Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Gonflement des ganglions lymphatiques

(Ganglions enflés)

Par James D. Douketis, MD, McMaster University;St. Joseph's Hospital

Les ganglions lymphatiques sont des organes minuscules en forme de haricot, qui filtrent le liquide lymphatique. Ils sont situés dans tout le corps, mais on trouve des grappes juste sous la peau dans le cou, sous les bras, et dans l’aine. Les ganglions lymphatiques font partie du système lymphatique ( Système lymphatique : Contribue à la défense contre les infections), un des mécanismes de défense du corps contre la propagation de l’infection et le cancer.

La lymphe est un liquide clair qui se compose d’eau, de globules blancs, de protéines et de graisses qui ont été retirés par filtration des vaisseaux sanguins vers les espaces intercellulaires. Une partie de ce liquide est réabsorbée par les vaisseaux sanguins mais le reste entre dans les vaisseaux lymphatiques. La lymphe traverse alors les ganglions lymphatiques, les points de collecte spécifiques où les cellules endommagées, les organismes infectieux, et les cellules cancéreuses sont filtrés du liquide et détruits. Si des micro-organismes infectieux ou des cellules cancéreuses sont présents en grand nombre, les ganglions lymphatiques gonflent. Parfois, des micro-organismes causent une infection dans un ganglion lymphatique.

Quelques petits ganglions sont souvent détectables chez des personnes en bonne santé. Les ganglions lymphatiques de plus grosse taille et facilement détectables peuvent indiquer un trouble. Certaines personnes utilisent le terme « glandes enflées » pour désigner des ganglions lymphatiques enflés, surtout quand il s’agit des ganglions du cou. Mais les ganglions lymphatiques ne sont pas des glandes. Les médecins utilisent le terme lymphadénopathie pour désigner des ganglions lymphatiques enflés.

Les ganglions lymphatiques peuvent être enflés dans une seule partie du corps, ou dans deux parties du corps ou plus. Quand les ganglions lymphatiques enflés sont douloureux ou présentent des signes d’inflammation (rougeur ou sensibilité au toucher, par exemple), l’affection est appelée lymphadénite. D’autres symptômes, comme un mal de gorge, un écoulement nasal, ou une fièvre, peuvent être présents selon la cause. Parfois, les ganglions lymphatiques enflés sont découverts quand la personne est examinée pour un autre symptôme.

Causes

Comme les ganglions lymphatiques participent à la réponse immunitaire de l’organisme, un grand nombre d’infections, de troubles inflammatoires, et de cancers sont des causes potentielles. Seules les causes les plus fréquentes sont abordées ici.

Les causes les plus courantes sont :

  • Infection des voies respiratoires supérieures (IVRS)

  • Infections des tissus proches du ganglion lymphatique enflé

Il arrive que les médecins ne puissent pas déterminer la cause du gonflement, qui finit pas disparaître de lui-même sans que la personne n’en souffre.

Les causes les plus dangereuses sont le cancer, l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), et la tuberculose. Toutefois, probablement moins de 1 % des personnes dont les ganglions lymphatiques sont enflés souffrent d’un cancer.

Évaluation

Toutes les personnes dont les ganglions lymphatiques sont enflés ne requièrent pas un examen immédiat par un médecin. Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider quand l’examen du médecin est nécessaire et les aident à savoir à quoi s’attendre pendant l’examen.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes dont les ganglions lymphatiques sont enflés, certains symptômes et certaines caractéristiques sont préoccupants. Ceux-ci incluent

  • Un ganglion qui fait plus de 2,5 centimètres de diamètre

  • Un ganglion qui suppure

  • Un ganglion dur

  • Des facteurs de risque d’infection par le VIH (comme une exposition professionnelle, des activités sexuelles à haut risque, l’injection de drogues illicites) ou la tuberculose (comme vivre ou travailler avec une personne tuberculeuse ou avoir quitté récemment une région où la tuberculose est prévalente)

  • Fièvre et perte de poids inexpliquée

Quand consulter un médecin

Si un ganglion lymphatique est très douloureux ou draine du pus ou toute autre substance, la personne doit consulter immédiatement un médecin. Les autres personnes doivent appeler leur médecin. Le médecin décidera de l’urgence d’une consultation selon la présence de signes précurseurs et d’autres symptômes. Pour les personnes sans signes précurseurs et qui se sentent bien autrement, un retard d’une semaine ou plus est acceptable.

Que fait le médecin

Le médecin interrogera d’abord la personne sur ses symptômes et ses antécédents médicaux. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Ce qui est identifié en recherchant les antécédents et en effectuant un examen clinique suggère souvent la cause de l’augmentation de volume des ganglions lymphatiques et les tests qui peuvent s’avérer nécessaires ( Certaines causes et caractéristiques des ganglions lymphatiques enflés).

