Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Phencyclidine

Par Patrick G. O’Connor, MD, MPH, Yale University School of Medicine

La phéncyclidine (PCP ou poussière des anges) est en général fumée après avoir été mélangée à des matériaux d’origine végétale, tels que du persil, des feuilles de menthe, du tabac ou de la marijuana. Elle est parfois prise par voie orale ou intraveineuse.

Symptômes

La PCP déprime les fonctions cérébrales et les utilisateurs sont en général confus et désorientés peu de temps après la prise. Il est possible qu’ils ne sachent plus qui ils sont et présentent une désorientation à la fois temporelle et spatiale. Ils peuvent ressentir des transes, comme s’ils étaient en état d’hypnose. Les sujets qui consomment de la PCP deviennent parfois agressifs et, ne percevant pas la douleur, ils peuvent continuer à combattre même si on les frappe brutalement. Une hypersudation, une hypersalivation, une hypertension et une tachycardie peuvent aussi se manifester. Les tremblements musculaires sont fréquents.

Des doses élevées (overdose) peuvent entraîner des hallucinations, des convulsions, une température corporelle élevée potentiellement mortelle (hyperthermie), un coma et parfois la mort. La prise prolongée de PCP peut léser le cerveau, les reins et les muscles.

Traitement

Lorsque les consommateurs de PCP sont agités (comme cela se produit en général lorsqu’ils sont conduits dans une structure spécialisée), ils sont placés dans une pièce calme où ils peuvent se détendre. Ils sont régulièrement surveillés sur le plan de la pression artérielle et des fréquences cardiaque et respiratoire. Il est inutile de parler calmement aux patients. Cela peut paradoxalement favoriser l’agitation. Si un environnement paisible ne parvient pas à calmer le patient, le médecin peut administrer un sédatif comme le lorazépam.