Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Médecine d’approche globale

Par Steven Rosenzweig, MD, Drexel University College of Medicine

Les médecines d’approche globale sont des systèmes complets de diagnostic et de pratique. Des exemples incluent la médecine traditionnelle chinoise, la médecine ayurvédique et les méthodes occidentales non conventionnelles de guérison naturelle.

Médecine traditionnelle chinoise

Né en Chine il y a plus de 2 000 ans, ce système repose sur l’idée que la maladie est due à un flux inharmonieux de la force vitale (Qi) par l’organisme. Le Qi est régulé en équilibrant les forces opposées du yin et du yang, qui se manifestent dans l’organisme comme le chaud et le froid, l’externe et l’interne, ou le déficit et l’excès. Afin de restaurer le Qi, et par conséquent l’état de santé, différentes méthodes sont utilisées. Elles comprennent l’alimentation, les remèdes d’herboristerie, les massages, les exercices de méditation appelés Qi gong et l’acupuncture.

La médecine traditionnelle chinoise utilise des formules contenant des mélanges d’herbes pour traiter différentes affections. Par exemple, les herbes chinoises semblent traiter efficacement les formes courantes de l’arthrite et ont peu d’effets secondaires. Une association d’herbes, le sho-saiko-to, peut réduire les cicatrices du foie et protéger les personnes atteintes de cirrhose contre le cancer du foie. Un problème avec la médecine chinoise traditionnelle est que la standardisation et le contrôle qualité sont quasiment inexistants. Par exemple, certains médicaments chinois traditionnels ont été mélangés à des médicaments ou contaminés avec des métaux lourds toxiques.

Acupuncture

L’acupuncture, un traitement de la médecine traditionnelle chinoise, est l’une des techniques de médecine alternative les plus reconnues dans les pays occidentaux. Les acupuncteurs n’ont pas nécessairement un diplôme en médecine, tandis que certains médecins, souvent spécialisés dans le traitement de la douleur, sont formés pour pratiquer l’acupuncture. L’acupuncture consiste en la stimulation de points spécifiques de l’organisme, en général en introduisant des aiguilles très fines dans la peau et les tissus sous-jacents. On estime qu’en stimulant ces points spécifiques on peut débloquer le flux de Qi le long de canaux énergétiques ou méridiens (il y a plus de 350 de ces points le long des méridiens) et donc restaurer l’équilibre entre yin et yang. Parfois la stimulation est augmentée en tournant et en chauffant l’aiguille. Les points d’acupuncture peuvent également être stimulés par pression (appelée acupression), lasers, ultrasons ou par un courant électrique de bas voltage (appelé électro-acupuncture) appliqué à l’aiguille. Le procédé n’est pas douloureux, mais peut provoquer des fourmillements.

Certaines études ont montré que l’acupuncture induisait la libération de différents messagers chimiques dans le cerveau (neurotransmetteurs), qui agissent comme antalgiques naturels, comme les endorphines. L’acupuncture a également été utilisée pour soulager la douleur après des interventions chirurgicales ou dentaires. En plus de son efficacité potentielle pour soulager la douleur, l’acupuncture permet de soulager les nausées et les vomissements qui surviennent en général pendant la grossesse ou après un acte chirurgical ou une chimiothérapie. Dans le cadre d’un plan de traitement global (parfois comme traitement d’association), l’acupuncture peut être utile dans le traitement des addictions, du syndrome du canal carpien, de la fibromyalgie, des céphalées, des douleurs lombaires, de l’ostéoarthrite et de la bouche sèche (chez les patients atteints d’un cancer au stade avancé). L’acupuncture peut également favoriser la récupération de l’accident vasculaire cérébral et peut améliorer les taux de succès de la fécondation in vitro. Il n’est pas clair si l’acupuncture peut aider à améliorer la fonction pulmonaire chez les personnes atteintes d’asthme ou à diminuer la douleur et améliorer la fonction articulaire chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. L’acupuncture s’est avérée inefficace pour aider les personnes à cesser de fumer ou à perdre du poids.

Des millions de personnes sont traitées avec l’acupuncture chaque jour. Bien qu’étant rares si la technique est pratiquée convenablement, les effets secondaires suivants sont à noter :

  • Une aggravation rare des symptômes peut survenir.

  • L’infection est extrêmement rare parce que la plupart des acupuncteurs utilisent des aiguilles à usage unique. Dans le cas d’aiguilles réutilisables, elles doivent être correctement stérilisées.

  • Comme pour tout traitement médical impliquant des aiguilles, certaines personnes peuvent ressentir un étourdissement et avoir besoin de s’allonger.

  • L’acupuncture peut provoquer un hématome ou un saignement chez les personnes souffrant de troubles de saignement sévères ou qui prennent de la warfarine, un anticoagulant.

  • Les personnes porteuses d’un stimulateur cardiaque ou d’un défibrillateur implanté ne doivent pas subir d’électro-acupuncture.

  • L’acupuncture a plusieurs utilisations proposées durant la grossesse, telles que le contrôle des nausées, le retournement de la présentation en siège et la régulation du travail. Cependant, parce que l’acupuncture peut stimuler les contractions utérines, elle doit uniquement être administrée par un praticien spécialement formé.

  • Rarement, le placement des aiguilles profondes peut provoquer un affaissement du poumon et une lésion interne.

