrome ont la peau bleutée, la respiration rapide et geignent lors de l’expiration.

  • Le diagnostic repose sur la présence de méconium dans le liquide amniotique à la naissance, l’existence d’une détresse respiratoire chez le nouveau-né et la découverte d’anomalies sur les radiographies du thorax.

  • Les enfants atteints sont traités avec un supplément d’oxygène, voire parfois un ventilateur.

  • La plupart des nouveau-nés atteints survivent mais dans des cas sévères le syndrome peut s’avérer fatal.

Le méconium est de la matière fécale stérile de couleur vert sombre qui est produite dans l’intestin avant la naissance. Normalement, le méconium est éliminé uniquement après la naissance quand le nouveau-né commence à s’alimenter. Cependant, en réponse à un stress tel qu’un taux faible d’oxygène dans le sang, le fœtus peut émettre du méconium dans le liquide amniotique. Le stress peut provoquer des inspirations forcées chez le fœtus de sorte que le liquide amniotique contenant du méconium est inhalé dans les poumons. Après la naissance, le méconium aspiré peut obstruer les voies aériennes et provoquer l’affaissement de certaines parties des poumons. Parfois les voies aériennes ne sont que partiellement obstruées et l’air peut être inspiré dans certaines parties du poumon en aval de l’obstruction mais rester piégé à l’intérieur. Le poumon atteint peut être surdistendu. Cette élévation progressive de la pression dans une partie du poumon peut provoquer sa rupture et un collapsus pulmonaire. L’air peut donc s’accumuler dans la cage thoracique autour du poumon (pneumothorax).

Le méconium inspiré dans les poumons entraîne également une inflammation des poumons (pneumonie) et augmente le risque d’infection des poumons.

Le syndrome d’inhalation de méconium est souvent plus sévère chez les nouveau-nés postmatures en raison d’un volume plus réduit de liquide amniotique de sorte que le méconium est concentré dans un plus petit volume de liquide amniotique ( Postmaturité). Le risque d’hypertension artérielle pulmonaire persistante est également plus élevé chez les nouveau-nés souffrant du syndrome d’inhalation de méconium (voir ci-dessous).

Symptômes et diagnostic

Les nouveau-nés présentent une détresse respiratoire avec une respiration rapide, une dépression de la paroi thoracique inférieure lors de l’inspiration et un geignement lors de l’expiration. Leur peau peut prendre une coloration bleutée (cyanose) si le taux d’oxygène dans le sang est faible et leur tension artérielle peut diminuer.

Le diagnostic repose sur la présence de méconium dans le liquide amniotique à la naissance, l’existence d’une détresse respiratoire chez le nouveau-né et la découverte d’anomalies sur les radiographies du thorax.

Traitement

Si, à la naissance, le nouveau-né est recouvert de méconium, est mou et ne respire pas, le médecin aspire immédiatement le contenu de la bouche, du nez et de la trachée pour éliminer le méconium éventuellement présent. Une sonde est ensuite introduite dans la trachée pour aspirer le méconium éventuellement présent dans la trachée.

En raison du risque d’infection, des antibiotiques sont administrés au nouveau-né ainsi qu’un supplément d’oxygène, et il est placé sous ventilateur si nécessaire. L’aspiration est parfois répétée afin de tenter de déloger plus de méconium. Le nouveau-né sous ventilation mécanique doit être observé attentivement, à la recherche de complications graves, telles qu’un pneumothorax ou une hypertension artérielle pulmonaire persistante.

La plupart des nouveau-nés qui souffrent d’un syndrome d’inhalation de méconium survivent. Cependant, si l’affection est sévère et, surtout, si elle se complique d’une hypertension artérielle pulmonaire persistante, elle peut être mortelle.

Ressources dans cet article