Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Problèmes à l’arrivée

Par Christopher Sanford, MD, MPH, DTM&H, Global Health, University of Washington

À l’étranger, il est particulièrement important de prévenir et d’éviter les troubles à l’arrivée. Bien que la plupart des voyageurs soient inquiets du risque d’infection pendant les voyages intercontinentaux, la cause la plus fréquente de décès chez les voyageurs internationaux est la maladie cardiaque. Elle est, par ailleurs, la cause la plus fréquente de décès pour les non-voyageurs, aussi est-il nécessaire de faire attention à sa santé avant d’entreprendre un voyage.

Traumatismes et décès

Les traumatismes causés par les accidents par véhicules à moteur sont les causes de décès les plus fréquentes chez les voyageurs jeunes et d’âge moyen. Une autre cause de décès pendant un voyage est la noyade. La plupart de ces accidents peuvent cependant être évités grâce au bon sens. Par exemple, en cas de difficulté à s’adapter à des règles de circulation inhabituelles (comme la conduite à gauche en Angleterre), il convient de prendre les transports en commun ou de louer des voitures avec un chauffeur connaissant les routes et le code de la route locaux. Les voyageurs doivent éviter de prendre des taxis, bateaux ou autres moyens de transport surchargés et de conduire la nuit ou de nager dans des zones peu éclairées. Le port de ceintures de sécurité est nécessaire même en tant que passager, de même que le port du casque en faisant du vélo. Les voyageurs doivent éviter les motos et mobylettes ainsi que de voyager sur le toit des bus ou à l’arrière d’un camion à plate-forme. De plus, la consommation d’alcool avant de conduire ou de nager, même là où les lois ne l’interdisent pas expressément, ou là où les lois existent mais ne sont pas appliquées, est à éviter. Les personnes doivent aussi éviter les plages avec des vagues turbulentes, en particulier si des maîtres nageurs ne sont pas présents.

De nombreuses villes sont dangereuses pendant la nuit, mais aussi le jour. Un voyageur doit éviter de marcher seul sur des routes peu éclairées ou désertes dans les villes à risque, surtout s’il est manifestement étranger.

Le saviez-vous ?

  • Les traumatismes sont les causes de décès les plus fréquentes chez les voyageurs jeunes et d’âge moyen.

Diarrhée du voyageur

La diarrhée du voyageur (voir Diarrhée du voyageur) est l’une des nombreuses maladies infectieuses qui touchent les touristes internationaux.

La diarrhée du voyageur peut être prévenue grâce aux mesures suivantes :

  • En buvant et en se lavant les dents avec de l’eau en bouteille, filtrée, bouillie ou chlorée.

  • En évitant la glace dans les boissons.

  • En mangeant des aliments fraîchement préparés uniquement s’ils ont été chauffés à haute température.

  • En ne mangeant que les fruits et légumes qui peuvent être épluchés.

  • En évitant les aliments proposés par les vendeurs ambulants.

  • En se lavant les mains fréquemment.

  • En évitant tous les aliments qui ont pu être en contact avec des mouches.

La prise de certains antibiotiques peut aussi prévenir la diarrhée du voyageur. Cependant, une telle utilisation comporte un risque d’effets secondaires et peut augmenter les risques de développement de résistance bactérienne aux antibiotiques. Par conséquent, de nombreux médecins ne recommandent la prise d’antibiotiques que pour les personnes ayant un problème de déficience immunitaire.

Dans la majorité des cas, la diarrhée du voyageur est spontanément résolutive en cinq jours environ et ne nécessite qu’un apport régulier de liquides afin de prévenir la déshydratation. Les liquides clairs ordinaires (sans caféine ou alcool) sont adaptés à la plupart des personnes. Les enfants en bas âge et les personnes âgées peuvent bénéficier de mélanges réhydratants en poudre ou de solutions réhydratantes orales. D’autres mesures sont indiquées, bien que pas toujours nécessaires.

Les personnes ayant des symptômes modérés à sévères (trois selles ou plus non formées sur une durée de huit heures) doivent envisager de prendre un antibiotique, en particulier si elles présentent des vomissements, de la fièvre, des crampes abdominales ou du sang dans les selles. Pour la plupart des destinations, la ciprofloxacine ou l’ofloxacine est l’antibiotique approprié. L’azithromycine est approprié pour l’Asie du Sud-est et le sous-continent indien. Les personnes doivent contacter leur médecin pour obtenir une ordonnance d’antibiotiques avant le voyage. Les personnes âgées d’au moins trois ans et n’ayant pas de sang dans les selles, de fièvre ni de douleur abdominale peuvent être traitées par lopéramide, un médicament antidiarrhéique (disponible sans ordonnance).

Des mélanges réhydratants en poudre sont disponibles pour les voyageurs  âgés et les enfants en bas âge. Si ces mélanges ne sont pas disponibles, des solutions de réhydratation peuvent être préparées en mélangeant six cuillères à café de sucre et une demi-cuillère à café de sel à un litre d’eau. Cependant, les solutions doivent être soigneusement préparées parce que les jeunes enfants peuvent tomber gravement malades, voire décéder s’ils boivent une grande quantité de solution qui a été préparée de façon incorrecte (par exemple, si un mélange de réhydratation n’a pas été complètement dilué).

Paludisme

Le paludisme (voir Paludisme) est fréquent dans les pays tropicaux. Il est prévenu en évitant les piqûres de moustiques et en prenant un médicament antimalarique. Les piqûres de moustiques sont évitées en prenant les mesures suivantes :

  • Port de chemises à manches longues et de pantalons longs (principalement à l’aube et au coucher du soleil, quand les moustiques sont les plus actifs)

  • Dormir sous une moustiquaire

  • Port de vêtements imprégnés de perméthrine

  • Utilisation de répulsifs pour les insectes contenant du diéthyltoluamide (DEET).

Les répulsifs pour les insectes peuvent contribuer à prévenir d’autres maladies transmises par les moustiques, telles que la dengue ou la fièvre jaune. Même avec ces précautions, des médicaments antimalariques (notamment la méfloquine, la chloroquine ou l’atovaquone/proguanil) sont nécessaires.

Schistosomiase

La schistosomiase est une infection fréquente et potentiellement grave, provoquée par un parasite qui vit en eau douce en Afrique, en Asie du Sud-est, en Chine et à l’est de l’Amérique du Sud. La schistosomiase peut être prévenue en évitant toute activité aquatique dans les régions endémiques (voir Schistosomiase).

Les poux et la gale

L’infestation par les poux (voir Infestation par les poux) ou la gale (voir Gale) est fréquente dans les environnements surpeuplés, dans les pays en voie de développement et les endroits où les conditions d’hygiène sont mauvaises. Elle peut être traitée par de la perméthrine, du malathion ou des lotions à base de lindane. Cependant, ces lotions ne doivent pas être utilisées dans un but préventif.

Maladies sexuellement transmissibles

Les maladies sexuellement transmissibles (infections), dont l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ( Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)), la gonococcie, la syphilis, la trichomonase et l’hépatite B, sont plus fréquentes dans les pays en voie de développement. Toutes peuvent être prévenues par l’abstinence ou l’utilisation correcte et systématique de préservatifs en latex (voir Comment utiliser un préservatif). Le VIH et l’hépatite B sont également transmis par le sang et les aiguilles, c’est pourquoi le voyageur international ne doit pas accepter de transfusions sanguines sans garantie que le sang ait été analysé pour détecter la présence d’infections. De plus, il est nécessaire de bien vérifier que les aiguilles sont à usage unique avant d’accepter une injection.

Ressources dans cet article