Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Chutes dues à l’hospitalisation

Par Oren Traub, MD, PhD

Les maladies à l’hôpital peuvent augmenter le risque de chutes, particulièrement pour les personnes âgées ( Problèmes dus à l’hospitalisation). Après un alitement prolongé (repos au lit), les muscles des jambes peuvent s’affaiblir et être moins capables de comprimer les veines et donc de forcer le sang à circuler vers le cœur. Par conséquent, le sang s’accumule dans les jambes quand les personnes se mettent debout, entraînant une chute de la tension artérielle et une sensation de vertiges ou d’étourdissement (un trouble appelé hypotension orthostatique).

En outre, les personnes peuvent recevoir des médicaments qui entraînent vertiges, somnolence ou confusion. Le lit peut être trop haut ou avoir des rails, ce qui rend la sortie du lit plus difficile. L’éclairage peut être faible, ce qui fait que les personnes peuvent ne pas voir les obstacles. Les personnes qui sont confuses et désorientées ont plus de risques de chuter.

Parce qu’un séjour à l’hôpital perturbe les activités routinières quotidiennes, les parents qui restent à l’hôpital pour s’occuper de nourrissons ou d’enfants en bas âge malades peuvent oublier de prendre leurs précautions habituelles, telles que relever les rails du berceau lorsque les nourrissons sont dans le lit.

Prévention des chutes à l’hôpital

Si les personnes qui sont hospitalisées ou les membres de leur famille réalisent ce qui peut provoquer des chutes à l’hôpital, elles peuvent prendre des mesures pour les empêcher. Par exemple, pour empêcher l’affaiblissement musculaire, les personnes peuvent sortir du lit dès que possible pour faire de l’exercice. Les membres de la famille ou du personnel peuvent accompagner les personnes quand elles marchent dans les couloirs de l’hôpital jusqu’à ce que la force musculaire revienne.

La plupart des chutes se produisent quand les personnes sortent de leur lit. Les membres de la famille ou du personnel peuvent donc être utiles en réalisant les choses suivantes :

  • Si un lit a des rails ou est trop élevé, demander si les rails sont nécessaires et si le lit peut être abaissé.

  • S’assurer que les personnes savent à quelle hauteur est le lit d’hôpital.

  • Encourager les personnes à être prudentes et à se déplacer doucement lorsqu’elles sortent de leur lit.

  • S’assurer que les personnes portent des chaussons ou des chaussures avec des semelles antidérapantes.

  • Montrer aux personnes où se trouvent les toilettes et comment s’y rendre (pour éviter de faire des faux pas et de se cogner dans les meubles).

  • Montrer aux personnes comment appeler pour obtenir de l’aide.

  • Pour les nourrissons et les enfants en bas âge, s’assurer que les rails du berceau sont relevés.

Souvent, les membres du personnel essaient d’identifier et d’apporter une aide supplémentaire pour les personnes susceptibles de chuter. Les membres du personnel peuvent les surveiller à intervalles réguliers ou les placer dans des chambres proches de la salle des infirmières.

Si les personnes semblent incapables de sortir du lit en sécurité sans aide, les membres du personnel leur demandent d’utiliser la sonnette d’appel pour obtenir de l’aide. Si les personnes ne réalisent pas ou n’acceptent pas qu’elles ne peuvent pas sortir du lit en sécurité par elles-mêmes, on peut recourir à une alarme de lit. Elle déclenche un signal sonore de volume élevé pour appeler à l’aide si les personnes essaient de sortir du lit par elles-mêmes.

Les membres de la famille peuvent demander aux médecins de vérifier les médicaments qui sont pris et d’identifier ceux qui peuvent augmenter le risque de chute. Si un tel médicament est utilisé, les membres de la famille peuvent demander aux médecins la possibilité de changer le médicament ou d’en réduire la dose.