Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Anévrismes des artères des bras, des jambes, du cœur et du cerveau

Par John W. Hallett, Jr., MD, Clinical Professor, Division of Vascular Surgery, Medical University of South Carolina

Un anévrisme est un renflement (dilatation) de la paroi d’une artère.

Les anévrismes peuvent se produire dans n’importe quelle artère. Les anévrismes sont les plus fréquents dans l’aorte, qui est la principale artère qui transporte le sang du cœur vers l’organisme. L’aorte est localisée dans le torse. Les anévrismes peuvent aussi se produire dans les artères situées en dehors du torse, y compris dans :

  • Les jambes (artères fémorales dans les cuisses, artères poplitées derrière les genoux)

  • Le cœur (artères coronaires)

  • Le cou (artères carotides)

  • Le cerveau (artères cérébrales)

Les anévrismes dans les artères carotides sont rares. Les anévrismes sont plus fréquents chez les personnes âgées que chez les personnes plus jeunes.

Causes

Nombre de ces anévrismes proviennent d’une faiblesse dans la paroi artérielle qui est présente à la naissance (congénitale) ou d’une athérosclérose (durcissement des artères). D’autres anévrismes ont pour origine des blessures infligées par un couteau ou une arme à feu ou des infections bactériennes ou fongiques de la paroi artérielle, qui se développent après l’usage à des fins récréatives de drogues intraveineuses comme l’héroïne. Ces infections débutent généralement ailleurs dans le corps, souvent dans une valvule cardiaque, avant de se propager à la paroi de l’artère.

Anévrisme cérébral

Les anévrismes peuvent également se former dans les artères du cerveau (artères cérébrales). La rupture d’un anévrisme cérébral peut entraîner une hémorragie dans le tissu cérébral (hémorragie intracérébrale), déclenchant un accident vasculaire cérébral. Comme les anévrismes cérébraux sont proches du cerveau et généralement de petite taille, leur diagnostic et leur traitement diffèrent de ceux d’autres anévrismes. Des anévrismes cérébraux non rompus de plus grande taille peuvent provoquer des céphalées, une dilatation des pupilles et des symptômes d’accident vasculaire cérébral, tels qu’une faiblesse ou une paralysie d’un côté du corps.

Le diagnostic d’un anévrisme cérébral est réalisé par des examens spécialisés de TDM ou d’imagerie par résonance magnétique (IRM), appelés angiographie TDM ou angiographie par résonance magnétique.

Les anévrismes infectés des artères cérébrales sont particulièrement dangereux et un traitement précoce est important. Le diagnostic est réalisé par angiographie TDM, des analyses de sang qui montrent une augmentation des taux d’inflammation (tels qu’un taux élevé de protéine C réactive ou un taux de sédimentation érythrocytaire élevé) et des hémocultures qui mettent en évidence la croissance de micro-organismes (tels que des bactéries ou des champignons). Le traitement engage souvent une réparation chirurgicale. Parfois un traitement moins invasif (ressorts endovasculaires) peut être réalisé. La mise en place de ressorts endovasculaires consiste à insérer un long tube flexible en plastique (cathéter) dans une artère de la cuisse. Le cathéter est ensuite poussé à travers les artères du corps jusquà l’anévrisme dans l’artère cérébrale. Des ressorts de petite taille sont injectés à travers le cathéter dans l’ouverture de l’anévrisme pour y bloquer le flux sanguin, ce qui permet à l’anévrisme de se rétrécir. Lorsque l’anévrisme est infecté, des antibiotiques ou des antifongiques sont administrés.

Symptômes

La majorité des anévrismes poplités et fémoraux ne provoquent aucun symptôme. Cependant, des caillots sanguins peuvent se former dans l’anévrisme. Si ces caillots sanguins se détachent, lis sont appelés emboles. Les emboles peuvent circuler avec le flux sanguin jusqu’à ce qu’ils bloquent une artère dans la partie inférieure de la jambe ou le pied, ce qui provoque l’apparition soudaine d’une douleur sévère, d’un engourdissement et d’une froideur des pieds, qui peuvent aussi être pâles. Les emboles résultant d’anévrismes carotidiens peuvent obstruer une artère cérébrale et provoquer un accident vasculaire cérébral. Les emboles dus à des anévrismes dans les artères du cœur (artères coronaires) peuvent entraîner des symptômes de crise cardiaque (tels que douleur thoracique et essoufflement). Contrairement aux anévrismes de l’aorte ou des artères cérébrales, les anévrismes de l’artère poplitée, fémorale, coronaire et des artères coronaires se rompent rarement.

Diagnostic

  • Imagerie

Les médecins peuvent diagnostiquer des anévrismes dans les jambes ou les bras en ressentant une masse pulsatile dans l’artère affectée. L’échographie ou la tomodensitométrie (TDM) permettent de confirmer le diagnostic. Les anévrismes des artères du cœur ou du cerveau nécessitant d’autres études d’imagerie, tels que l’angiographie conventionnelle, l’angiographie TDM ou l’angiographie IRM.

Traitement

  • Chirurgie ou réparation par endoprothèse

Pour réparer les anévrismes poplités de plus de 2,5 centimètres de diamètre, une chirurgie ouverte ou la mise en place d’une endoprothèse dans l’anévrisme est généralement effectuée. Une endoprothèse est un tube creux de matériel synthétique avec un maillage élastique dans sa paroi. La paroi du maillage, de la même façon qu’une paille rétractable, permet au stent d’être suffisamment comprimé pour être inséré dans une artère par-dessus un long fil fin. Les médecins font passer le stent à travers l’artère jusqu’à l’anévrisme. L’endoprothèse est alors ouverte, créant un canal stable pour le flux sanguin. Les endoprothèses peuvent aussi être utilisées pour les anévrismes coronaires, bien que ces derniers nécessitent parfois un pontage de l'artère coronaire. Les anévrismes fémoraux et carotidiens sont généralement réparés chirurgicalement.

Les anévrismes infectés nécessitent généralement un traitement par antibiotiques ou antifongiques et peuvent nécessiter une chirurgie, en fonction de l’endroit de l’anévrisme, de sa taille et de la façon dont il a été endommagé par l’infection.