Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Confusion et déclin de la fonction mentale dus à l’hospitalisation

Par Oren Traub, MD, PhD

Le fait d’être malade, en particulier lorsque cela implique la prise de médicaments contre la douleur ou l’anxiété, peut provoquer une confusion chez n’importe qui. L’environnement hospitalier rend ceci encore plus problématique ( Problèmes dus à l’hospitalisation). Les personnes y échangent leurs effets personnels et leurs vêtements (les marques de leur identité) contre une blouse d’hôpital. Ce sont des endroits étranges, sans repère familier ni activité routinière habituelle. Souvent, les hôpitaux apportent peu de stimulations (telle que vues, sons et interactions avec autrui). Les personnes peuvent être seules ou partager leur chambre avec une personne peu loquace, dans une chambre dont les murs sont blancs et le mobilier uniforme et standardisé. La plupart du temps, il n’y a personne à qui parler. Le seul son disponible peut être celui de la télévision.

Les procédures et l’emploi du temps de l’hôpital peuvent être perturbants. Par exemple, les personnes peuvent être réveillées fréquemment pendant la nuit, ce qui les prive du sommeil nécessaire. Elles peuvent être incapables de trouver des repères dans une pièce faiblement éclairée et non familière. Les nombreux examens et l’équipement compliqué peuvent sembler écrasants.

Les unités de soins intensifs (USI) peuvent être encore plus déroutantes. Les personnes dans les USI sont seules, parfois dans des pièces sans fenêtre ni horloge pour les aider à s’orienter. Les signaux sonores des moniteurs électroniques, la lumière vive constante et les interruptions fréquentes pour prélever du sang, changer les perfusions intraveineuses (IV) ou administrer des médicaments peuvent perturber le sommeil. Les personnes fatiguées deviennent plus facilement confuses et désorientées. Parfois la confusion est tellement grande que les personnes développent un type de délire appelé psychose des USI.

Si les personnes deviennent inhabituellement confuses pendant leur séjour à l’hôpital, les membres de la famille doivent en informer les membres du personnel. Le délire peut généralement être guéri si sa cause (un trouble, un médicament ou une situation stressante) est corrigée.

Dans certaines situations, les personnes peuvent devenir tellement confuses qu’elles ne comprennent plus pourquoi elles se trouvent à l’hôpital. Elles peuvent devenir agitées et essayer de sortir du lit, de s’enlever les lignes intraveineuses (IV) ou autres tubes, ou de faire d’autres choses qui peuvent leur nuire, à elles ou aux autres. Elles peuvent interpréter à tort l’action d’une autre personne comme une menace et y répondre en devenant physiquement menaçantes elles-mêmes. Dans de tels cas, la présence d’un ami ou d’un membre de la famille peut aider à les calmer. Parfois, un membre du personnel de l’hôpital reste avec les personnes 24 heures sur 24 pour les empêcher de commettre des actes dangereux. Dans de rares cas, des contraintes physiques sont appliquées ou de petites doses d’antipsychotique sont administrées jusqu’à ce que les personnes ne soient plus confuses.

Prévention de la confusion et du déclin de la fonction mentale à l’hôpital

Les membres du personnel et de la famille peuvent aider les personnes à s’orienter par les moyens suivants :

  • S’assurer que l’éclairage de la pièce est adéquat.

  • Encourager les personnes à sortir du lit, à marcher régulièrement et à faire autant d’activités quotidiennes que possible.

  • Discuter avec les personnes de ce qui se passe à l’extérieur de l’hôpital pour garder son esprit actif

  • Expliquer les examens et les traitements pour aider les personnes à comprendre ce qui se passe et pourquoi.

  • S’assurer que les personnes portent leurs lunettes ou leurs prothèses auditives, si elles sont habituellement utilisées.

  • S’assurer que les personnes consomment suffisamment de liquides et de nourriture (la déshydratation peut provoquer un délire).

  • Laisser les personnes dormir sans interruptions autant que possible pendant la nuit.