Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Sevrage tabagique

Par Douglas E. Jorenby, PhD, Professor of Medicine;Director of Clinical Services, University of Wisconsin School of Medicine and Public Health;University of Wisconsin Center for Tobacco Research and Intervention

  • Les personnes qui arrêtent de fumer peuvent devenir irritables, anxieuses, tristes et agitées.

  • La plupart des fumeurs souhaitent arrêter de fumer et ont essayé de le faire sans succès.

  • Des conseils et un soutien au changement de comportement, des substituts nicotiniques et certains médicaments peuvent aider les personnes à arrêter de fumer.

La plupart des fumeurs qui arrêtent de fumer le font pour leur santé ou pour des raisons économiques. Environ 70 % des fumeurs américains affirment vouloir arrêter de fumer et ont déjà essayé de le faire au moins une fois. Les symptômes de sevrage sont un obstacle majeur à l’arrêt du tabac.

Sevrage

L’arrêt du tabac entraîne des envies irrépressibles de cigarettes ainsi que des symptômes tels qu’anxiété, dépression (légère la plupart du temps, mais parfois grave), incapacité à se concentrer, irritabilité, agitation, problèmes d’endormissement, faim, tremblements, sueurs, vertiges, céphalées, douleurs abdominales, nausées et sommeil perturbé. Ces symptômes sont plus importants la première semaine, qui est le moment où la plupart des fumeurs qui essayent d’arrêter recommencent à fumer. Les symptômes ont tendance à persister pendant deux semaines chez la plupart des personnes, mais certains peuvent persister pendant des mois.

La nicotine supprimant l’appétit et augmentant légèrement la vitesse de combustion des calories, les personnes qui arrêtent de fumer prennent souvent du poids. La prise de poids est particulièrement problématique pour les femmes et peut les motiver à reprendre le tabagisme. L’exercice aide à prévenir la prise de poids et peut réduire les fortes envies de nicotine. Les personnes peuvent développer une toux temporaire et des douleurs buccales après avoir arrêté le tabac.

Pronostic

Environ 20 millions de fumeurs aux États-Unis (soit environ la moitié des fumeurs) essaient d’arrêter de fumer chaque année. La plupart d’entre eux ne bénéficient pas de soutien ni d’autres aides prouvées pour arrêter de fumer. Seulement 5 % environ de ces personnes arrivent à arrêter de fumer à long terme. La plupart des personnes ayant arrêté de fumer recommencent dans les jours, les semaines ou les années qui suivent. De nombreuses personnes arrêtent et reprennent le tabagisme de façon répétée. Au contraire, le taux de succès à un an pour les personnes utilisant des méthodes prouvées pour parvenir à l’arrêt du tabac à long terme est de 20 % à 30 %.

Traitement

Les personnes qui souhaitent arrêter de fumer peuvent obtenir de l’aide de professionnels de la santé, qui peuvent apporter un soutien et recommander des moyens pour modifier leur comportement. D’autres sources d’aide comprennent les aides par téléphone, par Internet ainsi que les notices des substituts nicotiniques.

Les méthodes éprouvées pour arrêter de fumer incluent :

  • des conseils et de l’aide pour modifier son comportement ;

  • l’utilisation de substituts nicotiniques ;

  • l’utilisation de certains médicaments.

L’hypnose et l’acupuncture n’ont pas prouvé leur efficacité dans l’arrêt du tabagisme. Pour les utilisateurs de tabac sans fumée, les conseils et l’aide pour la modification du comportement semblent efficaces, mais les substituts nicotiniques et d’autres médicaments ne le sont pas.

Modification du comportement

La sélection d’une date d’arrêt du tabac est très utile. La date d’arrêt du tabac peut être sélectionnée de façon arbitraire ou se fixer sur une occasion particulière (telle qu’une fête ou un anniversaire). Un moment stressant, par exemple lorsqu’une date limite (par exemple, paiement des impôts) doit être respectée, n’est pas un bon moment pour essayer d’arrêter de fumer. L’arrêt du tabac étant plus facile lorsque toutes les personnes de la maison évitent de fumer, toutes les personnes de la même maison devraient essayer d’arrêter de fumer en même temps.

Il est préférable d’arrêter complètement de fumer des cigarettes (sevrage brutal) que de diminuer graduellement le nombre de cigarettes fumées. Les personnes qui fument moins de cigarettes peuvent inconsciemment inspirer plus profondément et par conséquent inhaler plus de nicotine qu’auparavant.

