Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Canalopathies cardiaques

Par L. Brent Mitchell, MD, Professor of Medicine, Department of Cardiac Services, Libin Cardiovascular Institute of Alberta, University of Calgary

Les canalopathies cardiaques sont des anomalies génétiques des protéines des cellules cardiaques qui contrôlent l’activité électrique du cœur et peuvent donc provoquer des troubles du rythme.

La plupart des personnes atteintes de canalopathies cardiaques n’ont pas d’autres maladies cardiaques, telles qu’une crise cardiaque ou une maladie des valvules cardiaques, mais elles sont porteuses de mutations des gènes qui déterminent la composition ou la régulation des pores des membranes cardiaques (canaux) et sont prédisposées à des anomalies du rythme cardiaque. Les canalopathies les plus fréquentes provoquent

D’autres canalopathies cardiaques plus rares comprennent :

  • Syndrome du QT court

  • Syndrome de l’onde J

  • Tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique (TVPC)

  • Syndrome de Brugada

Les anomalies électriques causent parfois une tachycardie ventriculaire ou une fibrillation ventriculaire.

Symptômes

Certaines personnes n’ont aucun symptôme, mais nombre d’entre elles s’évanouissent à cause d’une tachycardie ventriculaire. Celles qui souffrent de fibrillation ventriculaire subissent un arrêt cardiaque soudain. Ils peuvent être déclenchés par une fièvre ou un traitement avec certains médicaments, dont certains anti-arythmiques et antidépresseurs.

Diagnostic

  • Électrocardiographie

Le diagnostic est basé sur une électrocardiographie (ECG). Mais il arrive que le schéma des anomalies ECG soit moins clair. Dans ces cas, les médecins peuvent essayer de provoquer des troubles du rythme cardiaque avec un médicament ou une activité physique, ce qui leur permet de réaliser un diagnostic.

Traitement

  • Défibrillateur cardioverteur implantable

En général, on utilise un défibrillateur cardioverteur implantable (DCI), un petit dispositif capable de détecter une arythmie et d’administrer un choc pour la corriger. Cette procédure est analogue à l’implantation d’un stimulateur cardiaque artificiel.