Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Angiographie

Par Hakan Ilaslan, MD, Associate Professor of Radiology;Staff Radiologist, Cleveland Clinic Lerner College of Medicine;Imaging Institute, Diagnostic Radiology

Dans l’angiographie, des rayons X sont utilisés pour produire des images détaillées des vaisseaux sanguins. Elle est parfois appelée angiographie conventionnelle pour la distinguer de l’angiographie par tomodensitométrie (TDM) et de l’angiographie par résonance magnétique. Pendant l’angiographie, les médecins peuvent aussi traiter les troubles vasculaires.

L’angiographie peut fournir des images fixes ou en mouvement (appelée ciné-angiographie). La ciné-angiographie peut montrer la vitesse du flux sanguin du sang à travers les vaisseaux.

L’angiographie, bien qu’invasive, est généralement sûre.

Procédure de l’angiographie

Avant la procédure d’angiographie, on demande généralement aux personnes de ne pas manger ni boire pendant 12 heures.

Pour la procédure, les personnes se couchent sur une table de radiographie (une table qui est facilement traversée par les rayons X). La table pouvant être inclinée, des bandes de maintien peuvent être attachées au niveau du thorax et des jambes. Les caméras de radiographie peuvent être positionnées en fonction des besoins. Des électrodes sont placées sur le thorax pour surveiller le cœur. La tension artérielle et les taux d’oxygène dans le sang sont aussi enregistrés.

Après avoir injecté un anesthésique local, les médecins pratiquent une petite incision, généralement dans l’aine ou parfois dans le bras. Ensuite, un tube fin et flexible (cathéter) est inséré, en général dans une artère, puis poussé dans les vaisseaux sanguins vers la zone à examiner. Quand le cathéter est en place, un agent de contraste radio-opaque (liquide contenant de l’iode et qui est visible sur les radiographies) est injecté. L’agent de contraste circule dans les vaisseaux sanguins et met leurs contours en évidence. Les images apparaissent sur un écran vidéo et sont enregistrées. Par conséquent, les médecins peuvent évaluer la structure des vaisseaux sanguins et identifier toute anomalie présente.

Avant l’angiographie, un sédatif est souvent administré par voie intraveineuse pour aider les personnes à se relaxer et à rester calmes, tout en restant conscientes pendant l’examen. Pendant celui-ci, on peut demander aux personnes de respirer profondément, de retenir leur respiration ou de tousser. Les personnes doivent signaler toute sensation de gêne.

La durée de l’angiographie va de moins d’une heure à plusieurs heures, en fonction de la région du corps examinée et du type d’examen ou de procédure réalisé(e). Elle est généralement réalisée en ambulatoire.

Si on place le cathéter en passant par une artère, le site d’insertion doit être comprimé sans interruption pendant 10 à 20 minutes après le retrait de tous les instruments. La compression bloque le saignement et l’apparition d’un hématome. Les personnes peuvent aussi avoir besoin de s’allonger pendant plusieurs heures après la procédure pour aider à prévenir les saignements. Un séjour d’une nuit à l’hôpital est parfois nécessaire. Pour le reste de la journée, on conseille aux personnes de se reposer et de boire de grandes quantités pour permettre à l’organisme d’éliminer l’agent de contraste.

Utilisations de l’angiographie

L’angiographie est utilisée pour vérifier les anomalies des vaisseaux sanguins. Les anomalies peuvent comprendre

  • Obstructions

  • Rétrécissements

  • Communications anormales entre les artères et les veines (malformations artérioveineuses)

  • Inflammation (vascularite)

  • Dilatations (anévrismes) dans une paroi vasculaire fragilisée

  • Déchirements (dissection) dans une paroi vasculaire

Pendant l’angiographie, des procédures pour traiter les anomalies détectées peuvent parfois être réalisées :

  • Des artères rétrécies peuvent être élargies.

  • Des obstructions peuvent être retirées.

  • Un tube composé de mailles métalliques (endoprothèse) peut être placé pour maintenir l’artère ouverte.

  • Les déchirements ou les zones affaiblies des vaisseaux sanguins peuvent être réparés.

