Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Régurgitation tricuspidienne

Par Guy P. Armstrong, MD, North Shore Hospital, Auckland

La régurgitation tricuspidienne (reflux triscupidien, insuffisance tricuspidienne) est un reflux de sang à travers la valvule tricuspide à chaque contraction du ventricule droit.

  • La régurgitation tricuspidienne est causée par des troubles qui dilatent le ventricule droit.

  • Les symptômes sont vagues, comme faiblesse et fatigue.

  • Les médecins basent leur diagnostic sur les résultats d’un examen clinique et effectuent une échocardiographie pour le confirmer.

  • Le trouble sous-jacent doit être traité.

Lorsque le ventricule droit se contracte pour pomper le sang vers les poumons, une partie du sang est régurgité par l’oreillette droite, ce qui augmente le volume sanguin dans cette oreillette et réduit la quantité de sang pompée à travers le cœur et dans le corps. Par conséquent, l’oreillette droite se dilate et la pression artérielle augmente dans cette oreillette et dans les grosses veines qui y pénètrent en provenance du corps. Le foie peut gonfler en réponse à cette pression accrue. La dilatation de l’oreillette droite peut induire des battements cardiaques rapides et irréguliers (fibrillation auriculaire). Une insuffisance cardiaque peut se produire.

Causes

La régurgitation tricuspidienne résulte généralement de la dilatation du ventricule droit et de l’augmentation de la résistance au flux sanguin du ventricule droit vers les poumons. Cette résistance peut être augmentée par une affection pulmonaire grave et chroniquecomme un emphysème ou une hypertension pulmonaire, par des troubles du cœur gauche ou, rarement, par un rétrécissement de la valvule pulmonaire (sténose pulmonaire). Pour compenser, le ventricule droit se dilate, étendant la valvule tricuspide et provoquant une régurgitation.

Les autres causes, moins fréquentes, sont l’infection des valvules cardiaques (une endocardite infectieuse plus souvent due à l’injection intraveineuse de drogues illicites), l’utilisation de fenfluramine (qui n’est plus disponible), les anomalies congénitales de la valvule tricuspide, une lésion, un rhumatisme articulaire aigu et une faiblesse héréditaire du tissu de la valvule mitrale (dégénérescence myxomateuse).

Environ 1 % des nouveau-nés présentent une valvule aortique bicuspide, mais elle ne cause généralement aucun problème avant l’âge adulte.

Symptômes et diagnostic

La régurgitation tricuspidienne peut provoquer des symptômes vagues, comme faiblesse et fatigue. Ces symptômes apparaissent car le cœur pompe une quantité insuffisante de sang. En général, les seuls autres symptômes sont des pulsations dans le cou liées à une élévation de la pression dans l’oreillette droite et une gêne dans la partie supérieure de l’abdomen liée à l’augmentation de volume du foie. Une insuffisance cardiaque entraîne une accumulation de liquide dans le corps, principalement dans les jambes.

Le diagnostic est basé sur les antécédents médicaux et les résultats d’un examen clinique du patient, une électrocardiographie (ECG), et une radiographie des poumons. À l’auscultation, les médecins peuvent entendre un souffle caractéristique produit par le reflux de sang à travers la valvule tricuspide en systole mais le souffle tend à disparaître à mesure que la régurgitation s’aggrave. L’échocardiographie ( Échocardiographie et autres examens échographiques) produit une image de la valvule défectueuse et indique la quantité de sang qui fuit, ce qui permet de déterminer la gravité de la régurgitation.

Traitement

L’insuffisance tricuspidienne ne nécessite généralement pas ou peu de traitement. Toutefois, le trouble sous-jacent, comme un emphysème, une hypertension pulmonaire, une sténose pulmonaire, ou des anomalies du cœur gauche, nécessite souvent un traitement. Un traitement de la fibrillation auriculaire et de l’insuffisance cardiaque est aussi nécessaire mais une intervention chirurgicale est rarement pratiquée pour réparer la valvule tricuspide sauf si une intervention chirurgicale est également nécessaire sur une autre valvule cardiaque (un remplacement de la valvule mitrale, par exemple). Dans ce cas, la régurgitation tricuspidienne est généralement due à la dilatation de l’anneau (annulus) qui supporte les feuillets valvulaires. L’intervention chirurgicale consiste à coudre une bague afin de réduire la dimension de l’annulus, évitant ainsi la nécessité d’une valvule prosthétique.

Ressources dans cet article