Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Préparation au voyage

Par Christopher Sanford, MD, MPH, DTM&H, Global Health, University of Washington

La bonne préparation au voyage est un élément essentiel, même pour les personnes en bonne santé. Les coûts relatifs à l’organisation du voyage sont nettement moindres que ceux du traitement d’une maladie à l’étranger.

Kit de voyage

Les kits de voyage, qui sont efficaces contre les petites blessures et les maladies mineures, contiennent : du matériel de premiers secours, des antalgiques, tels que le paracétamol ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des décongestionnants, des antiacides, des antibiotiques et du lopéramide pour la diarrhée du voyageur. Il faut également envisager des médicaments topiques, tels qu’une crème à 1 % d’hydrocortisone, une crème antifongique vendue sans ordonnance et une pommade antibiotique. Les voyageurs doivent emporter leur kit de voyage, leurs médicaments vendus sur ordonnance, des lunettes ou des lentilles supplémentaires (ainsi qu’une ordonnance écrite en cours de validité) et des piles de prothèse auditive en cas de perte, de vol ou de retard dans l’arrivée du bagage. Les personnes qui ont des besoins alimentaires et médicaux spécifiques doivent soigneusement planifier leur voyage et transporter leur propre alimentation et diverses fournitures. Des problèmes majeurs peuvent souvent être évités avec quelques précautions guidées par le bon sens.

Santé et assurance voyage

Une assurance-maladie est importante pour les voyageurs. Même pour un voyage national, certains types d’assurances n’offrent qu’une couverture limitée pour les soins de santé loin de chez soi. Il est donc conseillé au voyageur de bien se renseigner avant de partir.

La couverture par une assurance pose plus souvent problème dans le cas des voyages internationaux. Environ 1 personne sur 30 voyageant à l’étranger nécessite des soins d’urgence. Certaines assurances limitent la couverture concernant les vaccins et la médecine préventive, alors que des vaccins sont obligatoires pour entrer dans certains pays. En outre, dans les pays étrangers, de nombreuses assurances-maladies commerciales ne sont pas reconnues et ne couvrent pas le coût des traitements (ndt : au sein de l’Union européenne [UE] les soins urgents ambulatoires et hospitaliers sont pris en charge). En outre, dans certains hôpitaux en dehors de l’UE, des dépôts d’argent ou encore le règlement préalable de la totalité des dépenses peuvent être perçus avant de commencer le traitement.

Afin d’éviter des coûts élevés ou de rencontrer des difficultés pour obtenir des soins, les voyageurs doivent s’assurer que leur couverture internationale, le cas échéant, est suffisante, savoir comment obtenir une autorisation préalable pour être soignés à l’étranger et enfin, comment obtenir un remboursement des frais de santé engagés après une urgence. L’assurance voyage, comprenant des clauses d’évacuation d’urgence, est disponible auprès de nombreuses agences de voyage, compagnies d’assurances et certaines banques. Il faut s’assurer que la police d’assurance prenne en charge : les soins d’urgence, le transport intérieur, le rapatriement, les équipements et le personnel médical pendant le transport, les soins dentaires, les soins pré- ou post-natals, la perte ou le vol de médicaments et un interprète médical.

L’Association internationale pour l’assistance médicale aux voyageurs (IAMAT), une organisation sans but lucratif, propose une liste de médecins parlant anglais dans le monde entier (www.iamat.org). Certaines organisations et sites Internet mettent à disposition des listes de médecins parlant la langue du voyageur et qui exercent dans les différents pays étrangers (voir Renseignements et ressources supplémentaires). Les consulats peuvent aussi aider les voyageurs à trouver des services médicaux d’urgence. Certaines infections sont fréquentes en voyageant dans certaines zones.

Contacts utiles pour les personnes voyageant à l’étranger

Organisation

Numéros de téléphone

Site Internet

Association internationale pour l’assistance médicale aux voyageurs

États-Unis : (716) 754-4883 (Niagara Falls, NY)

Canada : (519) 836-0102 (Guelph, Ontario) ; (416) 652-0137 (Toronto, Ontario)

Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC)

États-Unis : Numéro gratuit (877)-FYI-TRIP (877-394-8747) ; (404) 639-3311 (Atlanta, GA)

CDC Ligne d’assistance Malaria

États-Unis : (770) 488-7788 ; en dehors des heures de bureau, (770) 488-7100

Département d’État américain, Services pour les citoyens à l’étranger

États-Unis : (888) 407-4747 (Washington, DC)

Vaccinations

Les vaccinations sont importantes pour les voyages dans la plupart des pays en voie de développement et sont obligatoires dans certains pays. Idéalement, les voyageurs doivent consulter leur médecin habituel au moins six à huit semaines avant leur voyage. Un certificat de vaccination international représente le meilleur document pour prouver le type et la date des vaccinations effectuées. Le certificat est facile à transporter et peut être obtenu auprès de nombreuses cliniques de voyage.

