Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Décisions quant au traitement

Par Thomas V. Jones, MD, MPH, Pfizer

Les médecins évaluent le rapport entre les bénéfices et les risques potentiels d’un traitement avant de recommander un plan d’action.

Bénéfices

Parfois le bénéfice apporté par le traitement est une amélioration des symptômes, par exemple une diminution des douleurs. Le bénéfice peut également consister en une amélioration fonctionnelle, par exemple, permettre de marcher plus longtemps. Parfois, le bénéfice consiste en la guérison de la maladie. Dans d’autres cas, un traitement diminue le risque de survenue d’événements indésirables, comme les complications d’une maladie. Ainsi, le bénéfice est une diminution du risque d’apparition d’un événement que les patients veulent éviter.

Par exemple, un médecin peut décider de recommander un médicament visant à réduire le risque d’accident vasculaire cérébral. Il évalue les résultats d’un essai clinique contrôlé dans lequel 2 000 personnes ont été évaluées. Les résultats montrent que sur 1 000 personnes traités, 20 auront un accident vasculaire cérébral malgré la prise de ce médicament. L’étude démontre, en outre, que parmi les 1 000 autres patients de l’étude non traités (à qui on a donné un placebo), 40 feront un accident vasculaire cérébral. On pourrait interpréter les résultats de l’étude comme ayant montré que le médicament réduisait de moitié le risque d’accident vasculaire cérébral, puisque 20 correspond à la moitié de 40 (diminution de 50 % du risque relatif). Cependant, on pourrait aussi interpréter les résultats comme ayant montré que seuls 20 patients sur 1 000 ont ressenti les bénéfices (diminution de 2 % du risque absolu). Il semble plus impressionnant d’affirmer que le risque d’accident vasculaire cérébral est réduit de moitié que de dire qu’il y a eu une diminution de 2 % du risque.

Risque

Le risque est la probabilité que se manifeste un événement non désiré. Lors de la description du risque de survenue d’un événement, il faut évaluer le risque absolu par rapport au risque relatif. Dans l’exemple ci-dessus, peut-être que le médicament qui a empêché l’accident vasculaire cérébral a entraîné un saignement grave chez 3 % des patients. Bien que 3 % ne semble pas un risque élevé, cela signifie que 30 patients sur 1 000 ont eu un saignement grave.

Les personnes et leurs médecins doivent soigneusement choisir quelles statistiques utiliser pour les aider à prendre des décisions. Le traitement semble évidemment une bonne option lorsqu’on oppose « amélioration de 50 % » à « 3 % de chances de risque grave ». Cependant, les mêmes chiffres signifient également que le traitement a bénéficié à 20 patients sur 1 000, mais a été préjudiciable pour 30 d’entre eux. Avec cette formulation, le traitement ne semble pas une bonne option. Dans ce cas, les personnes doivent comparer la gravité des dommages du traitement à la gravité de la maladie. Par exemple, si un accident vasculaire cérébral est grave, laissant les personnes incapables de parler ou de prendre soin d’elles-mêmes, et que le saignement induit par le médicament nécessite uniquement des transfusions sanguines, mais aucune chirurgie et n’est pas fatal, les personnes peuvent accepter le risque plus élevé de saignement pour éviter le risque plus faible, mais plus grave d’accident vasculaire cérébral.

Le saviez-vous ?

  • Les médecins évaluent le rapport entre les risques et les bénéfices potentiels d’un traitement avant de le recommander.

  • Les résultats des études de recherche doivent être soigneusement évalués pour déterminer si les résultats s’appliquent à une personne en particulier.

Les études de recherche fournissent des informations uniquement sur le risque moyen de risque et de bénéfice. Toutefois, l’efficacité moyenne ne permet pas toujours aux médecins de prévoir comment un patient va réagir à un traitement. En raison de cette incertitude, de nombreuses études scientifiques essaient de déterminer les caractéristiques de personnes (telles que l’âge, les autres maladies dont elles sont atteintes et les résultats d’analyses sanguines), qui peuvent mieux identifier celles qui sont plus susceptibles de bénéficier ou d’être lésées par le traitement.

Ressources dans cet article