Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Se préparer à utiliser une prothèse

Par James Baird, CPO, Director of Education, Hanger Clinic

Avant la chirurgie, un chirurgien, un prothésiste (spécialiste qui conçoit, place, construit et ajuste les prothèses) et un kinésithérapeute discutent des objectifs avec les personnes qui doivent être amputées. Toujours avant la chirurgie, toutes les personnes nécessitant une amputation doivent, si possible, discuter de ce qui se passe après la chirurgie avec un conseiller qui a subi une amputation.

Des exercices permettant d’augmenter la force musculaire et la flexibilité sont enseignés avant ou après l’amputation. Plus les personnes sont fortes et flexibles, mieux elles s’en sortent avec ou sans la prothèse. Certains exercices dépendent du type d’amputation. Toutes les personnes doivent faire des exercices pour aider à réduire la tuméfaction du membre résiduel et empêcher le raccourcissement des tissus du membre résiduel. Ce raccourcissement (appelé rétraction) rigidifie les tissus et limite l’amplitude du mouvement de l’articulation. Par conséquent, il est plus difficile d’utiliser une prothèse.

Après la chirurgie, le membre résiduel doit cicatriser avant de supporter la prothèse, et la tuméfaction du membre résiduel doit être réduite avant que la prothèse ne soit adaptée à l’usage à long terme. Pour aider à réduire la tuméfaction, on apprend aux personnes à appliquer une chaussette élastique (appelée rétrécisseur) ou un bandage élastique sur le membre résiduel. Le port d’un rétrécisseur ou d’un bandage est également utile en façonnant le membre résiduel et en empêchant les irrégularités qui peuvent rendre l’adaptation à l’interface difficile. Cela augmente la circulation et rend la douleur dans le membre amputé (douleur fantôme) moins probable. Pendant quelque temps après la chirurgie, un rétrécisseur, un bandage ou les deux sont portés à chaque fois que la prothèse est enlevée. L’utilisation d’un rétrécisseur peut permettre de contrôler la tuméfaction et de réduire la douleur fantôme. La durée du port dépend de la personne.

Une prothèse temporaire (préparatoire) peut être utilisée jusqu’à disparition de la tuméfaction du membre résiduel. Parce que cette prothèse est légère et facile à utiliser, certains spécialistes pensent qu’elle aide les personnes à apprendre à utiliser une prothèse plus rapidement. Plus tard, cette prothèse est remplacée par une prothèse permanente, qui est constituée de composants de meilleure qualité. Cependant, avec cette approche, les personnes doivent apprendre comment utiliser deux prothèses différentes.

Une approche alternative est d’utiliser une prothèse avec des composants permanents (tels qu’un genou, un pied ou une main), mais avec une emboîture et un cadre temporaires. Parce que certaines parties restent identiques, cette approche peut permettre aux personnes de les ajuster aux nouvelles parties plus rapidement. Dans les deux cas, la première emboîture et le premier cadre doivent toujours être remplacés dans les 4 à 6 mois suivant l’amputation, car le membre résiduel change de forme et de taille.

Lorsque la prothèse est fournie, on enseigne aux personnes les bases de son utilisation :

  • Comment mettre la prothèse

  • Comment l’enlever

  • Comment marcher avec elle

  • Comment entretenir la peau du membre résiduel et la prothèse

La formation est habituellement continue, de préférence par une équipe de spécialistes. Un kinésithérapeute fournit un programme de formation sur la démarche ainsi que des exercices pour améliorer la force musculaire, la flexibilité et la forme cardiovasculaire. Un ergothérapeute enseigne les compétences nécessaires pour effectuer les activités quotidiennes. Les personnes amputées d’un membre inférieur apprennent à mieux marcher (par exemple, utiliser un escalier, monter et descendre des côtes et marcher sur un sol irrégulier).

La rééducation après une amputation du membre supérieur est coordonnée par un ergothérapeute ou un kinésithérapeute avec le prothésiste. La rééducation comprend des exercices spécifiques, conçus pour renforcer les muscles et maintenir leur flexibilité dans le membre résiduel, ainsi que pour apprendre aux personnes comment utiliser la prothèse pour les activités quotidiennes.

Des conseils ou une psychothérapie peuvent être utiles quand les personnes ont des difficultés prolongées pour s’adapter à la perte de leur membre et à l’utilisation de la prothèse.