Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Crises hyperpyrétiques

Par Margaret C. McBride, MD, Professor of Pediatrics;Pediatric Neurologist, NeuroDevelopmental Science Center, Northeast Ohio Medical University;Akron Children’s Hospital

Les convulsions fébriles sont des convulsions déclenchées par la fièvre.

Les convulsions fébriles surviennent chez environ 2 à 5 % des enfants âgés de moins de 6 ans, mais elles surviennent le plus souvent chez les enfants âgés de 6 mois à 3 ans. Une convulsion survenant chez un enfant qui a de la fièvre et qui a 6 ans ou plus n’est pas considérée comme une convulsion fébrile. Les convulsions fébriles peuvent être plus fréquentes dans certaines familles. La plupart des convulsions fébriles durent beaucoup moins que 15 minutes, et environ deux tiers des enfants ayant une convulsion fébrile n’en ont jamais plus par la suite.

Les crises peuvent être simples ou complexes.

  • Simple : Le corps entier est pris de secousses (convulsion généralisée) durant moins de 15 minutes. Plus de 90 % des convulsions fébriles sont simples.

  • Complexe : Tout l’organisme est secoué pendant plus de 15 minutes (en permanence ou avec des interruptions), les convulsions peuvent ne concerner qu’un côté du corps (crise partielle), ou bien surviennent à au moins deux reprises en 24 heures. Les enfants sujets aux convulsions fébriles complexes ont légèrement plus de risques de développer des crises convulsives plus tard pendant l’enfance.

Les convulsions fébriles sont habituellement la conséquence de la fièvre en soi. La plupart du temps, la fièvre est causée par une infection autrement mineure, comme une infection virale des voies aériennes ou une otite. Dans ces cas-là, l’infection et la convulsion sont sans danger. Cependant, des infections cérébrales qui menacent le pronostic vital, comme la méningite ( Méningite bactérienne aiguë) ou l’encéphalite ( Encéphalite), causent aussi parfois des convulsions (ainsi que la fièvre). Les parents ne pouvant pas dire si l’enfant est atteint d’une infection cérébrale, les enfants qui ont de la fièvre et font une convulsion pour la première fois ou sont très malades doivent être emmenés au service des urgences pour être examinés. Les médecins examinent les enfants et, selon ce qu’ils trouvent, réalisent parfois des examens à la recherche de ces troubles et d’autres affections graves pouvant causer des convulsions. Ces examens peuvent inclure une ponction lombaire avec une analyse du liquide entourant la moelle épinière (liquide céphalorachidien) et des analyses de sang pour mesurer les taux de glycémie (glucose), de calcium, de magnésium, de sodium ou d’autres substances. Si les convulsions n’ont affecté qu’un seul côté du corps, une imagerie du cerveau avec tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être pratiquées.

Le saviez-vous ?

  • La plupart des enfants ayant des convulsions fébriles n’en souffrent qu’une.

Pronostic

Environ un tiers des enfants ont des convulsions fébriles supplémentaires, mais habituellement cela ne concerne que quelques cas seulement. Les enfants sont plus à même d’avoir des convulsions supplémentaires s’ils avaient moins de 1 an lorsqu’ils ont présenté leurs premières convulsions fébriles ou s’ils ont des proches ayant eu des convulsions fébriles.

Les enfants ayant eu des convulsions fébriles simples sont exposés à un risque légèrement accru de développer une convulsion n’impliquant pas la fièvre (convulsions non fébriles, ou épilepsie). Si les enfants ont eu des convulsions fébriles complexes ou présentent des facteurs de risque supplémentaires (tels qu’un retard de développement ou des antécédents familiaux de convulsions), le risque est supérieur (jusqu’à 10 %). Chez certains enfants, le fait d’avoir une longue convulsion fébrile entraîne des modifications cérébrales (identifiées par IRM) conduisant à des convulsions non fébriles plus tard. Dans ces cas, les médecins ne savent pas si le fait d’avoir une longue convulsion fébrile rend les convulsions non fébriles plus probables ou si certains facteurs sous-jacents rendent les enfants plus à même d’avoir une longue convulsion fébrile et des convulsions non fébriles plus tard.

Les convulsions fébriles qui ne durent pas longtemps ne devraient pas causer une épilepsie ou d’autres anomalies neurologiques. Cependant, une convulsion fébrile est parfois le premier signe d’un trouble neurologique précédemment non reconnu. Parfois, les médecins peuvent regarder en arrière et voir des signes de ce trouble dans les antécédents de l’enfant. Parfois, d’autres signes du trouble n’apparaissent que plus tard. Dans les deux cas, la convulsion fébrile ne devrait pas causer les anomalies.

Traitement

Les convulsions durent normalement moins de 15 minutes et aucun traitement n’est administré à part des médicaments pour réduire la fièvre. Si une convulsion dure 15 minutes ou plus (ce que l’on appelle état de mal épileptique), les médecins administrent des médicaments pour mettre fin à la convulsion ( Traitement d’urgence).

Les médicaments pour éviter d’autres convulsions (anticonvulsivants, Utilisation de médicaments pour traiter les convulsions chez l’enfant) ne sont généralement pas administrés aux enfants qui n’ont eu que quelques convulsions fébriles simples. Néanmoins, les enfants qui ont eu plusieurs convulsions fébriles ou des convulsions prolongées pourront recevoir ces médicaments. Si les enfants ont eu une longue convulsion fébrile, les médecins peuvent prescrire du diazépam en gel à appliquer dans le rectum si une convulsion ultérieure dure plus de 5 minutes.

Si les enfants ont eu une convulsion fébrile, les parents doivent surveiller la température et traiter les fièvres élevées, car elles peuvent déclencher une convulsion.

Ressources dans cet article