Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Inhalation de solvants

Par Patrick G. O’Connor, MD, MPH, Yale University School of Medicine

Chez les adolescents, les inhalations de solvants sont utilisées plus fréquemment que la cocaïne ou le LSD, mais moins fréquemment que la marijuana ou l’alcool. Aux États-Unis, environ 10 % des adolescents ont déjà inhalé des solvants. L’inhalation de solvants est un problème surtout chez les enfants de moins de 12 ans. Ils sont contenus dans de nombreux produits d’usage domestique. Par conséquent, les enfants et les adolescents peuvent facilement les obtenir.

Le produit peut être vaporisé dans un sac plastique et inhalé (bagging, sniffing, snorting), ou un linge imbibé de la substance peut être placé près du nez ou de la bouche (huffing).

Symptômes

Les solvants inhalés ont des effets toxiques rapides. On observe des vertiges, une somnolence, une confusion. On peut aussi observer un ralentissement du langage. Les utilisateurs peuvent avoir des difficultés à se tenir debout et à marcher, ce qui entraîne une marche instable. Ils peuvent aussi devenir excités, mais pas parce que les solvants sont des stimulants. Plus tard, les perceptions et le sens de la réalité peuvent être déformés, entraînant des illusions, des hallucinations et des délires. Les utilisateurs ressentent une montée euphorique et un état de rêve, culminant en une courte période de sommeil. Ils peuvent être atteints de délire et devenir confus, avec des sautes d’humeur. La pensée et la coordination peuvent être altérées. L’intoxication peut durer de quelques minutes à plus d’une heure.

Le décès peut se produire, même dès la première inhalation, parce que la respiration devient très lente et courte ou en raison d’un trouble du rythme cardiaque (arythmie).

Lors d’une utilisation chronique, les personnes deviennent quelque peu tolérantes aux effets des solvants. Les personnes peuvent devenir psychologiquement dépendantes aux solvants, avec un besoin compulsif de continuer à les utiliser. Cependant, une dépendance physique ne survient pas. C’est-à-dire, l’arrêt de la drogue ne provoque pas de symptômes désagréables (sevrage).

L’utilisation ou l’exposition chronique à ces agents chimiques (y compris sur le lieu du travail) peuvent léser sévèrement le cerveau, le cœur, les reins, le foie et les poumons. En outre, la moelle osseuse peut être endommagée, perturbant ainsi la production de globules rouges et favorisant l’anémie.

Traitement

La prise en charge des enfants et des adolescents qui inhalent des solvants comprend la recherche d’éventuelles lésions organiques. Une formation et des conseils pour résoudre les problèmes mentaux, sociaux et sociologiques sous-jacents peuvent être utiles. Les taux de guérison des utilisateurs de solvants sont les plus faibles de ceux observés avec les autres substances perturbant l’humeur. Cependant, la plupart des utilisateurs stoppent l’utilisation à la fin de l’adolescence.

Ressources dans cet article