Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Trouble d’anxiété sociale chez les enfants et les adolescents

Par Josephine Elia, MD, Professor of Psychiatry and Human Behavior, Professor of Pediatrics;Attending Physician, Sidney Kimmel Medical College of Thomas Jefferson University;Nemours/A.I. duPont Hospital for Children

Le trouble d’anxiété sociale (phobie sociale) est la peur persistante d’être embarrassé(e), ridiculisé(e) ou humilié(e) dans des situations sociales.

Parfois, la phobie sociale se développe après un incident embarrassant.

Généralement, ce trouble est remarqué pour la première fois lorsque les enfants font des colères, pleurent, s’accrochent ou se retirent dans des situations sociales ou lorsque les adolescents s’inquiètent excessivement avant d’aller à un événement social ou se préparent excessivement avant un exposé en classe. Ils peuvent alors refuser d’aller à l’école ou aux événements sociaux. La raison invoquée est souvent un symptôme physique, comme des maux d’estomac ou des céphalées.

Les enfants sont terrifiés à l’idée qu’ils puissent s’humilier face à leurs camarades en donnant une mauvaise réponse, en disant quelque chose d’inapproprié, en devenant embarrassés ou même en vomissant. Lorsque la peur est excessive, les enfants peuvent refuser de parler au téléphone ou de quitter la maison.

Diagnostic

  • Symptômes

Le diagnostic repose sur les symptômes. Pour diagnostiquer le trouble, les symptômes doivent exister depuis au moins 6 mois. Aussi, les enfants doivent se sentir anxieux dans toutes les situations similaires (par exemple, avant tous les exposés en classe, pas seulement pour certains cours ou enseignants), et ils doivent se sentir anxieux lorsqu’ils interagissent avec d’autres enfants, pas seulement les adultes.

Traitement

  • Thérapie comportementale

On utilise le plus souvent la thérapie comportementale. Elle consiste notamment à ne pas permettre à l’enfant de manquer l’école. L’absence les rend encore plus réticents à se rendre à l’école.

Si une thérapie comportementale est inefficace ou les enfants refusent d’y participer, un médicament peut réduire l’anxiété, comme un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS, Traitement pharmacologique de la dépression). Le médicament peut suffisamment réduire l’anxiété pour permettre à l’enfant de participer à une thérapie comportementale.