Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Excroissances de la bouche

Par David F. Murchison, DDS, MMS, Clinical Professor, Department of Biological Sciences;Clinical Professor, The University of Texas at Dallas;Texas A & M University Baylor College of Dentistry

Les excroissances peuvent être observées dans tous les types de tissus dans ou autour de la bouche, y compris les os, les muscles et les nerfs. Les excroissances se forment le plus souvent sur :

  • Les lèvres

  • Les côtés de la langue

  • Le plancher buccal

  • L’arrière du palais (palais mou)

Certaines excroissances peuvent être douloureuses ou irritantes.

Causes

Les excroissances de la bouche peuvent être

  • Non cancéreuses (bénignes)

  • Précancéreuses (dysplasiques)

  • Cancéreuses (malignes)

La plupart des excroissances ne sont pas cancéreuses.

Excroissances non cancéreuses

Toute une variété d’excroissances bénignes peut se développer dans ou autour de la bouche. Un nodule ou une protubérance persistant(e) sur les gencives doit être examiné(e) par un dentiste. Un tel nodule peut être provoqué par un abcès dentaire ou gingival ou par une irritation. Mais toute excroissance inhabituelle, dans ou autour de la bouche, pouvant être un cancer, il est nécessaire de la faire examiner immédiatement par un médecin ou un dentiste.

Les excroissances non cancéreuses dues à une irritation sont relativement fréquentes et, au besoin, peuvent être traitées par chirurgie. Chez 10 à 40 % des personnes, les excroissances non cancéreuses des gencives récidivent en raison de la persistance du stimulus irritant. Parfois, cette irritation, surtout si elle est prolongée, peut provoquer des modifications précancéreuses.

Les verrues ordinaires (verrucae vulgaris) peuvent infecter la bouche lorsqu’une personne suce ou mâche une verrue en croissance sur un doigt. Un type différent de verrue, les verrues génitales, peut être transmis sexuellement. Le médecin peut réaliser l’ablation d’une verrue de différentes façons ( Verrues : Traitement).

Le muguet est une infection à levures de la peau et des zones humides (telles que la bouche et le vagin) qui se manifeste souvent dans la bouche sous la forme de plaques blanchâtres ayant l’aspect du fromage. Le muguet adhère étroitement aux muqueuses et, lorsqu’il est éliminé, il laisse une plaque rouge. Il est très fréquent chez les diabétiques ou chez les personnes souffrant d’une déficience du système immunitaire et chez celles qui sont sous antibiotiques.

Un torus, qui est une protubérance osseuse arrondie à croissance lente, peut se former au centre du palais (torus palatin) ou sur la mâchoire inférieure, à côté de la langue (torus mandibularis). Cette excroissance dure est fréquente et inoffensive. L’ablation d’un torus n’est pas nécessaire, même lorsqu’il est de grande dimension, à condition qu’il ne gêne pas la mastication ou que la personne ne porte pas une prothèse dentaire qui recouvre la zone. Des formations osseuses multiples dans la bouche peuvent évoquer une polypose adénomateuse familiale, qui est un trouble héréditaire du système digestif dans lequel la personne présente de multiples polypes au côlon qui deviennent souvent cancéreux.

Les kératoacanthomes sont des excroissances qui se forment sur les lèvres et sur d’autres zones exposées au soleil, comme le visage, les avant-bras ou les mains. Un kératoacanthome atteint en général sa taille maximale d’environ 1 à 3 centimètres de diamètre, ou plus, en 1 à 2 mois, puis, quelques mois après, commence à régresser et peut disparaître par la suite sans aucun traitement. Autrefois, tous les kératoacanthomes étaient jugés non cancéreux, mais certains experts considèrent à présent que ceux dont la taille ne diminue pas sont des tumeurs cancéreuses à progression lente et recommandent de les retirer.

De nombreux types de kystes (gonflements creux dans lesquels s’accumule du liquide) provoquent une douleur et un œdème de la mâchoire. Ils se trouvent souvent au voisinage d’une dent de sagesse incluse et ils peuvent détruire des parties importantes de la mâchoire à mesure qu’ils se répandent. Certains types de kystes tendent à récidiver après l’ablation chirurgicale. Certains peuvent se développer sur le plancher de la bouche. Souvent, ces kystes doivent faire l’objet d’une ablation chirurgicale, car ils rendent la déglutition difficile ou parce qu’ils sont inesthétiques. Le kyste qui est de loin le plus fréquent affecte la lèvre et est appelé mucocèle ou kyste muqueux rétentionnel. En général, il résulte d’une morsure accidentelle de la lèvre (inférieure) et survient lorsque la salive qui s’écoule dans la bouche depuis une glande salivaire mineure est bloquée. La plupart des mucocèles disparaissent en une semaine ou deux, mais peuvent être retirés par voie chirurgicale s’ils sont gênants.

Les odontomes sont des excroissances de cellules dentaires qui ressemblent à de petites dents surnuméraires déformées. Chez l’enfant, ils peuvent apparaître comme de nouvelles dents normales. Chez l’adulte, ils peuvent désaxer les dents. En général, ils sont retirés chirurgicalement.

La plupart (de 75 % à 80 %) des tumeurs des glandes salivaires sont non cancéreuses, à croissance lente et indolores. Elles se présentent en général sous la forme d’un seul nodule mobile mou sous une peau d’aspect normal ou sous la muqueuse de l’intérieur de la joue. Ces kystes, quand ils sont creux et remplis de liquide, sont parfois fixes. Le type le plus fréquent (appelé tumeur mixte ou adénome pléomorphe) se forme essentiellement chez les femmes de plus de 40 ans. Il peut devenir malin et doit être enlevé chirurgicalement. Si l’ablation n’est pas complète, des récidives de ce type de tumeur sont probables. D’autres types de tumeurs non cancéreuses sont également retirés chirurgicalement, bien que ces tumeurs soient beaucoup moins sujettes à devenir cancéreuses ou à récidiver une fois retirées.

