Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Convulsions chez l'enfant

Par Margaret C. McBride, MD, Northeastern Ohio Universities Colleges of Medicine and Pharmacology, Rootstown;Akron Children’s Hospital

Les convulsions se produisent lors de perturbations périodiques de l’activité électrique cérébrale, entraînant une dysfonction transitoire des fonctions cérébrales à des degrés variables.

Les convulsions sont une décharge électrique non régulée anormale des cellules nerveuses dans le cerveau ou dans une partie du cerveau. Cette décharge anormale peut affecter la conscience ou entraîner des sensations anormales, des mouvements involontaires ou des convulsions. Les convulsions sont des contractions rythmiques des muscles. Chez les nourrissons, les convulsions peuvent être difficiles à reconnaître. Les nourrissons peuvent pincer leurs lèvres ou mâcher involontairement. Leurs yeux peuvent donner l'impression qu'ils regardent fixement dans différentes directions. Ils peuvent soudainement perdre leur tonicité. Chez les nourrissons plus âgés ou les jeunes enfants, une partie ou la totalité du corps peut être prise de secousses et de tressaillements. Les membres peuvent bouger involontairement. Les enfants peuvent fixer du regard ou devenir confus.

L'épilepsie n'est pas un trouble spécifique mais fait référence à une tendance à souffrir de convulsions fréquentes qui peuvent avoir une cause identifiable ou non.

Les convulsions chez les enfants présentent souvent des manifestations similaires à celles des adultes (voir Troubles convulsifs). Cependant, certains types de convulsions, comme les crises hyperpyrétiques et les spasmes infantiles, ne surviennent que chez les enfants. Les convulsions causées par des troubles héréditaires du métabolisme commencent habituellement au cours de la petite enfance ou de l'enfance. Certains troubles de l'enfant, comme l'apnée (voir Spasme du sanglot) et les terreurs nocturnes (voir Troubles de sommeil chez les enfants : Terreurs nocturnes et somnambulisme), peuvent ressembler à des convulsions mais ils n'impliquent pas d'activité électrique anormale dans le cerveau et par conséquent ne constituent pas des convulsions.

Chez les enfants, les troubles qui entraînent les convulsions peuvent aussi affecter leur développement. En bref, les convulsions peu fréquentes ne semblent pas causer de lésions cérébrales. L'altération du cerveau en cours de développement éventuellement causée par certains types de convulsions récurrentes fait l'objet d'un débat. Les convulsions qui durent pendant plusieurs heures peuvent être associées à des lésions cérébrales, particulièrement en présence d'une fièvre élevée, mais les convulsions durent rarement pendant des heures.

Quelques causes de convulsions chez les nouveau-nés et les nourrissons

Type

Maladie

Troubles généraux

Fièvre élevée

Manque d'oxygène, comme cela peut survenir durant le travail ou l'accouchement

Troubles cérébraux

Malformations congénitales du cerveau

Saignement dans le cerveau

Malformations cérébrales ou tumeurs

Blessure à la tête

Infections, comme l'encéphalite ou la méningite

AVC

Troubles métaboliques

Troubles héréditaires de la transformation des acides aminés (métabolisme)

Anomalies temporaires du taux de sucre dans le sang (glucose), calcium, magnésium, vitamine B6 ou sodium

Médicaments

Consommation de drogues (comme la cocaïne, l'héroïne ou le sédatif diazépam) par la mère durant la grossesse

Le saviez-vous ?

  • Il convient de ne rien mettre dans la bouche de quelqu'un qui subit une convulsion.

Traitement d’urgence

Lorsqu'un enfant subit une convulsion, les parents ou les autres soignants doivent essayer de s'assurer que l'enfant ne se blessent pas en faisant ce qui suit :

  • Étendre l'enfant sur un côté

  • Maintenir l'enfant éloigné de dangers potentiels (comme les escaliers ou des objets coupants)

  • Ne rien mettre dans la bouche de l'enfant et ne pas essayer de tenir sa langue

Une fois la convulsion terminée, les mesures suivantes peuvent être utiles :

  • Rester auprès de l'enfant jusqu'à ce qu'il soit bien réveillé

  • Vérifier si l'enfant respire et s'il ne semble pas respirer, pratiquer un bouche-à-bouche (essayer de récupérer la respiration durant une crise convulsive est inutile et peut blesser l'enfant ou le sauveteur)

  • Ne pas donner de nourriture, de liquide ou de médicament par voie orale jusqu'à ce que l'enfant soit bien réveillé

  • Si l'enfant a de la fièvre, lui administrer du paracétamol par voie rectale

Il convient d'appeler une ambulance si la convulsion dure plus de 5 minutes, si l'enfant est blessé durant la convulsion, s'il a des difficultés respiratoires après la convulsion ou si une autre convulsion survient immédiatement après. Tous les enfants doivent être amenés à l'hôpital la première fois qu'ils subissent une convulsion. Pour les enfants dont le trouble convulsif est déjà connu, les parents doivent demander à l'avance au médecin quand et où une évaluation doit être faite si une autre convulsion survient et lui demander quelle est l'urgence de cette évaluation.

Crises hyperpyrétiques

Les crises hyperpyrétiques (crises convulsives) sont les crises déclenchées par la fièvre.