Le médecin pose les questions suivantes :

  • Où les ganglions enflés sont situés

  • Depuis combien de temps ils sont enflés

  • Si la personne souffre

  • Si la personne a été blessée récemment (en particulier griffée par un chat ou mordue par un rat)

  • Si la personne a une infection ou les symptômes d’une infection (par exemple, écoulement nasal, toux, fièvre, mal de gorge, perte de poids inexpliquée, mal de dents ou gencives douloureuses)

Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Les médecins vérifient l’absence de fièvre et examinent les parties du corps où les ganglions lymphatiques sont situés. Les médecins vérifient l’absence de signes d’infection ou de grosseurs ailleurs dans le corps. Les personnes qui présentent des ganglions lymphatiques enflés dans tout le corps souffrent généralement d’un trouble qui touche l’ensemble du corps. Toutefois, les personnes qui présentent des ganglions lymphatiques enflés dans une seule partie du corps peuvent présenter un trouble qui n’affecte que cette partie (une infection, par exemple) ou une maladie plus généralisée.

Parfois, les antécédents et l’examen clinique suggèrent la cause, par exemple quand une personne souffre d’une infection des voies respiratoires supérieures ou dentaire ( Certaines causes et caractéristiques des ganglions lymphatiques enflés). Dans d’autres cas, les résultats n’indiquent pas une cause unique. Les personnes présentant des signes précurseurs risquent davantage de souffrir d’un trouble grave, mais cela peut être également le cas pour celles qui présentent un gonflement des ganglions lymphatiques sans aucun autre symptôme.

Les ganglions durs, très développés, qui ne roulent pas sous les doigts peuvent indiquer un cancer. Une sensibilité au toucher, une rougeur, et une certaine chaleur dans un seul ganglion enflé peuvent indiquer une infection du ganglion.

Certaines causes et caractéristiques des ganglions lymphatiques enflés

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Infections

Infection des voies respiratoires supérieures (y compris mal de gorge)

Les ganglions du cou sont affectés avec peu ou sans aucune sensibilité au toucher

Mal de gorge, écoulement nasal, ou toux

Uniquement un examen du médecin

Infection dentaire

Les ganglions du cou sont touchés sur un seul côté (souvent sensibles au toucher)

Dent douloureuse

Uniquement un examen du médecin

Mononucléose

Gonflement des deux côtés, généralement dans le cou mais parfois sous les bras et dans l’aine

Fièvre, mal de gorge et fatigue extrême

Typiquement chez l’adolescent ou le jeune adulte

Analyse de sang pour dépister la mononucléose

Tuberculose affectant les ganglions lymphatiques

Généralement, un gonflement des ganglions du cou ou au-dessus de la clavicule

Les ganglions lymphatiques sont parfois enflammés ou suppurants

Souvent chez une personne infectée par le VIH

Test cutané tuberculinique

Généralement une aspiration ou une biopsie des ganglions lymphatiques

VIH (dès que la personne est devenue infectée ; l’infection primaire)

Gonflement généralisé des ganglions lymphatiques

Généralement fièvre, éruption cutanée et douleur articulaire

Souvent chez une personne connue pour avoir été exposée au VIH ou à une activité à haut risque (exposition professionnelle, activités sexuelles à haut risque, injection de drogues illicites)

Analyses de sang pour le VIH

MST (en particulier herpès simplex, chlamydia, et syphilis)

Sauf pour la syphilis secondaire, des ganglions enflés uniquement dans l’aine

Souvent des symptômes urinaires (comme une douleur au moment d’uriner) et un écoulement urétral ou vaginal

Parfois des plaies sur les organes génitaux

Pour la syphilis secondaire, des plaies souvent généralisées sur les muqueuses et un gonflement généralisé des ganglions lymphatiques

Dépistage des MST

Infections de la peau et des tissus mous, par exemple, cellulite, abcès, maladie des griffes de chat), y compris une infection directe des ganglions lymphatiques

Généralement une coupure ou une infection visible de la peau près du ganglion enflé

Un examen clinique suffit généralement

Parfois, des analyses sanguines pour identifier les anticorps de l’organisme infectieux

Toxoplasmose

Ganglions enflés des deux côtés du cou et sous les deux bras

Parfois, des symptômes de grippe et un gonflement du foie et de la rate

Souvent, des antécédents d’exposition aux excréments de chat

Analyses de sang

Cancers

Leucémies (généralement chroniques, parfois une leucémie lymphoïde aiguë)

