Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Ginseng

Par Ara DerMarderosian, PhD, University of the Sciences in Philadelphia

Le ginseng est en général obtenu à partir de deux espèces de plantes différentes : le ginseng américain et le ginseng asiatique. Le ginseng américain est plus léger que celui d’Asie. Le ginseng est disponible sous plusieurs formes, telles que racines fraîches et séchées, extraits, solutions, gélules, comprimés, cosmétiques, boissons et tisanes. Les principes actifs sont les panaxosides dans le ginseng américain et les ginsénosides dans le ginseng asiatique.

Le ginseng sibérien, qui n’est pas un véritable ginseng, contient des principes actifs différents ; cependant, il possède un effet antistress proche de celui des ginsengs américain et asiatique.

Les produits à base de ginseng sont de qualité très variable parce qu’un grand nombre d’entre eux ne renferme qu’un faible pourcentage de principe actif, voire n’en contiennent pas du tout. Dans un très petit nombre de cas, certains produits asiatiques à base de ginseng ont été associés délibérément à la racine de mandragore, utilisée pour induire des vomissements, ou à la phénylbutazone ou l’aminopyrine, des médicaments qui ont été retirés du marché américain en raison d’effets secondaires inacceptables.

Propriétés médicinales

Le ginseng est utilisé pour renforcer les performances physiques et mentales, ou pour augmenter l’énergie et la résistance aux effets nocifs du stress et du vieillissement. Beaucoup le prennent pour améliorer les performances sexuelles, y compris le traitement des troubles érectiles. Il semble que le ginseng diminue le taux de glucose dans le sang et augmente le taux de cholestérol trouvé sous forme de lipoprotéines de haute densité (HDL) c’est-à-dire le bon cholestérol. Il peut également augmenter les taux d’hémoglobine et de protéines dans le sang.

Il n’est pas aisé d’évaluer les effets du ginseng du fait des difficultés à mesurer une élévation de l’énergie et d’autres effets sur la qualité de vie. Dans une étude réalisée sur un petit nombre de diabétiques, le ginseng a réduit les taux sanguins de glucose et, sur la base d’évaluations subjectives, a amélioré l’humeur et l’énergie. Dans une étude conduite sur un grand échantillon, mais sur une courte durée, le ginseng a amélioré la qualité de vie, encore une fois sur la base d’évaluations subjectives.

Effets secondaires possibles

Le ginseng présente un bon indice de sécurité. Cependant, certaines autorités recommandent de limiter l’utilisation du ginseng à trois mois en raison du développement possible d’effets secondaires. Les effets indésirables les plus fréquents sont l’énervement et l’excitabilité, qui disparaissent en général après quelques jours. La capacité de concentration est diminuée, et le taux de glucose sanguin peut baisser jusqu’à des niveaux trop faibles (entraînant une hypoglycémie). D’autres effets secondaires incluent les céphalées, des réactions allergiques, des troubles du sommeil, des troubles digestifs, une sensibilité mammaire et des irrégularités du cycle menstruel. Le ginseng a des effets comparables à ceux des œstrogènes ; il ne doit donc pas être pris pendant la grossesse ou pendant l’allaitement ni être administré aux enfants. Des effets secondaires plus sérieux ont parfois été rapportés, tels qu’une crise d’asthme, une élévation de la pression artérielle, des palpitations et, chez les femmes ménopausées, un saignement utérin. Beaucoup trouvent le goût du ginseng désagréable.

Le ginseng peut interagir avec les anticoagulants, l’aspirine, d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les corticostéroïdes, la digoxine, les traitements œstrogéniques substitutifs, les inhibiteurs des monoaminoxydases (IMAO, utilisés comme antidépresseurs) et les médicaments qui diminuent les taux sanguins de glucose (hypoglycémiants, utilisés pour traiter le diabète).