Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Imagerie par résonance magnétique (IRM) du cœur

Par Michael J. Shea, MD, Professor of Internal Medicine, Michigan Medicine at the University of Michigan

Dans l’imagerie par résonance magnétique (IRM), un puissant champ magnétique et des ondes radio sont utilisés pour produire des images détaillées du cœur et du thorax. Cette procédure coûteuse et sophistiquée est surtout employée pour détecter des maladies cardiaques complexes présentes à la naissance (congénitales) et différencier les tissus normaux et anormaux.

L’IRM présente certains inconvénients. La prise d’images est plus longue avec l’IRM qu’avec la tomodensitométrie (TDM). Comme le cœur bouge, les images obtenues avec une IRM sont plus floues que celles d’une TDM. Toutefois, les examens IRM plus récents qui sont synchronisés pour correspondre à des parties spécifiques de l’ECG (appelés IRM synchronisée) sont nettement plus clairs que les examens IRM conventionnels. L’IRM ne peut pas être utilisée lorsque certains types d’objets métalliques ont été implantés, tels que des stimulateurs cardiaques, des implants cochléaires, des pompes à médicaments ou des stimulateurs neuraux implanté(e)s, des clips dans le cerveau utilisés pour traiter les anévrismes, ou des éclats de balles.

L'angiographie par résonance magnétique (angio-IRM) est un type d’IRM qui cible les vaisseaux sanguins et non pas les organes. L’ARM produit des images des vaisseaux sanguins et du flux sanguin dont la qualité est similaire à celle produite par l’angiographie conventionnelle, mais cette procédure n’est pas invasive. L’ARM peut être utilisée pour détecter des dilatations (anévrismes) de l’aorte, des sténoses des artères qui irriguent les reins (sténose rénale) et des sténoses ou obstructions des artères qui irriguent le cœur (maladie des artères coronaires) ou les bras et les jambes (maladie artérielle périphérique). Certaines techniques d’ARM nécessitent l’injection d’un agent de contraste dans une veine du bras. Cependant, les personnes atteintes de problèmes rénaux ne doivent pas recevoir d’agents de contraste pour l’ARM en raison du risque d’effets secondaires graves touchant la peau, les articulations, les yeux et les organes internes (fibrose systémique néphrogène).