Lésions précancéreuses

Des zones de couleur blanche ou rouge, ou de ces deux couleurs, qui ne sont pas facilement éliminées, qui persistent plus de 2 semaines et qui ne peuvent pas être définies comme une autre pathologie, peuvent être de nature précancéreuse. Les mêmes facteurs de risque sont impliqués dans les lésions précancéreuses et dans les excroissances cancéreuses, et les lésions précancéreuses peuvent devenir cancéreuses si elles ne sont pas retirées.

La leucoplasie est une tache blanche et plate, qui peut se développer en cas d’irritation prolongée de la muqueuse buccale. La zone irritée apparaît blanche du fait de l’épaisseur de sa couche de kératine, le même matériau qui recouvre l’épiderme et qui est en général moins abondant dans la muqueuse buccale.

L’érythroplasie est une zone rouge et plate ou érodée qui résulte de l’amincissement de la muqueuse buccale La zone est rouge car les capillaires sous-jacents sont plus visibles. L’érythroplasie est un signe prédictif d’une tumeur de la bouche, beaucoup plus inquiétant que la leucoplasie.

Le mélange de taches rouges et blanches est à la fois un signe de leucoplasie et d’érythroplasie, et peut également devenir cancéreux avec le temps.

Cancer de la bouche

Les personnes qui consomment du tabac, des boissons alcoolisées, ou les deux, courent un bien plus grand risque (jusqu’à 15 fois) de développer un cancer de la bouche. Chez les personnes qui consomment du tabac à mâcher et du tabac à priser, la face interne des joues et les lèvres sont des sièges fréquents de cancers de la bouche. Chez les autres personnes, les sites les plus fréquents de cancer de la bouche comprennent les bords de la langue, le plancher de la bouche et la gorge. Les cancers de la bouche sont rarement des métastases de cancers d’autres endroits de l’organisme, comme les poumons, le sein ou la prostate.

Le cancer de la bouche peut présenter différents aspects, mais il ressemble typiquement à des lésions précancéreuses. Par exemple, des zones de couleur blanche ou rouge, ou de ces deux couleurs, qui ne sont pas facilement éliminées.

Évaluation

Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider quand l’examen du médecin est nécessaire et les aident à savoir à quoi s’attendre pendant l’examen.

Signes avant-coureurs

Certains symptômes et caractéristiques sont préoccupants. Ceux-ci incluent

  • Perte de poids

  • Un nodule ferme au cou

Quand consulter un médecin

Les personnes présentant une excroissance buccale qui ne disparaît pas en une semaine ou deux doivent consulter leur médecin ou leur dentiste dès que possible. Les signes de mise en garde suggèrent un risque plus important de cancer et, bien qu’un examen ne soit pas urgent, les personnes présentant des signes de mise en garde (en particulier celles qui consomment du tabac) ne doivent pas reporter un examen.

Comme le cancer de la bouche ne provoque souvent pas de symptômes à un stade précoce, il est important d’effectuer un examen de la bouche une fois par an. Cet examen peut avoir lieu au cours d’un examen dentaire annuel.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux des personnes. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Ce que le médecin ou le dentiste trouve au cours de l’examen des antécédents médicaux et de l’examen physique peut évoquer une cause de l’excroissance buccale.

Le médecin demande à la personne depuis combien de temps environ elle a constaté la présence de l’excroissance, si elle est douloureuse et si cette zone a subi un traumatisme (par exemple, si elle s’est mordu l’intérieur de la joue ou si elle s’est griffée avec le bord coupant d’une dent ou d’une reconstruction dentaire). D’autres questions peuvent être posées, parmi lesquelles

  • Depuis combien de temps la personne consomme-t-elle du tabac ou de l’alcool, et en quelles quantités

  • Les facteurs de risque de muguet (causé par le champignon Candida albicans), y compris la prise d’antibiotiques et les antécédents de diabète ou d’infection par le VIH

  • Si la personne a perdu du poids ou si elle a eu la sensation générale d’être malade

L’examen physique concerne la bouche et le cou. Le médecin examine attentivement toutes les zones de la bouche et de la gorge, y compris sous la langue. Il palpe le cou des deux côtés à la recherche de ganglions lymphatiques enflés, ce qui peut être le signe possible d’un cancer ou d’une infection chronique.

Examens

Si une excroissance ressemble à du muguet, le médecin examine les prélèvements grattés au microscope. Pour les autres excroissances qui durent depuis plusieurs semaines, la plupart des médecins recommandent de retirer tout ou partie de l’excroissance pour analyse de laboratoire (biopsie). Une biopsie est souvent nécessaire pour s’assurer qu’une excroissance n’est pas cancéreuse.

Traitement

  • Le traitement dépend de la cause.

Le traitement diffère en fonction de la cause de l’excroissance.

Points-clés

  • La plupart des excroissances ne sont pas cancéreuses.

  • Les verrues, les infections à levures et les traumatismes répétés (comme le fait de les mordre ou de les frotter contre le bord coupant d’une dent) sont des causes fréquentes d’excroissances non cancéreuses.

  • La consommation d’alcool et de tabac est un facteur de risque de cancer de la bouche.

  • Comme les excroissances cancéreuses sont difficiles à reconnaître de par leur aspect, les médecins recommandent souvent une biopsie.

Informations supplémentaires

Ressources dans cet article