Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cocaïne

Par Patrick G. O’Connor, MD, MPH, Yale University School of Medicine

  • La cocaïne est un stimulant puissant qui augmente la vigilance, provoque un sentiment d’euphorie extrême et de grand pouvoir.

  • Des doses élevées peuvent entraîner des troubles graves, potentiellement mortels, tels qu’une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

  • Le diagnostic peut être confirmé par des analyses d’urine.

  • Des sédatifs tels que le lorazépam administré par voie intraveineuse peuvent soulager de nombreux symptômes.

  • Les personnes qui arrête d’utiliser la drogue doivent faire l’objet d’une surveillance étroite parce qu’elles peuvent présenter des tendances suicidaires et nécessitent de l’aide pour s’abstenir de la consommer.

La cocaïne produit des effets semblables à ceux des amphétamines. Elle peut être inhalée, injectée directement dans les veines, ou chauffée et inhalée. Amenée à ébullition avec du bicarbonate de sodium, la cocaïne est convertie dans une forme appelée crack. Le chauffage du crack dégage des vapeurs de cocaïne qui peuvent être inhalées. On appelle fumer le fait d’inhaler les vapeurs, cependant le crack n’est en fait pas brûlé. Le crack agit presque aussi rapidement que la cocaïne injectée par voie intraveineuse.

Les utilisateurs chroniques de quantité importantes et les personnes s’injectant la drogue par voie intraveineuse ou la fumant ont plus de risques de devenir dépendants. Les utilisateurs occasionnels légers et ceux prenant la drogue par voie intranasale présentent moins de risques de devenir dépendants. La cocaïne contient des remplisseurs, des adultérants et des contaminants qui peuvent, lors de l’injection, provoquer des complications telles que des infections.

Symptômes

Effets immédiats

La cocaïne provoque un sentiment de vigilance, d’euphorie extrême et de grand pouvoir si elle est injectée par voie intraveineuse ou inhalée. Ces effets sont plus intenses lorsque la cocaïne est reniflée. Parce que les effets de la cocaïne sont courts, les utilisateurs peuvent l’injecter, la fumer ou la renifler toutes les 15 à 30 minutes. Des prises excessives, souvent sur plusieurs jours, entraînent une fatigue extrême et un besoin de sommeil.

Complications

Une intoxication aiguë à la cocaïne peut être fatale. La cocaïne induit l’hypertension artérielle, la tachycardie et la vasoconstriction. Le rythme cardiaque peut être perturbé (appelé arythmie). Les effets de la cocaïne sur le cœur peuvent entraîner une douleur thoracique, une crise cardiaque (même chez des sportifs jeunes) ou un décès brutal. La cocaïne peut aussi entraîner une insuffisance rénale, un accident vasculaire cérébral et des problèmes pulmonaires.

Des doses élevées (overdose) peuvent altérer le jugement et provoquer des tremblements, une nervosité extrême, des convulsions, des hallucinations, une insomnie, des illusions paranoïaques, un delirium et des comportements violents. On observe une sudation intense et une dilatation des pupilles. Des doses très élevées peuvent entraîner une température corporelle haute, potentiellement mortelle (hyperthermie).

Effets à long terme

Les utilisateurs à long terme peuvent développer une tolérance, nécessitant des quantités de drogue de plus en plus importantes pour obtenir les mêmes effets. Les utilisateurs chroniques peuvent présenter des lésions du septum nasal, ce qui favorise la formation de perforations (ulcérations) qui peuvent nécessiter une intervention chirurgicale. Une consommation massive peut altérer le fonctionnement cérébral, y compris l’attention et la mémoire.

Si les femmes prennent de la cocaïne pendant la grossesse, le fœtus a plus de risques d’avoir des problèmes. Cependant, ces femmes présentent généralement d’autres facteurs de risque de problèmes pour le fœtus, comme le tabac, l’alcool, une mauvaise alimentation et un manque de soins prénataux. Les médecins pensent à présent que ces autres facteurs de risque sont plus responsables des problèmes que la cocaïne.

Symptômes de sevrage

Les réactions de sevrage comprennent une fatigue extrême et une dépression, à l’opposé des effets de la drogue. L’appétit est augmenté, et la personne a des problèmes de concentration. Des pulsions suicidaires surviennent lorsque les toxicomanes arrêtent de prendre la drogue. Après plusieurs jours, au retour des forces mentales et physiques, les toxicomanes peuvent essayer de se suicider.

Le saviez-vous ?

  • L’utilisation de cocaïne peut entraîner une mort subite.

Diagnostic

Le médecin établit généralement le diagnostic d’après les symptômes chez les personnes connues pour utiliser la drogue. Les analyses d’urine peuvent détecter la présence de drogue deux ou trois jours après son utilisation.

Traitement

Traitement d’urgence

La cocaïne est une drogue à très courte durée d’action, rendant le traitement des réactions gênantes généralement non nécessaire. On administre aux personnes très agitées, atteintes de délires, de convulsions ou d’hypertension artérielle des benzodiazépines (sédatifs) telles que du lorazépam, par voie intraveineuse. Des nitrates ou d’autres antihypertenseurs peuvent être administrés par voie intraveineuse pour diminuer la pression artérielle ou la fréquence cardiaque. L’hyperthermie peut également nécessiter un traitement.

Détoxification et rééducation

L’arrêt de l’utilisation prolongée de cocaïne nécessite une surveillance étroite, car les personnes peuvent devenir déprimées et suicidaires. Il peut être utile d’être admis à l’hôpital ou dans un centre de traitement de la toxicomanie. La méthode la plus efficace pour traiter la dépendance à la cocaïne est la psychothérapie. De nombreux groupes d’entraide et des lignes téléphoniques d’aide aux consommateurs de cocaïne sont disponibles pour aider ceux-ci à continuer à ne plus prendre de drogue.

Parfois les troubles mentaux fréquents chez les toxicomanes à la cocaïne, comme la dépression, sont traités par les médicaments correspondant à ces troubles.

Ressources dans cet article