Ayurveda

L’Ayurveda est une médecine traditionnelle indienne, dont les origines remontent à plus de 4 000 ans. Elle est fondée sur la théorie selon laquelle la maladie est due au déséquilibre de la force vitale corporelle ou prana. Le balancement de la force vitale est déterminé par l’équilibre de trois qualités corporelles, dites doshas : vata, pitta et kapha. La plupart des patients ont un dosha prépondérant, et l’équilibre spécifique entre les trois doshas est spécifique à chaque individu.

Le praticien de santé évalue les patients en les questionnant sur leurs symptômes, comportement et style de vie ; en observant leur apparence globale, y compris les yeux, la langue et la peau ; en prenant leur pouls et en vérifiant leurs urines et leurs selles. Après avoir déterminé l’équilibre des doshas, le praticien met au point un traitement spécifiquement adapté à chaque personne. L’Ayurveda emploie l’alimentation, les plantes médicinales, les massages, le yoga et le drainage intérieur (élimination thérapeutique). Le nettoyage implique généralement l’injection d’un liquide dans le rectum pour entraîner un mouvement de l’intestin (lavement) ou le nettoyage du nez avec de l’eau (lavage nasal) pour restaurer l’équilibre entre l’organisme et la nature.

Un faible nombre d’études bien conçues sur les pratiques ayurvédiques ont été menées.

Dans certains mélanges de plantes utilisés, des métaux lourds (principalement plomb, mercure et arsenic) sont inclus parce qu’on pense qu’ils ont des effets thérapeutiques. Cependant, un empoisonnement aux métaux lourds est survenu chez certaines personnes.

Le saviez-vous ?

  • Certains médicaments homéopathiques peuvent ne contenir aucun ingrédient actif.

Homéopathie

L’homéopathie, développée en Allemagne à fin du XVIIIe siècle, repose sur le fait que « le semblable guérit le semblable » (d’où le nom homéo, en grec « semblable », et pathos, en grec « maladie »). En d’autres termes, on considère qu’une substance qui, à fortes doses, induit une maladie peut soigner cette même maladie si elle est administrée à doses minimes. On pense que la dose minime stimule les mécanismes de guérison de l’organisme. Les traitements sont fondés sur les caractéristiques uniques du patient, y compris la personnalité et le style de vie ainsi que les symptômes et l’état de santé général.

Les remèdes utilisés en homéopathie sont dérivés des substances présentes dans la nature, comme des extraits de plantes et d’animaux et des minéraux. Ces substances sont utilisées pour stimuler la capacité innée de l’organisme à guérir. Les remèdes sont préparés en diluant ces substances plusieurs fois de suite et en remuant rapidement la solution résultante. Plus un remède homéopathique est dilué, plus il est considéré comme étant efficace. De nombreux remèdes homéopathiques sont tellement dilués qu’ils ne contiennent plus rien de la substance d’origine. Cependant, beaucoup d’autres remèdes homéopathiques conservent vraiment une activité pharmacologique.

Les scientifiques n’ont aucune explication scientifique sur le fait que les principes dilués utilisés en homéopathie puissent soigner la maladie. L’homéopathie est peu risquée. Des effets secondaires peuvent cependant apparaître, comme des réactions de types allergique et toxique.

Aux États-Unis, les médicaments homéopathiques sont classés par la Food and Drug Administration comme médicaments en vente libre ou sur ordonnance. Le contrôle qualité sur la régularité des ingrédients et l’efficacité est limité. Les remèdes homéopathiques peuvent contenir de l’alcool, qui est parfois utilisé pour diluer le médicament. L’étiquette doit mentionner les informations suivantes :

  • Le mot « homéopathique »

  • Le nom du fabricant

  • Au moins une façon d’utiliser le médicament

  • Les instructions pour une utilisation en toute sécurité

  • Le principe actif et le taux de dilution (à moins d’être spécifiquement exempté)

Certains médicaments homéopathiques sont disponibles uniquement sur ordonnance.

L’homéopathie n’a pas été établie comme traitement efficace pour une affection spécifique.

Naturopathie

La naturopathie, qui tire ses principes de différentes cultures, est née aux États-Unis d’un système thérapeutique formel au début des années 1900. Fondée sur le principe qu’il existe un pouvoir naturel de guérison, la naturopathie met l’accent sur la prévention et le traitement d’une maladie par un mode de vie sain, le traitement de la personne dans son ensemble. Elle fait appel aux capacités naturelles de guérison de l’organisme. Ce système se base sur la recherche de la cause d’une maladie plutôt que sur le simple traitement des symptômes. Certains des principes de ce système ne sont pas différents de ceux de la médecine occidentale moderne.

La naturopathie utilise une association de traitements, y compris les suivants :

  • Alimentation et compléments nutritionnels

  • Plantes médicinales

  • Homéopathie

  • Médecine physique (telles que traitement par le chaud et le froid, ultrasonographie et massages)

  • Thérapies corps-esprit

  • Exercice physique

  • Conseils sur l’alimentation, le style de vie et la gestion du stress

  • Accouchement naturel

  • Hydrothérapie (applications d’eau chaude ou froide agitée)

Peu d’essais cliniques ont été menés spécifiquement sur la naturopathie.

Ressources dans cet article