Vaccins pour les voyages internationaux*,†,‡

Infection

Régions où le vaccin est recommandé

Commentaires

Hépatite A

Dans les pays en voie de développement

Deux doses administrées à au moins six mois d’intervalle La protection est complète après la première dose pendant 6 à 12 mois et après la seconde dose pour la vie.

Hépatite B

Dans les pays en voie de développement (l’hépatite B est particulièrement fréquente en Chine)

Ce vaccin est recommandé pour les voyageurs au long cours et les travailleurs du milieu de la santé.

Grippe

Toute l’année sous les tropiques, entre octobre et avril dans l’hémisphère nord, et entre avril et septembre dans l’hémisphère sud

Le vaccin est recommandé pour tous les voyageurs âgés de plus de six mois se rendant à ces destinations et pour les personnes voyageant vers toute destination en groupes plus importants.

Encéphalite japonaise

Régions rurales de la plupart des pays asiatiques, en particulier dans les zones de cultures de riz et d’élevage porcin

Deux doses administrées à au moins 28 jours d’intervalle

Ce vaccin est déconseillé aux femmes enceintes.

Infections à méningocoques

Nord de l’Afrique subsaharienne, du Mali à l’Éthiopie (ceinture de la méningite)

À travers le monde, en particulier dans des endroits surpeuplés (tels que des dortoirs)

Le risque est plus élevé pendant la saison sèche (décembre à juin). Ce vaccin est obligatoire pour entrer en Arabie saoudite pendant la période du Hajj ou de l’Umrah.

Rage

Tous les pays

Ce vaccin est recommandé pour les voyageurs à risque de piqûres ou de morsures d’animaux, dont les campeurs en zone rurale, les vétérinaires, les personnes vivant dans des régions isolées et les agriculteurs. Il n’élimine pas la nécessité de vaccination supplémentaire après une morsure d’animal, qui permet d’augmenter le degré de protection. Ce vaccin est administré pendant la grossesse uniquement si le risque d’infection est élevé.

Fièvre typhoïde

Tous les pays en voie de développement, en particulier le sud de l’Asie (y compris l’Inde)

Deux formes du vaccin sont disponibles.

Forme d’injection unique : Il protège pendant deux ans et on pense qu’il est plus sûr pour les femmes enceintes que la forme en comprimé du vaccin.

Forme en comprimé : Un comprimé est pris un jour sur deux, avec un total de quatre comprimés. Cette forme protège pendant cinq ans et n’est pas indiquée pour les femmes enceintes.

Fièvre jaune

Amérique du Sud tropicale et Afrique tropicale

La maladie est rare, mais de nombreux pays exigent la vaccination pour y entrer. Ce vaccin est déconseillé pour les femmes enceintes.

*Voir également Immunisation.

En plus des vaccinations listées, les voyageurs doivent être à jour concernant les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, le pneumocoque et la varicelle.

Toutes les recommandations sont sujettes à modifications. Pour les dernières recommandations, consulter les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (www.cdc.gov).

Voyager en étant malade

Voyager en étant malade nécessite une préparation particulière. Les personnes qui souffrent d’une pathologie spécifique doivent être examinées avant leur départ par leur médecin qui s’assurera que leur état est stable et qui déterminera si un changement de médication est nécessaire. Une lettre résumant l’histoire clinique du patient et indiquant des informations sur les vaccins, les médicaments, les résultats des tests diagnostiques principaux, les types et dates des traitements, peut s’avérer extrêmement utile en cas d’urgence à l’étranger. Les personnes doivent envisager de demander à leur médecin de préparer une lettre contenant ces informations. Un bracelet ou une médaille d’identification médicale sont essentiels pour les personnes atteintes de maladies pouvant entraîner des symptômes rapides et mettant la vie en danger, une confusion ou une perte de connaissance (telles que diabète, épilepsie et réactions allergiques sévères). Les voyageurs doivent également avoir sur eux leur attestation d’assurance-maladie. Les voyageurs souffrant de troubles cardiaques doivent voyager avec une copie d’un électrocardiogramme (ECG) récent.

Les médicaments nécessaires doivent être conservés dans leur emballage initial afin que les noms des médicaments précis et les instructions d’administration puissent être examinés en cas d’urgence. Le nom générique d’un médicament est plus utile que son nom commercial, car les noms commerciaux diffèrent selon les pays.

Les voyageurs peuvent transporter des médicaments en double dans leur bagage à main, en cas de perte, de vol ou de retard dans l’arrivée du bagage, ou bien en cas de retour différé. Compte tenu du fait que les opiacés, les seringues et une grande quantité de médicaments peuvent entraîner des problèmes de suspicion de la part des officiers de la sécurité ou des douanes, il est utile de se munir d’une lettre de son médecin qui certifie la nécessité de posséder de telles articles. En outre, les seringues doivent être emballées avec les médicaments qu’elles servent à administrer. Les voyageurs doivent également s’informer auprès des aéroports, des compagnies aériennes ou des ambassades afin de connaître quels documents sont utiles pour que le transport avec ces articles se passe dans les meilleures conditions.

Ressources dans cet article