Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Régurgitation aortique

Par Guy P. Armstrong, MD, North Shore Hospital, Auckland

La régurgitation aortique (reflux aortique ou insuffisance aortique) est un reflux de sang à travers la valvule aortique qui se produit à chaque fois que le ventricule gauche se relâche.

  • La régurgitation aortique n’a généralement aucune cause identifiable mais peut résulter d’une infection bactérienne de la valvule ou de rhumatisme articulaire aigu.

  • La régurgitation aortique est asymptomatique sauf si une insuffisance cardiaque se développe.

  • Les médecins basent leur diagnostic sur les résultats d’un examen clinique, mais ils effectuent une échocardiographie pour confirmer le diagnostic et mesurer la gravité.

  • La valvule cardiaque endommagée doit être remplacée ou réparée chirurgicalement si la fuite est importante.

Quand le ventricule gauche se relâche pour se remplir du sang éjecté par l’oreillette gauche, le sang reflue de l’aorte vers le ventricule gauche car la valvule aortique ne se ferme pas complètement. Le reflux du sang augmente le volume et la pression sanguine dans le ventricule gauche. Par conséquent, la charge de travail du cœur augmente. Pour compenser, les parois musculaires des ventricules s’épaississent (hypertrophie du muscle) et les cavités ventriculaires augmentent de volume (se dilatent). Finalement, malgré cette compensation, le cœur risque de ne plus pouvoir satisfaire les besoins en sang de l’organisme, entraînant une insuffisance cardiaque avec accumulation de liquide dans les poumons.

Causes

Le fièvre rhumatismale et la syphilis étaient jadis les causes les plus fréquentes de régurgitation aortique en Amérique du Nord, en Australasie et en Europe de l’Ouest ; actuellement, ces deux affections sont rares grâce à l’utilisation répandue d’antibiotiques. Dans les régions où les antibiotiques ne sont pas largement utilisés, la régurgitation aortique due à un rhumatisme articulaire aigu ou à la syphilis est encore fréquente. Outre ces infections, les causes les plus fréquentes de régurgitation aortique sévère sont :

  • Une fragilisation spontanée de la valvule ou de l’aorte ascendante (la grosse artère qui sort du cœur)

  • Une anomalie congénitale dans laquelle la valvule aortique comporte deux cuspides au lieu de trois (valvule bicuspide)

  • Une infection d’origine bactérienne de la valvule (endocardite infectieuse).

  • Une déchirure dans la paroi interne de l’aorte (dissection aortique, Dissection aortique)

Environ 1 % des nouveau-nés présentent une valvule aortique bicuspide, mais elle ne cause généralement aucun problème avant l’âge adulte.

Symptômes et diagnostic

Une régurgitation aortique légère ne cause généralement aucun symptôme hormis un souffle cardiaque caractéristique perceptible au stéthoscope à chaque fois que le ventricule gauche se relâche. Les personnes souffrant de régurgitation sévère peuvent développer des symptômes à l’apparition d’une insuffisance cardiaque.

L’insuffisance cardiaque provoque un essoufflement durant l’effort ( Insuffisance cardiaque). En position couchée, en particulier la nuit, la respiration devient difficile. L’accumulation de sang dans les voies respiratoires supérieures se draine quand la personne s’assied, restaurant alors une respiration normale. Environ 5 % des personnes souffrant d’insuffisance aortique présentent des douleurs thoraciques dues à l’insuffisance de l’apport sanguin au muscle cardiaque (angine de poitrine), en particulier la nuit.

Le pouls, parfois appelé pouls claquant, est momentanément fort, puis disparaît rapidement, car le sang reflue par la valvule aortique, provoquant une brusque chute de la pression artérielle.

Le diagnostic repose sur les résultats d’un examen physique (comme un pouls claquant et un souffle caractéristique) et confirmé par une échocardiographie. Une radiographie du thorax et une électrocardiographie (ECG) détectent généralement les signes d’hypertrophie cardiaque. Une angiographie coronaire doit être réalisée avant une intervention chirurgicale car environ 20 % des patients souffrant de régurgitation aortique souffrent aussi de maladie des artères coronaires.

Traitement

À moins que la régurgitation aortique ne soit légère, une intervention chirurgicale est presque toujours nécessaire. Un traitement pharmacologique n’est pas particulièrement efficace pour ralentir la progression de l’insuffisance cardiaque et n’élimine pas la nécessité d’une réparation ou d’un remplacement valvulaire en temps opportun, toutefois, divers médicaments peuvent être administrés pour contrôler les symptômes avant l’intervention chirurgicale. La valvule atteinte doit être réparée chirurgicalement ou remplacée par une valvule artificielle avant que le ventricule gauche ne soit lésé de manière irréversible et que l’insuffisance cardiaque ne soit trop sévère. En général, une échocardiographie est régulièrement effectuée pour déterminer la rapidité de la dilatation du ventricule gauche et pour programmer une intervention chirurgicale au moment opportun.

Des antibiotiques sont administrés aux patients qui ont subi un remplacement valvulaire avant une intervention chirurgicale, dentaire ou médicale ( Quelles interventions requièrent des antibiotiques préventifs* ?), afin de diminuer le risque d’infection de la valvule cardiaque.

Ressources dans cet article