Des méthodes de conseil éprouvées proposent des méthodes pour modifier le comportement. Ces méthodes peuvent aider les personnes à changer les habitudes qui constituent un signal pour fumer pendant les activités quotidiennes courantes. Les signaux fréquents comprennent les conversations téléphoniques, les pauses café, les repas, l’activité sexuelle, les problèmes de circulation routière ou d’autres situations frustrantes. Les personnes qui reconnaissent les signaux d’incitation à fumer peuvent modifier ces signaux (par exemple, se promener au lieu de faire une pause café) ou les échanger contre une autre activité orale (telle que sucer un bonbon, mâcher un cure-dents ou un chewing-gum). Les personnes peuvent souhaiter éviter de boire de l’alcool parce que ce dernier peut temporairement diminuer leurs motivations personne à arrêter de fumer.

Le soutien de la famille et des amis est utile. Tous les États américains proposent des lignes téléphoniques de soutien au sevrage tabagique, qui peuvent constituer une aide supplémentaire aux fumeurs essayant d’arrêter de fumer. Les personnes peuvent appeler le 1-800-QUIT-NOW (1-800-784-8669). Les lignes téléphoniques de sevrage tabagique semblent être aussi efficaces qu’une assistance en face-à-face.

Produits de substitution nicotinique

Le fait de remplacer la nicotine par une version sans fumée pendant quelques temps aide de nombreuses personnes à abandonner les habitudes du tabagisme. Il existe de nombreux substituts nicotiniques vendus avec et sans ordonnance. Ils comprennent les gommes, pastilles et patchs à la nicotine, les vaporisateurs nasaux et inhalateurs de nicotine. L’utilisation d’un patch avec des gommes, un inhalateur, des pastilles ou un vaporisateur est plus efficace que l’utilisation d’un seul produit. Ces produits présentent quelques précautions d’emploi :

  • Les personnes souffrant de troubles de la mâchoire (temporo-mandibulaires) ne doivent pas utiliser de gommes.

  • Les personnes atteintes de sensibilité cutanée grave ne doivent pas utiliser de patchs.

  • Ces produits peuvent avoir des effets nocifs chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

  • Les personnes ayant eu récemment des crises cardiaques ou certains troubles vasculaires doivent consulter leur médecin avant d’utiliser l’un de ces produits.

Autres médicaments

Les médicaments tels que le bupropion et la varénicline peuvent également aider les personnes à arrêter de fumer.

Le bupropion peut être utilisé avec un substitut nicotinique. Le taux de succès est meilleur avec les deux produits qu’avec un seul. Les résultats des deux médicaments sont meilleurs quand ils sont utilisés simultanément à un programme de modification du comportement.

Le bupropion est un antidépresseur, ce qui le rend particulièrement utile pour les personnes dépressives ou à risque de dépression. Il est possible d’utiliser plutôt la nortriptyline, un autre antidépresseur. Les personnes dépressives, qui essayent d’arrêter de fumer devraient aussi pouvoir bénéficier d’une assistance.

La varénicline aide à diminuer les envies irrépressibles et les symptômes de sevrage, et aide certaines personnes à arrêter de fumer. Les substituts nicotiniques et la varénicline ne sont généralement pas utilisés en même temps. Les personnes souffrant de dépression majeure, de pensées suicidaires ou de certains troubles mentaux ne doivent pas prendre de varénicline.

Un nouveau médicament, la cytisine, a des effets similaires à ceux de la varénicline. Il est en cours d’expérimentation et semble également efficace jusqu’à présent.

Les médicaments et substituts nicotiniques n’ayant pas été étudiés de façon appropriée, ils ne sont pas recommandés dans les situations suivantes :

  • Fumeuses enceintes

  • Fumeurs légers (personnes fumant moins de 10 cigarettes/jour)

  • Adolescents (âgés de moins de 18 ans)

  • Utilisateurs de tabac sans fumée

Arrêt du tabac chez les enfants et les adolescents

Les parents doivent maintenir un environnement sans tabac et communiquer à leurs enfants qu’ils souhaitent que ceux-ci restent non fumeurs.

L’approche de l’assistance est similaire à celle employée pour les adultes, mais les enfants et les adolescents ne reçoivent pas de médicaments de sevrage tabagique.