Fatigue, fièvre et amaigrissement

Avec la leucémie aiguë, souvent une tendance aux ecchymoses et aux saignements

Formule sanguine complète et frottis de sang périphérique (examen d’un échantillon de sang au microscope pour déterminer les caractéristiques des cellules)

Examen de la moelle osseuse

Lymphomes

Gonflement indolore des ganglions lymphatiques (local ou généralisé)

Ganglions souvent caoutchouteux, parfois en grappe

Souvent, fièvre, sueurs nocturnes et perte de poids

Biopsie ganglionnaire

Cancers métastatiques (souvent de la tête et du cou, de la thyroïde, du sein ou du poumon)

Un ou plusieurs ganglions indolores dans le cou

Ganglions souvent durs, parfois impossibles à rouler sous les doigts

Tests pour identifier la tumeur primaire, incluant souvent un examen de la gorge, de l’œsophage, et de la trachée avec un tube flexible

Maladies du tissu conjonctif

Lupus érythémateux systémique

Gonflement généralisé des ganglions

Articulations généralement douloureuses et parfois enflées

Parfois, des éruptions rouges affectant le nez et les joues et d’autres plaies cutanées

Examen médical et analyses de sang

Sarcoïdose

Gonflement indolore des ganglions lymphatiques, parfois généralisé

Souvent, toux et/ou essoufflement, fièvre, malaise, faiblesse musculaire, perte de poids, et douleurs articulaires

Imagerie thoracique (radiographie simple ou TDM)

Parfois, une biopsie ganglionnaire

Maladie de Kawasaki

Ganglions enflés sensibles au toucher dans le cou d’un enfant

Fièvre, atteignant généralement plus de 39 °C, éruption cutanée sur le tronc, boutons rouges proéminents sur la langue, desquamation de la peau sur les paumes, la plante des pieds, et autour des ongles

Uniquement un examen du médecin

Autres

Médicaments : Les médicaments les plus fréquemment utilisés sont l’allopurinol, les antibiotiques (par exemple, les céphalosporines, la pénicilline, et les sulfonamides), l’aténolol, le captopril, la carbamazépine, la phénytoïne, la pyriméthamine, et la quinidine

Antécédents de prise de médicament causal

Sauf pour la phénytoïne, éruption cutanée, douleur articulaire et musculaire et fièvre

Uniquement un examen du médecin

Implants mammaires en silicone

Ganglions enflés sous les bras d’une femme portant des implants mammaires en silicone

Un examen médical et souvent des tests pour déterminer les autres causes de gonflement des ganglions

*Les caractéristiques incluent les symptômes et les résultats de l’examen du médecin. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

CT = tomodensitométrie ; VIH = virus de l’immunodéficience humaine ; MST = maladie sexuellement transmissible.

Tests

Si les médecins suspectent un trouble spécifique (par exemple, mononucléose chez une personne jeune souffrant de fièvre, mal de gorge et hypertrophie de la rate), les tests initiaux ciblent cette affection ( Certaines causes et caractéristiques des ganglions lymphatiques enflés).

Si les antécédents et un examen clinique manquent d’indiquer la cause probable, les tests supplémentaires dépendent des ganglions impliqués et des autres résultats.

Les personnes présentant des signes précurseurs et celles dont le gonflement des ganglions lymphatiques est généralisé doivent effectuer une formule sanguine complète et une radiographie du thorax. Les médecins peuvent aussi effectuer un test de dépistage de la tuberculose, de l’infection par le VIH, et de la mononucléose. Des analyses de sang sont parfois nécessaires pour détecter la toxoplasmose et la syphilis. Chez les personnes souffrant de douleur articulaire, de rigidité ou d’éruption cutanée, des analyses de sang sont effectuées pour dépister le lupus érythémateux systémique (lupus).

Si les médecins suspectent un cancer ou un lymphome, la personne subit une biopsie des ganglions lymphatiques. La biopsie peut également s’avérer nécessaire quand un gonflement généralisé des ganglions lymphatiques ne disparaît pas au bout de 3 à 4 semaines.

Traitement

Le traitement primaire cible la cause. Les ganglions lymphatiques enflés ne sont pas traités

Points-clés

  • Dans la plupart des cas, la cause est une infection évidente de la peau ou du tissu à proximité ou une infection virale bénigne qui disparaît seule.

  • Des tests sont généralement requis en présence de signes précurseurs, quand d’autres symptômes ou facteurs de risque suggèrent un trouble spécifique, ou quand un gonflement généralisé des ganglions lymphatiques n’a aucune cause apparente.

  • Une biopsie peut s’avérer nécessaire quand un gonflement des ganglions lymphatiques ne disparaît pas au bout de 3 à 4 semaines.

Ressources dans cet article