  • L’afflux sanguin aux tumeurs ou aux malformations artérioveineuses peut être bloqué.

Variantes de l’angiographie

Artériographie

Ce terme se rapporte à l’imagerie des artères. C’est le type d’angiographie le plus courant.

Phlébographie

Ce terme se rapporte à l’imagerie des veines.

Angiographie de soustraction numérique

Les images radiographiques des vaisseaux sanguins sont prises avant et après l’injection d’un agent de contraste radio-opaque. Un ordinateur soustrait alors les images les unes aux autres. Les images des structures autres que les artères (comme les os) sont donc éliminées. Par conséquent, les artères peuvent être visualisées plus clairement.

Types d’angiographies courantes

Type

Zone à examiner

Utilisations

Angiographie coronaire

Vaisseaux sanguins du cœur

Avec un cathétérisme cardiaque, le cœur lui-même

Pour diagnostiquer les coronaropathies et d’autres troubles cardiaques

Pour déterminer si l’angioplastie ou un pontage coronarien est réalisable

Pour déterminer la gravité d’un trouble cardiaque

Pour identifier la cause d’une douleur thoracique, d’un essoufflement ou de certains autres symptômes

Pour clarifier les structures spécifiques du cœur des personnes avant une chirurgie de remplacement des valvules cardiaques

Aortographie

Aorte

Pour vérifier les éléments suivants :

  • Dilatations dans une paroi affaiblie (anévrismes)

  • Déchirures de la paroi (dissection)

  • Fuite de la valve entre l’aorte et le ventricule gauche (régurgitation aortique)

Angiographie cérébrale

Vaisseaux sanguins du cerveau

Pour vérifier les éléments suivants :

  • Vaisseaux sanguins rétrécis ou obstrués (ce qui peut entraîner un accident vasculaire cérébral)

  • Anévrismes

  • Communications anormales entre les artères et les veines (malformations artérioveineuses)

  • Inflammation des vaisseaux sanguins (vascularite)

Angiographie à la fluorescéine

Vaisseaux sanguins des yeux

Pour évaluer les dommages rétiniens dus au diabète (rétinopathie diabétique) ou une dégénérescence maculaire

Pour évaluer la rétine avant un traitement au laser

Artériographie périphérique

Artères des bras, des jambes et du tronc, à l’exception de l’aorte et des artères du cœur

Pour vérifier les éléments suivants :

  • Sténoses ou obstructions

  • Anévrismes

  • Communications anormales entre une artère et une veine (fistules artério-veineuses)

  • Connexions anormales entre les artères et les veines (malformations artérioveineuses)

Angiographie pulmonaire*

Vaisseaux sanguins pulmonaires

Pour diagnostiquer une embolie pulmonaire (obstruction par des caillots de sang des artères pulmonaires, qui vont du cœur aux poumons) et identifier des anomalies des artères pulmonaires et des veines

*L’angiographie pulmonaire par TDM a largement remplacé l’angiographie pulmonaire conventionnelle parce qu’elle est moins invasive.

TDM = tomodensitométrie

Inconvénients de l’angiographie

Pour certaines personnes, la procédure est désagréable.

Pour quelques-unes, des réactions de type allergique à l’agent de contraste peuvent survenir.

Le site de l’injection peut saigner, s’infecter ou être douloureux.

Rarement, le cathéter endommage un vaisseau sanguin.

Les complications graves, telles que choc, convulsions, lésions rénales et arrêt brutal de la pompe cardiaque (arrêt cardiaque), sont très rares. Parfois, durant le cathétérisme cardiaque, le cœur saute un battement ou ralentit brièvement.

Le risque de complications est plus élevé chez les personnes âgées, bien qu’il soit toujours faible.

La dose de rayonnement utilisée dans l’angiographie est variable selon la procédure, mais elle est généralement 50 à 150 fois plus importante que celle utilisée dans une simple radiographie thoracique sous deux angles.

L’angiographie n’est pas toujours facilement disponible. Elle doit être réalisée par des médecins très expérimentés.

Ressources dans cet article