Les crises hyperpyrétiques surviennent chez environ 2 à 5 % des enfants âgés de moins de 6 ans mais elles surviennent le plus souvent chez les enfants âgés de 6 mois à 3 ans. Les convulsions fébriles tendent à être plus fréquentes dans certaines familles. La plupart de ces enfants ne feront qu’une crise dans leur vie, d’une durée inférieure à 15 minutes.

Les crises peuvent être simples ou complexes.

  • Simple : Le corps entier est pris de secousses (convulsion généralisée) durant moins de 15 minutes.

  • Complexe : Tout l’organisme est secoué pendant plus de 15 minutes, les convulsions peuvent ne concerner qu’un côté du corps (crise partielle), ou bien surviennent à au moins deux reprises en 24 heures. Les enfants sujets à des crises hyperpyrétiques complexes ont plus de risque de développer des crises convulsives plus tard.

Les crises hyperpyrétiques sont habituellement la conséquence de la fièvre en soi. La plupart du temps, la fièvre est causée par une infection autrement mineure, comme une infection virale des voies aériennes. Dans ces cas-là, l'infection et la convulsion sont sans danger. Cependant, des infections cérébrales qui menacent le pronostic vital, comme la méningite (voir Méningite bactérienne aiguë) ou l'encéphalite (voir Encéphalite), causent aussi parfois des convulsions (ainsi que la fièvre). Les parents ne pouvant pas dire si l'enfant est atteint d'une infection cérébrale, les enfants qui ont de la fièvre et font une convulsion pour la première fois ou sont très malades, doivent être emmenés au service des urgences pour être examinés. Les médecins examinent les enfants et pratiquent parfois des tests pour éventuellement dépister ces troubles.

Le saviez-vous ?

  • La plupart des enfants ayant des crises hyperpyrétiques n'en souffrent qu'une.

Traitement

Les convulsions durent normalement moins de 15 minutes et aucun traitement n'est administré à part des médicaments pour réduire la fièvre. Si les convulsions durent 15 minutes ou plus, des médicaments comme le sédatif lorazépam ou l'anticonvulsivant fosphénytoïne sont administrés, habituellement par voie intraveineuse, afin d'y mettre fin. Puis les enfants sont étroitement surveillés afin d'observer d'éventuels troubles de la respiration ou de la tension artérielle.

Les enfants qui n'ont eu que quelques crises hyperpyrétiques simples ne reçoivent généralement pas de médicaments pour éviter d'autres convulsions. Les enfants qui ont eu plusieurs crises hyperpyrétiques ou des convulsions prolongées pourront recevoir des médicaments.

Spasmes du nourrisson

Dans les spasmes du nourrisson (tic de salaam), l’enfant qui est couché sur le dos se soulève brusquement et tend les bras, le cou et la partie supérieure du corps vers l’avant, tout en étirant les jambes.

  • Beaucoup d'enfants souffrant de spasmes du nourrisson présentent également des troubles du développement ou un déficit intellectuel.

  • L'électroencéphalogramme et l'analyse d'échantillons de sang, d'urine et du liquide entourant la moelle épinière ainsi qu'une imagerie cérébrale aident les médecins à diagnostiquer le trouble et à en identifier la cause.

  • L'injection de l'hormone adrénocorticotrope ou d'un corticostéroïde par voie intramusculaire permet souvent de contrôler les convulsions.

Les spasmes du nourrisson ne durent que quelques secondes, mais peuvent se répéter de nombreuses fois dans la journée. En général ils apparaissent dans les 3 premières années de vie. Chez de nombreux enfants, les spasmes évoluent avec l’âge vers un autre type de syndrome convulsif.

Symptômes

Les spasmes consistent habituellement en une soudaine secousse, suivie d'un raidissement. Elles surviennent en général après le réveil de l'enfant et se produisent rarement durant le sommeil. Chez la plupart des enfants affectés, le développement intellectuel, y compris le développement du langage, est lent et il y a un déficit intellectuel. Les enfants peuvent perdre les aptitudes de développement acquises, comme la capacité de s'asseoir ou de rouler.

Diagnostic

Le diagnostic est basé sur les symptômes. Une électroencéphalographie (EEG) est pratiquée pour vérifier l'activité électrique anormale du cerveau.

Des échantillons de sang, d'urine et du liquide entourant la moelle épinière (liquide céphalorachidien) sont habituellement analysés pour dépister des troubles susceptibles de causer les convulsions. Le liquide céphalorachidien est obtenu à l'aide d'une ponction lombaire. Une imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau est généralement pratiquée.

Traitement

Le contrôle précoce des spasmes du nourrisson étant associé à un meilleur développement, l'identification et le traitement précoces des convulsions est essentiel. Parfois une hormone adrénocorticotrope est injectée par voie intramusculaire une fois par jour, ou un corticostéroïde (comme la prednisone) est utilisé.

Beaucoup d'anticonvulsivants ne sont pas efficaces pour l'arrêt des spasmes. Cependant, le clonazépam, le nitrazépam, le topiramate, le valproate, le vigabatrine ou le zonisamide peuvent être utiles.

Ressources dans cet article