Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Gingivite ulcéro-nécrosante

Par James T. Ubertalli, DMD, Tufts University School of Dental Medicine;Hingham, MA

La gingivite ulcéro-nécrosante (angine ou infection de Vincent, gingivite ulcéro-nécrotique aiguë [GUNA]) est une infection douloureuse des gencives, non contagieuse et qui provoque une douleur, de la fièvre et parfois une asthénie.

  • Si les bactéries normales de la cavité buccale prolifèrent, les gencives peuvent s’infecter.

  • Les gencives sont douloureuses et la personne a très mauvaise haleine.

  • Un nettoyage par un spécialiste, souvent suivi de bains de bouche au peroxyde d’hydrogène et d’antibiotiques, ainsi qu’une bonne hygiène bucco-dentaire sont efficaces pour corriger le problème.

Le terme « bouche de tranchée » remonte à la Première Guerre mondiale, période au cours de laquelle un grand nombre de soldats développèrent cette infection dans les tranchées. Ce type de gingivite est actuellement rare, même si des infections gingivales de moindre importance peuvent être relativement plus fréquentes. Les formes graves ne sont actuellement observées que chez les personnes qui souffrent d’une immunodépression.

L’infection est provoquée par une prolifération anormale de bactéries dont la présence est en général inoffensive dans la cavité buccale. Cette pathologie de la bouche de tranchée est le plus souvent provoquée par une mauvaise hygiène bucco-dentaire, mais peut aussi être due à un stress physique ou émotionnel, à un mauvais régime alimentaire ou à un manque de sommeil. L’infection survient le plus souvent chez les personnes présentant une gingivite et qui ensuite font face à un événement de stress (par exemple, une semaine d’examens finaux ou une formation militaire de base). La gingivite ulcéro-nécrosante est plus fréquente chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

En général, la gingivite ulcéro-nécrosante commence soudainement par un endolorissement des gencives, des sensations de malaise, une production excessive de salive et une asthénie. La personne a très mauvaise haleine. Les papilles gingivales interdentaires s’érodent (s’usent) et sont remplacées par un enduit grisâtre formé de tissu nécrotique. Les gencives saignent facilement, et l’élocution, l’alimentation et la déglutition sont douloureuses. Souvent, des ganglions lymphatiques enflent sous la mâchoire, accompagnés d’un peu de fièvre.

Diagnostic et traitement

Comme l’haleine est si fétide, les médecins suspectent parfois le diagnostic immédiatement, dès qu’ils entrent en contact avec la personne atteinte.

La prise en charge thérapeutique débute par un nettoyage bucco-dentaire doux et approfondi pratiqué par un spécialiste pendant plusieurs jours. En raison de la sensibilité des gencives, le brossage dentaire peut être remplacé pendant les quelques premiers jours par des bains de bouche avec de l’eau salée ou avec une solution de peroxyde d’hydrogène (de l’eau oxygénée courante du commerce en solution à 50 % avec de l’eau). Les personnes peuvent se servir d’une brosse à dents souple ou d’un linge pour s’essuyer les dents. Si le nettoyage doit être retardé (par exemple si le dentiste n’est pas disponible ou s’il n’a pas les instruments dentaires appropriés), les médecins prescrivent des antibiotiques (comme de l’amoxicilline, de l’érythromycine ou de la tétracycline). L’infection répond très bien à une bonne hygiène bucco-dentaire (utilisation quotidienne de la brosse à dents et du fil dentaire). Les médecins recommandent également du repos, de boire de grandes quantités de liquide, de consommer des aliments nourrissants et de prendre des médicaments pour soulager la douleur. Ils préconisent également de ne pas fumer et de ne pas manger d’aliments épicés.